DCB/DBC Mobile beta
+

SIBLEY, JOSEPH, fermier et chaisier, né vers 1790, fils d’Ezekiel Sibley et de Mary West ; il épousa Jane Woodworth dont il eut dix enfants ; décédé à St Andrew’s (Wittenburg), Nouvelle-Écosse, le 1er février 1862.

Vers 1812, Joseph Sibley, en compagnie de son père et de ses frères, vint s’établir sur la branche sud de la rivière St Andrews, au centre de la Nouvelle-Écosse, sur l’emplacement actuel du petit village de Wittenburg. Étant probablement les premiers colons de l’endroit, ils défrichèrent la terre et construisirent leurs fermes. Alliant la menuiserie à l’agriculture, Joseph fabriqua pour le marché local divers objets essentiels aux maisons de pionniers : barattes à beurre, rouets, métiers à tisser et autres objets semblables. À une époque où chacun fabriquait ses meubles, il se distingua particulièrement dans la fabrication de chaises qu’il vendait aux gens de l’endroit. Il en confectionna de différents styles avant d’adopter le modèle Sibley, à dossier de lames et à fleurons tournés, bien connu des collectionneurs. Les lames étaient habituellement en bouleau ou en frêne. Les barreaux, de hickory ou de frêne, étaient soumis au séchage. Les montants, habituellement en érable, étaient en bois vert au moment de l’assemblage des chaises, mais à mesure qu’ils séchaient, ils serraient les extrémités des barreaux à la façon d’un étau, ce qui rendait les chaises remarquablement robustes. Les sièges étaient faits de lanières de frêne entrelacées.

Joseph Sibley termina ses jours à Wittenburg. Assisté de ses fils, Michael (1833–1908) et Isaac, il cultiva la terre et fabriqua des chaises et autres articles, durant les saisons mortes. L’inventaire de ses biens indique qu’il possédait « 22 barattes à beurre, 16 ensembles de barreaux de chaises, et 3 ensembles de chaises neuves » en magasin. Autant que l’on sache, Joseph ne signa aucune de ses œuvres ; il doit sa célébrité à la création des chaises Sibley plutôt qu’au fini de son travail. Michael continua le commerce de son père et étendit la production à plusieurs autres meubles, atteignant ainsi un marché plus considérable. Par conséquent, la plupart des chaises Sibley que l’on rencontre aujourd’hui datent de l’époque où le commerce était géré par Michael et par d’autres membres de la famille qui lui succédèrent.

Ross Graves

Colchester County Registry of Deeds (Truro, N.-É.), 7, p.390 ; 8, pp.351, 360 ; 9, pp.305, 518 ; 10, pp.122, 145, 157, 564 ; 11, p.484 ; 12, pp.442, 456, 468 ; 14, p.222 ; 16, p.17 ; 20, p.69 ; 21, p.178 ; 23, p.339 ; 24, p.402 ; 25, p.76 ; 27, p.414 ; 33, p.311 ; 36, p.257 ; 37, p.223 ; 40, p.66.— Colchester County Registry of Probate, no 279, will of Joseph Sibley, docket 581.— Community Cemetery, Wittenburg, N.-É.— PANS, MG 4, no 18 ; RG 20, A, 28, 55 (Ezekiel Sibley, 1807, 1814) ; John Wright, An attempt to gather up some of the history of St. Andrews, now Wittenburg, Colchester County, Nova Scotia, & its pioneers and their descendants, especially those of the Sibleys (copie de ce ms en possession de Mme Lois MacPhee, Stewiacke, N.-É.).— M. P. Burrows, A history of Wittenburg (St. Andrews) (s.l., [1962]), 3–7, 35–37 (copie aux PANS).— George MacLaren, Antique furniture by Nova Scotian craftsmen, P. R. Blakeley, édit. (Toronto, [1961]), 57–61.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Ross Graves, « SIBLEY, JOSEPH », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 29 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/sibley_joseph_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/sibley_joseph_9F.html
Auteur de l'article:   Ross Graves
Titre de l'article:   SIBLEY, JOSEPH
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   29 juillet 2014