DCB/DBC Mobile beta
+

VILLEDONNÉ, ÉTIENNE DE, écuyer, capitaine dans les troupes de la marine, commandant du fort Saint-Joseph de 1722 à 1726, né à Paris vers 1666, fils d’Étienne de Villedonné, procureur au parlement de Paris, et de Marie Vezins, décédé à Québec le 12 mai 1726.

Il arriva au Canada en 1685 comme cadet ou sous-lieutenant dans les troupes de la marine. Quatre ans plus tard, les Iroquois le firent prisonnier et, durant sa captivité, lui mangèrent un doigt et lui brûlèrent un bras. Villedonné réussit à s’enfuir en 1692 puis, au cours des années qui suivirent, aucunement ébranlé par les mauvais traitements que lui avaient fait subir les Indiens des Cinq-Nations, il prit part à plusieurs expéditions contre eux. Pendant la guerre de Succession d’Espagne, il fit la campagne de Terre-Neuve dans le détachement qui, sous les ordres de Jacques Testard de Montigny, attaqua les établissements anglais à Trinité et à Bonavista en 1705.

Villedonné fut nommé aide-major de Québec en 1712 et promu capitaine l’année suivante. Philippe de Rigaud de Vaudreuil le tenait en haute estime et le nomma, en 1722, commandant du fort Saint-Joseph situé non loin de la pointe sud-est du lac Michigan. À cette époque, les Renards avaient commencé leurs attaques contre les établissements du pays des Illinois et Villedonné se trouva mêlé à la controverse entre les commandants des postes canadiens et ceux des postes de la Louisiane qui s’accusaient mutuellement de ne pas prendre les mesures propres à mettre un terme à la guerre.

Villedonné avait épousé en 1697 Marie Damours, fille de Mathieu Damours* de Chauffours et de Marie Marsolet. Elle mourut en 1703 ; le couple avait eu trois enfants. En 1715 il épousa en secondes noces la fille du chirurgien Timothée Roussel*, Françoise Roussel, et ils eurent sept enfants.

Yves F. Zoltvany

AJQ, Greffe de Louis Chambalon, 28 sept. 1697.— AN, Col., C11A, 12, 22, 24, 25, 28, 30, 56 ; Col., D2C, 222.— L’expédition de M. de Montigny à Terreneuve en 1705, RAPQ, 1922–23 : 290–298.— A. Roy, Inv. greffes not., V : 321 ; XII ; XVIII ; XIX.— P.-G. Roy Ce que Callières pensait de nos officiers, BRH, XXVI (1920) : 328.— Wis. State Hist. Soc. Coll., XVI : 444–451 (une partie de la correspondance de Villedonné durant son commandement au fort Saint-Joseph).— Tanguay, Dictionnaire, I : 154, 194, 530 ; III : 412. [Tanguay indique que Villedonné est né en 1663 et décédé en 1726 ; en 1701, cependant, Callière écrivait que Villedonné était âgé de 35 ans, ce qui fait que ce dernier serait né en 1666. y.f.z.]

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Yves F. Zoltvany, « VILLEDONNÉ, ÉTIENNE DE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/villedonne_etienne_de_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/villedonne_etienne_de_2F.html
Auteur de l'article:   Yves F. Zoltvany
Titre de l'article:   VILLEDONNÉ, ÉTIENNE DE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   23 octobre 2014