DCB/DBC Mobile beta
+

ANDRÉ, LOUIS, prêtre, missionnaire jésuite, né le 28 mai 1631 à Saint-Rémy-de-Provence, Bouches-du-Rhône, France, décédé le 19 septembre 1715 à Québec.

Louis André entra dans la Compagnie de Jésus à Lyon le 12 septembre 1650. Après avoir reçu une formation dans l’enseignement et terminé les études ecclésiastiques de rigueur chez les Jésuites, il s’embarqua pour la Nouvelle-France. Il atteignit Québec le 7 juin 1669. L’été suivant, on l’envoyait à la mission outaouaise de Sainte-Marie avec le père Gabriel Druillettes*, missionnaire de grande expérience qui le guida dans ses premiers contacts avec les Indiens. Le père André passa l’hiver de 1670–1671 chez un groupe de réfugiés outaouais venus de l’anse de Chagouamigon sur le lac Supérieur hiverner à l’île Manitoulin. Il revint à Sault-Sainte-Marie en 1671 ; puis commencèrent 12 années de travail missionnaire dans la région de la baie des Puants (Green Bay) où le père se consacra surtout à la tribu des Folles Avoines (Peuple du Riz sauvage), qui habitait sur les bords de la rivière Malomine. Muté à Saint-Ignace (Saint-Ignace, Michigan) en 1683, il y travailla jusqu’à son rappel à Québec en 1684. À l’âge de 54 ans, après tant d’années de travail missionnaire, on le chargea d’enseigner la philosophie, et plus tard le latin, tâche qui l’occupa jusqu’en 1690. C’est sans doute dans ce calme relatif qu’il compila son précieux dictionnaire des langues algonquine et outaouaise, de même qu’un petit guide de conversation, qui existe encore, intitulé : « Preceptes, Phrases et Mots ».

En 1690, à l’âge de 60 ans, le père André fut de nouveau envoyé en mission chez les Indiens, au Saguenay cette fois, une des régions missionnaires les plus difficiles de la Nouvelle-France sur le plan physique. Le père André passa deux ans à Chicoutimi (1690–1692), puis les six années suivantes (1692–1698) à Montréal et à Québec, dispensant son ministère aux Indiens de ces régions. À cette époque, il consacrait aussi une partie de son temps aux Indiens de Sept-Îles, bourgade située en aval de Tadoussac. Les documents portant sur les dernières années de sa vie active laissent le chercheur quelque peu pei..-plexe. L’on croit que de 1698 à 1700 il se trouvait à la mission de Saint-François-de-Sales sur la rivière Chaudière. Le père André aurait, semble-t-il, pris sa retraite vers 1–105. Il mourut à Québec le 19 septembre 1715 : il y avait 46 ans qu’il était en Nouvelle-France.

Joseph P. Donnelly

ASJCF, Louis André, Extraits des Préceptes, phrases et mots de la langue algonquine, outaouaise pour un missionnaire nouveau.— JR (Thwaites), passim.— Ivanhoë Caron, Prêtres séculiers et religieux qui ont exercé le saint ministère dans la Nouvelle-France, BRH, XLVII (1941) : 201.— J.-A. Maurault, Histoire des Abénakis depuis 1605 jusquà nos jours (Sorel, 1866), 276s.— Rochemonteix, Les Jésuites et la N.-F. au XVIIe siècle, III : 369.— Arthur E. Jones, A sketch of Father Louis André S.J., an early Wisconsin missionary, United States Catholic Historical Magazine, III (1890) : 26–40.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Joseph P. Donnelly, « ANDRÉ, LOUIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/andre_louis_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/andre_louis_2F.html
Auteur de l'article:   Joseph P. Donnelly
Titre de l'article:   ANDRÉ, LOUIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   1969
Date de consultation:   24 octobre 2014