DCB/DBC Mobile beta
+

BARCLAY, GEORGE, ministre baptiste, fermier et fonctionnaire, né en 1779 ou 1780 à Cupar, Écosse ; il épousa Janet Tullis, et ils eurent neuf enfants ; décédé le 10 août 1857 dans le canton de Pickering, Haut-Canada.

On connaît peu de chose des premières années de George Barclay. Il grandit à Cupar, fit ses études à l’University of St Andrews, à Fife, et devint ministre baptiste. En 1816 ou 1817, un peu avant d’atteindre la quarantaine, il amena sa famille dans le canton de Pickering. Quelles qu’aient été ses activités au cours des années antérieures, Barclay semble avoir fait des économies, puisqu’en 1819 il était en mesure d’acheter de la mère de Peter Matthews* 100 acres de terre, situées à l’arrière d’une ferme du canton de Pickering, ainsi que du bétail et des instruments aratoires.

En tant que ministre baptiste, Barclay connut au cours des années subséquentes une carrière plutôt instable. Au début des années 1820, il fut ministre de la congrégation First Baptist dans le canton avoisinant de Markham, région qu’avait desservie Elijah Bentley*. Apparemment, son séjour au sein de la congrégation fut bref et donna lieu à un désaccord. Une partie des fidèles se détacha de la congrégation en 1821, quand il fut question de payer un salaire à Barclay. Ces dissidents formèrent alors la congrégation baptiste First Pickering (qui devint plus tard Claremont), afin d’accommoder la population des cantons de Pickering et de Whitchurch. Au cours de cette période et même après, Barclay se fit prédicateur itinérant, desservant aussi les cantons de Whitby et d’Uxbridge. Aucun document ne nous permet de croire qu’il ait été de nouveau le ministre attitré d’une communauté.

Il se peut que la nécessité de s’occuper de sa ferme et d’autres propriétés dans la région – il avait encore acheté des terrains en 1835 et 1839 – ait accaparé beaucoup du temps de Barclay. Il dut certainement se trouver dans les environs durant une grande partie de la période comprise entre le 26 août 1836 et le 13 décembre 1837, puisqu’il travailla alors en qualité de premier maître de poste de Brougham. Le fait qu’il ait été nommé à cette charge prouve qu’il jouissait d’une certaine considération au sein de la communauté. Toutefois, sa révocation lors de la purge générale pratiquée parmi les fonctionnaires des Postes dont la loyauté était jugée suspecte après la rébellion de 1837 montre que son comportement n’inquiétait pas que les membres de sa congrégation.

Barclay ne mâcha pas ses mots quand vint le moment de critiquer les prises de position du family compact. Il avait eu à les subir en sa qualité de ministre baptiste : sa congrégation fut l’une des sectes qui, jusqu’en 1831, n’étaient pas autorisées à présider des mariages. Après la rébellion, la femme de Peter Matthews affirma que ce fut l’attitude de Barclay à l’égard de la réforme qui persuada son mari de joindre les rangs des insurgés. Deux des fils de Barclay, George et William, participèrent aussi au soulèvement.

George Barclay vécut paisiblement les dernières années de sa vie dans sa ferme, une exploitation agricole prospère qui lui procurait, ainsi qu’à quelques-uns de ses enfants, une existence confortable. Il fut inhumé dans le cimetière de l’église de Claremont (Pickering), parmi ceux qui lui avaient fait opposition en 1821 et qui avaient fondé cette congrégation.

Ronald J. Stagg

Les registres de la congrégation baptiste First Pickering (qui devint plus tard Claremont) (Claremont, Ontario) sont conservés dans les Canadian Baptist Arch., McMaster Divinity Collège (Hamilton, Ontario). Le testament de George Barclay se trouve aux AO, RG 22, sér. 264, et Whitby (Ontario County), reg. A, no 138 (mfm) ; testaments, no 138. Les enregistrements de ses transactions foncières se trouvent au Durham Land Registry Office (Whitby, Ontario), [Ontario County], North Pickering Township, Abstract index to deeds, vol. A (1798–1958) (mfm aux AO, GS 4835). On peut avoir une idée des relations Barclay-Matthews en consultant aux APC, RG 1, E3, 33 : 61–63. Il est fait plusieurs fois mention de Barclay et de sa famille dans W. A. McKay, The Pickering story ([Brougham, Ontario], 1961), et certains renseignements assez inexacts figurent dans R. A. Miller, The Ontario village of Brougham ; past ! present ! future ? (Brougham, 1973).  [r. j. s.]

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Ronald J. Stagg, « BARCLAY, GEORGE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 8, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 28 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/barclay_george_8F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/barclay_george_8F.html
Auteur de l'article:   Ronald J. Stagg
Titre de l'article:   BARCLAY, GEORGE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 8
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1985
Année de la révision:   1985
Date de consultation:   28 juillet 2014