DCB/DBC Mobile beta
+

BÉCART DE GRANVILLE ET DE FONVILLE, PAUL, officier dans les troupes de la Marine, seigneur, né à Québec le 18 janvier 1685, fils de Pierre Bécart de Granville et de Marie-Anne Macard, mort célibataire à Québec le 19 mars 1754.

Paul Bécart de Fonville (comme on l’appelait généralement) était le fils d’un capitaine du régiment de Carignan-Salières, et l’un de ses frères, Charles*, fut procureur du roi de 1700 à 1703. Paul entra dans les troupes de la Marine en 1712, devint enseigne le 27 avril 1716, lieutenant le 29 mai 1725 et capitaine le 1er avril 1737. De 1717 à 1737, il servit comme aide-major des troupes à Québec. Le 3 septembre 1733, il reçut de son frère Pierre la seigneurie de l’île aux Grues mais ne semble pas y avoir séjourné longtemps.

Sa réputation d’officier ferme et digne de confiance lui valut d’être choisi en 1743 pour succéder à François-Antoine Pécaudy de Contrecœur comme commandant du fort Saint-Frédéric (Crown Point, N.Y.). Depuis longtemps les officiers ambitieux cherchaient à éviter ce poste et aucun commandant n’y était demeuré beaucoup plus qu’un an depuis sa fondation en 1731. L’intendant Hocquart* admettait que les postes de l’Ouest offraient plus d’intérêt, grâce à la possibilité, inexistante au fort Saint-Frédéric, de faire des profits dans le commerce des fourrures. Cependant, la position stratégique du fort sur le lac Champlain lui permettait d’exercer une influence militaire et diplomatique sur les Iroquois et autres Indiens. Il servait également de barrière à la contrebande des fourrures dans les colonies anglaises et constituait un territoire où la Nouvelle-France espérait étendre sa production agricole. En vue d’encourager les officiers de valeur à rester plus longtemps en service au fort Saint-Frédéric, Hocquart, de concert avec le ministre, demanda au roi de leur accorder certaines faveurs.

Bécart de Fonville servit environ deux ans au fort Saint-Frédéric. Lorsqu’il demanda la croix de Saint-Louis en 1747, il mentionna particulièrement la lettre du ministre (1742) qui traitait des faveurs promises aux officiers du fort Saint-Frédéric, notant que les commandants du fort gardaient une copie de cette lettre sous la main. Il fut reçu chevalier de Saint-Louis en 1750. À la mort de Paul Bécart de Granville et de Fonville, s’éteignait le nom d’une vieille famille de la Nouvelle-France.

David Lee

AN, Col., B, 65, f.420 1/2 ; 74, f.39 ; 76, f.39 ; 78, f.45 ; Col., C11A, 75, pp. 362–366 ; 77, pp.376–378 ; 79, pp. 167s. ; 80, pp. 77s. ; 81/1, pp. 224–227 ; 83, pp. 67s. ; 89, pp. 216s. ; 120/1, pp. 8, 294s. ; 120/2, p. 120 (copies aux APC) ; Col., D2C, 222/1 ; Marine, C7, 128.— P.-V. Charland, Notre-Dame de Québec : le nécrologe de la crypte, BRH, XX (1914) : 215.— Fauteux, Les chevaliers de Saint-Louis, 150.— P.-G. Roy, Inv. concessions, I : 215–220 ; Les commandants du fort Saint-Frédéric, BRH, LI (1945) : 326s. ; La famille Bécard de Grandville, BRH, XXII (1916) : 97–100.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

David Lee, « BÉCART DE GRANVILLE ET DE FONVILLE, PAUL », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/becart_de_granville_et_de_fonville_paul_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/becart_de_granville_et_de_fonville_paul_3F.html
Auteur de l'article:   David Lee
Titre de l'article:   BÉCART DE GRANVILLE ET DE FONVILLE, PAUL
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   21 août 2014