DCB/DBC Mobile beta
+

BEDFORD, SPENCER ARGYLE, agriculteur, agent des terres, homme politique, fonctionnaire, grainier et professeur, né le 30 janvier 1851 à Buxted, Angleterre, fils de Jacob Bedford, fermier et meunier, et d’Elizabeth Burfoot ; en 1880 ou 1881, il épousa Mary Ann (Minnie) Bolton (décédée en 1919) de Newboro, Ontario, et ils eurent un fils et trois filles ; décédé le 14 décembre 1933 à son domicile à Winnipeg.

En 1863, Spencer Argyle Bedford et ses sept frères et sœurs prirent le bateau à Liverpool, en Angleterre, avec leurs parents. Après une traversée de cinq semaines, ils débarquèrent à Québec, puis poursuivirent leur voyage vers le Haut-Canada et s’établirent dans le canton de Blenheim, dans le comté d’Oxford. Dans le Haut-Canada, Spencer termina les études qu’il avait commencées à la Hadlow Academy, dans le Kent, en Angleterre.

En 1877, Bedford obtint une concession statutaire de 160 acres au Manitoba, près de Calf Mountain (Darlingford). Selon le Winnipeg Free Press, il parcourut la province à ses frais pour « examiner les sols et étudier les herbes et fleurs indigènes pour voir ce que la terre pourrait produire ». Il réalisa des expériences dans sa ferme tout en aidant d’autres fermiers à déterminer les meilleures variétés de blé et les moments les plus propices aux semailles dans les conditions locales.

Bedford était animé du profond désir de contribuer au peuplement de l’Ouest. En une année, il fit venir de l’Ontario et de l’Angleterre 400 colons qu’il installa dans des concessions de sa région. Son initiative attira bientôt l’attention de la Scottish Ontario and Manitoba Land Company, qui l’engagea comme inspecteur des terres en 1882. Il partit vivre ensuite à Winnipeg, où il apprit le métier d’arpenteur. En 1884, il était déjà entré au service de la Canada North-West Land Company, qui l’envoya avec sa famille dans la ferme qu’elle exploitait à environ trois milles de Moosomin (Saskatchewan). L’année suivante, il fut également nommé agent de la succursale de Moosomin de la North British Canadian Investment Company. Les trois sociétés se partageaient les mêmes directeurs et administrateurs [V. William Bain Scarth*]. Pour la Canada North-West Land Company, Bedford établit et supervisa de nombreuses colonies d’Écossais des Highlands et des Lowlands, de Suédois et de Bohémiens, ainsi que des Hongrois recrutés par Pál Oszkár Esterházy*. Ses services inestimables furent reconnus en 1885, lorsqu’il fut élu sans opposition au Conseil des Territoires du Nord-Ouest. Selon le Moosomin Courier, ses déclarations pondérées, à titre de conseiller, lui valurent « une réputation [...] égale à celle de certains membres parmi les plus anciens ».

En 1886, le gouvernement fédéral mit sur pied le réseau des fermes expérimentales du dominion et en confia la direction à William Saunders*. Sur l’ordre de ce dernier, Bedford se rendit à Ottawa en avril 1887 pour aider à la création de la ferme centrale. Saunders donna bientôt son appui inconditionnel à la candidature de Bedford comme surintendant de la ferme expérimentale qui serait bâtie quelque part au Manitoba. Le ministre de l’Agriculture, John Carling*, antidata du 18 avril l’acte de nomination.

Avec Angus Mackay, qui dirigerait une ferme semblable dans les Territoires du Nord-Ouest, Bedford accompagna Saunders pendant deux visites au Manitoba. Plusieurs emplacements furent envisagés, mais celui près de Brandon présentait le plus d’avantages. Le gouvernement n’en prit possession qu’en juillet 1888, mais Bedford se trouvait déjà sur les lieux en 1887 ; il y surveillait la construction des routes et des clôtures. Quand il s’y installa de façon permanente, il se mit à préparer les sols pour la culture et à ériger des bâtiments pour loger les animaux et entreposer les céréales et le foin. Ses progrès furent si remarquables qu’un journaliste du Brandon Sun nota, en 1890, que « partout dans la ferme se trouv[aient] des preuves visibles d’une surveillance minutieuse, de méthodes professionnelles et d’une gestion rigoureuse ».

La ferme expérimentale du Manitoba accueillait chaque année plusieurs milliers de visiteurs et aidait « matériellement » l’immigration au Manitoba et dans le Nord-Ouest. Bedford consignait avec soin les résultats de ses nombreuses expériences et les diffusait dans le Farmer’s Advocate and Home Magazine, publié à London, en Ontario, et à Winnipeg, et dans le Nor’-West Farmer de Winnipeg. Il publia des articles sur les sujets les plus divers. Selon l’opinion dominante en agriculture dans l’ouest du Canada, chaque district était bon soit pour la culture du blé, soit pour l’élevage du bétail, mais Bedford et d’autres personnes, notamment James Duncan McGregor, éleveur de bétail de tout premier plan, recommandaient vivement aux fermiers de diversifier leur production en combinant cultures commerciales et élevage de bétail.

Bedford fit partie de la direction de diverses organisations étroitement liées à l’agriculture. Pour encourager l’échange d’idées, il avait contribué à la fondation et avait été président de la Moosomin Agricultural Society en 1886. Il fut premier vice-président (1889) de la Brandon Agricultural Society, premier président (1891) du Brandon Farmers’ Institute, membre du conseil d’administration (1892–1893) de la Manitoba Dairy Association et vice-président (1892–1895), puis président honoraire (1895–1899), du Manitoba Central Farmers’ Institute, ainsi que représentant de cette association au Western Grain Standards Board. En outre, il présida en 1897 la réunion de fondation de la Brandon Horticultural Society et fut membre de son conseil d’administration, puis vice-président (1901–1902) de la Western Horticultural Society, président (1897) et membre du conseil d’administration (1902–1906) de la Western Agricultural and Arts Association of Manitoba, premier président (1903) de la Manitoba Bee Keepers’ Association et membre du conseil d’administration du Brandon Fair Board à partir de 1903. En tant que représentant du Manitoba Agricultural College, il fut directeur national de la Canadian Seed Growers’ Association de 1904 à 1905 et de 1910 à 1914.

Vers la fin de 1905, après avoir été surintendant de la ferme expérimentale pendant 18 ans, Bedford démissionna et s’associa à Albert Edward McKenzie dans son entreprise de semences réputée. Leur première tâche fut de réorganiser l’entreprise qu’ils constituèrent en société, avec d’autres partenaires, sous le nom d’A. E. McKenzie Company Limited, le 29 mars 1906. Bedford en devint le directeur général, avec la responsabilité de la sélection des semences, des semailles et de la multiplication des cultures. Le 1er octobre 1908, il quitta l’entreprise pour le poste de professeur de gestion de la grande culture au Manitoba Agricultural College. Il enseigna au collège pendant près de quatre ans ; selon la M. A. C. Gazette, « tous ses cours comportaient des aspects pratiques » et il soutenait le programme de formation continue. Le 4 juillet 1912, on réussit à le convaincre de devenir sous-ministre provincial de l’Agriculture et de l’Immigration, poste qu’il occupa pendant trois ans, tout en continuant de représenter les fermiers du Manitoba avec autant d’énergie qu’auparavant. Il leur enseigna les « méthodes approuvées les plus profitables » dans des fermes modèles, des écoles itinérantes de laiterie et des trains spéciaux équipés pour donner des cours et de la formation ; il leur conseillait fortement de diversifier leur production et insistait sur l’importance d’une rotation « systématique » des cultures. De plus, au nom du gouvernement du Manitoba, il intervint habilement au congrès des maires tenu à Ottawa du 26 au 28 mai 1915 sur les thèmes du chômage et des conditions de travail. En 1916, le ministre provincial de l’Agriculture et de l’Immigration, Valentine Winkler*, le nomma président de la commission sur les plantes nuisibles. Bedford continua de s’occuper de la gestion des plantes nuisibles après l’abolition de la commission en 1921 ; celle-ci fut reconstituée deux ans plus tard et Bedford fit partie du comité directeur. De 1925 à sa retraite, en 1927, il travailla auprès de la commission à titre de conseiller.

Le 20 mai 1921, l’université de Manitoba décerna à Bedford un doctorat honorifique en droit. L’année suivante, on accrocha son portrait dans le hall d’entrée du collège d’agriculture et son nom fut inscrit au tableau d’honneur de l’université. Le 13 janvier 1931, le premier ministre, John Bracken*, consacra Bedford, un ami proche qu’il décrivait comme le « grand horticulteur des Prairies », membre honoraire à vie de la Manitoba Horticultural Association. Bedford mourut le 14 décembre 1933 à la suite d’une longue maladie. Le 26 juillet 1978, il fut l’une des 15 premières personnalités admises au Manitoba Agricultural Hall of Fame.

Spencer Argyle Bedford était un professeur enthousiaste et un ardent chercheur qui dispensait généreusement ses conseils et encourageait tous ceux qui recherchaient son aide. L’opinion des fermiers du Manitoba était unanime : il avait rendu des services inestimables à l’agriculture manitobaine. En 1896, James Wilson Robertson*, commissaire fédéral de l’industrie laitière et agricole, l’avait surnommé le « roi sans couronne de l’agriculture au Manitoba ». Bedford fut assurément le chef de file du progrès agricole de la province.

Peter Hanlon

Spencer Argyle Bedford est l’auteur de Contra facts for the electors of Moosomin district : Mr. C. B. Slater’s crowning falsehoods, mendacious statements and election bunkum ! : Mr. Slater’s single-handed game of bluff (Moosomin, [Saskatchewan, 1885]).

AM, CCA (Companies office corporation documents), 0059/0260, GR6427, file 47A, A. E. McKenzie Co. Ltd, Q-02-45-86 ; EC 0016 (Premier’s Office Files), GR1665, 77–79 ; NR 0215 (Department of Natural Resources, Homestead files), GR2060, SW 34-2-7 W.— BAC, R194-40-3, dossiers 60344, 63739 ; R233-34-0, Oxford North, Ontario, dist. 14, subdist. G : 50.— Brandon Univ., S. J. McKee Arch. (Manitoba), RG 3, McS 2, 2.2, 2.2.2, file 1, tape 7.— GRO, Reg. of births, Uckfield, 19 févr. 1851.— Univ. of Manitoba Libraries, Dept. of Arch. and Special Coll. (Winnipeg), UA 15, box 30, 7 oct. 1908.— Brandon Sun, 10 juill. 1890.— Moosomin Courier, 20 nov. 1884 ; 19 févr., 5 mars, 16, 23 avril, 7, 28 mai, 6 août, 10, 17 déc. 1885 ; 8 avril, 10, 24 juin, 15 juill., 30 sept. 1886.— Nor’-West Farmer (Winnipeg), 20 févr. 1906.— Winnipeg Evening Tribune, 14 janv. 1931.— Winnipeg Free Press, 15 déc. 1933.— Annuaire, Manitoba et Territoires du Nord-Ouest, 1886–1888.— Annuaire, Winnipeg, 1882–1883.— Canada, Parl., Doc. de la session, 1889–1906 (rapports des fermes expérimentales, 1888–1905).— Canadian men and women of the time (Morgan ; 1898 et 1912).— M. A. C. Gazette (Winnipeg) (novembre 1912).— Manitoba Agricultural Hall of Fame Inc. (Brandon, [1995 ?]).— Manitoba Central Farmers’ Instit., Annual report (Winnipeg), 1893 : 63–65 ; 1895 : 58 ; 1896 : 108.— Univ. of Manitoba, Convocation program, 1920–1921 ; Faculty of Agriculture, 75th anniversary 1906–1981 : and growing for tomorrow ([Winnipeg, 1981]).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Peter Hanlon, « BEDFORD, SPENCER ARGYLE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 16, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 22 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/bedford_spencer_argyle_16F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/bedford_spencer_argyle_16F.html
Auteur de l'article:   Peter Hanlon
Titre de l'article:   BEDFORD, SPENCER ARGYLE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 16
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   2014
Année de la révision:   2014
Date de consultation:   22 septembre 2014