DCB/DBC Mobile beta
+

CASSEGRAIN (Casgrain), OLIVIER-ARTHUR, avocat et écrivain, baptisé à L’ Islet le 6 octobre 1835, fils d’Olivier-Eugène Casgrain, notaire et seigneur de L’Islet, et de Marie-Hortense Dionne, décédé à Québec le 9 février 1868.

Olivier-Arthur Cassegrain fit ses études classiques au collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière où il « s’y distingua par sa bonne conduite, son application, son amour des lettres ». Il s’inscrit par la suite à la faculté de droit de l’université Laval, Québec. « Plutôt littéraire qu’avocat », il publie régulièrement dans le Courrier du Canada durant sa « cléricature ». Son premier texte intitulé « Soirée d’universitaires », paru le 28 décembre 1857, fait si forte impression sur Joseph-Charles Taché*, le rédacteur du journal, qu’il lui confie, l’année suivante, le soin d’écrire les comptes rendus des cours d’histoire du Canada que donnait l’abbé Jean-Baptiste-Antoine Ferland devant des auditoires enthousiastes. Ses comptes rendus publiés jusqu’en 1862 furent repris à partir de 1859 dans le Journal de l’Instruction publique.

Admis au barreau en 1860, Cassegrain pratique quelque temps à Québec. Il n’en continue pas moins d’écrire. La même année, en effet, il fait paraître dans le Courrier du Canada, « l’Héros de Sainte-Foye », poème hautement louangé par Édouard Sempé, poète français de passage à Montréal. Cassegrain se joint à la joyeuse bande qui se réunit à la Mansarde du Palais autour de Louis-Honoré Fréchette* et d’Alphonse Lusignan*. C’est durant cette période qu’il écrit la Grand-Tronciade ; ou itinéraire de Québec à la Rivière-du-Loup, long poème de près de 100 pages paru en 1866 et lu auparavant devant les amis de la Mansarde. Fréchette rappela l’événement dans son poème Reminiscor ; Léon-Pamphile Le May** jugea le poème assez sévèrement et reprocha au poète d’avoir vu trop grand. En 1863, Cassegrain écrit pour la Revue canadienne, en collaboration avec Pascal-Amable Dionne, avocat comme lui, la Tauride, poème satirique inspiré d’un procès concernant deux taureaux trouvés sur la voie publique.

Le 8 août 1865, Cassegrain épouse à Québec Félixine Hamel. En juillet 1867, il entre au bureau du greffier de la province de Québec. Il meurt le 9 février 1868, à 32 ans, après une longue maladie.

John Hare

Arthur Cassegrain, La grand-tronciade ; ou itinéraire de Québec à la Rivière-du-Loup ; poème badin (Ottawa, 1866).— Arthur Cassegrain et P.-A. Dionne, La tauride, Revue canadienne (Montréal), I (1864) : 297–302.— Le Courrier du Canada, 28 déc. 1857, 1858–1862, 10 févr. 1868.— Edmond Lareau, Hist. de la littérature canadienne.— L.-P. Le May, Notice bibliographique sur la grand-tronciade de M. A. Cassegrain, Revue canadienne, III (1866) : 441s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

John Hare, « CASSEGRAIN, OLIVIER-ARTHUR », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 28 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/cassegrain_olivier_arthur_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/cassegrain_olivier_arthur_9F.html
Auteur de l'article:   John Hare
Titre de l'article:   CASSEGRAIN, OLIVIER-ARTHUR
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   28 juillet 2014