DCB/DBC Mobile beta
+

DUBOIS DE COCREAUMONT ET DE SAINT-MAURICE, JEAN-BAPTISTE, écuyer, commandant de l’artillerie et officier de l’état-major dans le régiment de Carignan-Salières (1665–1667 ?).

Débarqué à Québec depuis peu, Dubois arrivait, le 21 octobre 1665, au fort Sainte-Thérèse, où il passa l’hiver. À l’automne de 1666, il participa à l’expédition contre les Iroquois avec la mission de prendre possession, au nom du roi de France, des « forts d’Agnié ». Ce qu’il fit solennellement le 17 octobre 1666. On ne sait rien de plus sur ce militaire qui est vraisemblablement retourné en France en 1667 ou en 1668.

Il ne faudrait pas confondre cet officier avec son homonyme, Jean-Baptiste Dubois d’Esgriseilles (et non Des Prinzèles), aumônier du régiment de Carignan, débarqué à Québec le 19 août 1665 avec le marquis de Salières. Sur ce personnage, on n’a guère plus de renseignements que sur le précédent. Il était à Montréal le jour de Noël 1665, puis à Québec le 19 août 1666, alors qu’il commençait les exercices spirituels chez les Jésuites. À l’automne, il prenait part à l’expédition contre les Agniers. On ne sait trop ce qu’il devint par la suite. En mai 1671, il apparaît à Trois-Rivières. S’embarqua-t-il dès cette année pour la France, comme le prétend Caron ? Était-il bien à Montréal en 1674, comme l’affirme Sulte ? De toute façon, s’il demeura dans la colonie après 1671, il n’y fit pas grand bruit. Une seule fois, le 11 août 1676, il est nommé dans un acte du Conseil souverain, sans que l’on sache s’il était au Canada ; l’acte fait mention de son procureur, le sieur Jean Lechasseur* (secrétaire de Buade de Frontenac), çe qui n’est pas forcément un indice que l’abbé était pour lors en France. Tanguay, Allaire et Sulte, à la suite de Noiseux – dont les renseignements sont très souvent erronés – lui font quitter le Canada en 1680. Nous croyons, pour notre part, qu’il était déjà, à cette date, rentré en France depuis quelques années.

André Vachon

Sur Dubois de Cocreaumont, V. Mémoire de M. de Salières, dans Régis Roy et Malchelosse, Le Régiment de Carignan, 51, et le Procès verbal de la prise de possession des forts d’Agnié (17 oct. 1666), dans Sulte Mélanges historiques (Malchelosse), VIII : 57s. Sur Abbé Dubois, V. JJ (Laverdière et Casgrain), 333, 348.— JR (Thwaites), L: passim.— Jug. et délib., II: 18.— J.-B.-A. Allaire, Dictionnaire biographique du clergé canadien-français (6 vol., Montréal, 1910–34), I : 181 s.— Lucien Brault, Les Instruments de musique dans les églises de la Nouvelle-France, RSCHEC, 1956–57 : 95.— Ivanhoë Caron, Prêtres séculiers et religieux qui ont exercé le saint ministère dans la Nouvelle-France (1659–1669), BRH, XLVII (1941) : 196s.— [François Noiseux], Liste chronologique des Evêques et des Prêtres tant seculiers que reguliers, employés au service de l’Eglise du Canada depuis l’établissement de ce pays [...] (Québec, 1834).— Régis Roy et Malchelosse, Le Régiment de Carignan, 113.— Sulte, Mélanges historiques (Malchelosse), VIII : passim.— Tanguay, Répertoire du clergé, 47.— Les Ursulines de Trois-Rivières, I : 431.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

André Vachon, « DUBOIS DE COCREAUMONT ET DE SAINT-MAURICE, JEAN-BAPTISTE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/dubois_de_cocreaumont_et_de_saint_maurice_jean_baptiste_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/dubois_de_cocreaumont_et_de_saint_maurice_jean_baptiste_1F.html
Auteur de l'article:   André Vachon
Titre de l'article:   DUBOIS DE COCREAUMONT ET DE SAINT-MAURICE, JEAN-BAPTISTE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   1 octobre 2014