DCB/DBC Mobile beta
+

HAGEL, NATHANIEL FRANCIS (jusque vers 1876, il signa son nom de famille Hagle), avocat, né le 20 février 1846 à Hagle’s Corners, près d’Ingersoll, Haut-Canada, deuxième fils de Samuel Hagle et d’Eliza Ann Tapley ; le 13 septembre 1870, il épousa à London, Ontario, Susan Adeline Summers, et ils eurent au moins deux filles et un fils ; décédé le 27 janvier 1915 à Winnipeg et inhumé au cimetière St John.

Nathaniel Francis Hagel, dont les quatre grands-parents étaient descendants de loyalistes, fit ses études à Ingersoll et à Woodstock. Il quitta la maison à l’âge de 17 ans, car il avait décidé de devenir avocat à l’encontre des vœux de son père. Après avoir subvenu à ses besoins en jouant au théâtre et en enseignant, il entreprit son stage de droit à Woodstock et le poursuivit à Toronto. Admis à titre d’attorney en 1872, il fut reçu au Barreau de l’Ontario l’année suivante. Durant huit ans, il pratiqua surtout le droit criminel à Toronto.

Attiré par l’effervescence qui régnait dans l’Ouest, Hagel s’installa à Winnipeg à l’automne de 1881. Il fut admis au Barreau du Manitoba en février 1882, fonda le cabinet Hagel, Henderson and Delahaye et s’associa par la suite à d’autres avocats. Sa spécialité était toujours le droit criminel, et il la pratiquait avec un tel succès que l’on en vint à le considérer comme « l’un des plus brillants membres de la profession au Canada ». Le titre de conseiller de la reine lui fut conféré le 23 octobre 1885.

Particulièrement habile dans les procès devant jury, Hagel défendait ses clients avec une audace tempérée de rigueur et de courtoisie, et il excellait dans les contre-interrogatoires. Les jurés avaient parfois les larmes aux yeux en l’entendant citer la Bible et Shakespeare de sa voix grave et sonore. Il représenta la défense dans 76 procès pour meurtre et un seul de ses clients fut pendu. Cependant, Hagel n’était pas de ces avocats qui ont toujours le nez plongé dans les livres ; il détestait consacrer beaucoup de temps à la préparation de ses dossiers. Pour remporter la victoire devant le tribunal, il comptait plutôt sur sa vive intelligence et sur sa solide connaissance du droit de la preuve.

Hagel fut conservateur toute sa vie et milita dans le parti. Il en fut vice-président au Manitoba durant de nombreuses années ; au Yukon, il organiserait le Dawson City Conservative Club, dont il serait le premier président. Il fut candidat conservateur à deux élections provinciales au Manitoba : dans la circonscription de Rockwood en 1886 et dans celle de Kildonan en 1891. Les deux fois, il fut défait de justesse – par sept voix seulement dans Kildonan – et l’on parla de pratiques électorales douteuses.

Hagel s’établit à Vancouver en 1898, puis à Dawson, au Yukon, en 1900. À Dawson, il se mit avec ferveur à l’horticulture et démontra que le Nord avait un riche potentiel agricole. Pour diffuser ses idées, il devint président de la Yukon Horticultural and Floral Association et du Yukon International Polar Institute.

Nathaniel Francis Hagel exerça le droit avec succès dans les deux villes jusqu’à son retour à Winnipeg à la fin de 1905. Sa santé était alors mauvaise ; ses années de notoriété étaient révolues. Dans l’une de ses dernières affaires judiciaires, en mars 1914, l’inculpé était son propre fils, Percy Elden, lui-même avocat au Manitoba. On l’accusait d’avoir facilité, en lui faisant passer un fusil et une corde, l’évasion de John Krafchenko, emprisonné sous l’inculpation d’avoir assassiné un directeur de banque à Plum Coulee, au Manitoba. Hagel seconda l’avocat de la défense, un de ses anciens associés, Robert Andrew Bonnar*, mais son fils fut condamné à passer trois ans au pénitencier de Stony Mountain. Victime d’une crise d’apoplexie à l’automne de 1914, Hagel mourut à la fin du mois de janvier suivant.

Lee Gibson

AN, RG 31, C1, 1891, Winnipeg.— Arch. of Manitoba Legal Hist. (Winnipeg), A21 (Percy Hagel, « Gold dust to ashes », ms) ; A309-1-A (materials regarding disbarment of R. L. Ashbaugh) ; A408 (letter from G. H. Kenny to Law Soc. of Manitoba) ; A702 (petition of N. F. Hagel, 15 Feb. 1884) ; A703–704 (petition of N. F. Hagel, 15 Sept. 1883) ; A719-15 (letter from N. F. Hagel to W. W. Taylor) ; A2184 (pamphlet : John Krafchenko, the Canadian outlaw; Biog. cards ; Law Soc. of Manitoba, files ; minute-books ; Scrapbooks.— PAM, GR 4347 ; MG 12, E1, corr. and papers : 8295s.— Univ. of Manitoba Libraries, Dept. of Arch. and Special Coll. (Winnipeg), mss 48 (Pitblado family coll.), box 4.— Manitoba Free Press, 1882–1887, 1890–1892, 1899–1900, 1906, 1913–1915.— Winnipeg Free Press, 1944.— Winnipeg Tribune, 1912, 1915.— Annuaire, Winnipeg, 1882–1883, 1887, 1891–1897, 1907.— George Bryce, A history of Manitoba ; its resources and people (Toronto et Montréal, 1906).— Canadian album (Cochrane et Hopkins).— Canadian men and women of the time (Morgan ; 1898).— Dale et Lee Gibson, Substantial justice ; law and lawyers in Manitoba, 1670–1970 (Winnipeg, 1972).— F. H. Schofield, The story of Manitoba (3 vol., Winnipeg, 1913).— R. St G. Stubbs, « The late N. F. Hagel, k.c. », Manitoba Bar News (Winnipeg), 8 (1935–1936) : 313–315, 333–335, 343 ; Lawyers and laymen of western Canada (Toronto, 1939).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Lee Gibson, « HAGEL, NATHANIEL FRANCIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 22 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/hagel_nathaniel_francis_14F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/hagel_nathaniel_francis_14F.html
Auteur de l'article:   Lee Gibson
Titre de l'article:   HAGEL, NATHANIEL FRANCIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1998
Année de la révision:   1998
Date de consultation:   22 juillet 2014