DCB/DBC Mobile beta
+
Titre original :  Painting, miniature Col. Michel Louis Juchereau Duchesnay, about 1808 Cromwell About 1808, 19th century 12 x 8.6 cm Gift of Miss L.H.Campbell M985.138.3 © McCord Museum Keywords:  male (26812) , Painting (2229) , painting (2226) , portrait (53878)

Provenance : Lien

JUCHEREAU DUCHESNAY, MICHEL-LOUIS, officier dans l’armée et dans la milice, seigneur, juge de paix et fonctionnaire, né le 14 décembre 1785 à Beauport, Québec, fils d’Antoine Juchereau* Duchesnay et de Catherine Le Comte Dupré ; le 3 novembre 1808, il épousa au même endroit Charlotte-Hermine-Louise-Catherine d’Irumberry de Salaberry, et ils eurent six fils et cinq filles ; décédé le 17 août 1838 à Petite-Rivière-Saint-Charles (Québec) et inhumé le surlendemain à Sainte-Catherine, Bas-Canada, sous le banc seigneurial de la chapelle paroissiale.

Michel-Louis Juchereau Duchesnay appartenait à l’une des plus riches familles de l’aristocratie seigneuriale de la région de Québec. Il était le troisième et dernier enfant du deuxième mariage du seigneur de Beauport, qui possédait aussi plusieurs autres seigneuries. Michel-Louis passa son enfance dans l’aisance et le confort. En 1794, sa mère quitta le manoir seigneurial à la suite d’une accusation d’adultère portée contre elle. Confié à la garde de son père, Michel-Louis fut alors placé comme pensionnaire au petit séminaire de Québec.

À l’instar de son frère Jean-Baptiste*, Duchesnay opta pour la carrière militaire et obtint, comme lui, une commission d’enseigne dans le 60th Foot en 1805. Les deux jeunes hommes servirent en Angleterre et tous deux reçurent le grade de lieutenant dans le même régiment en janvier 1806. Cependant, Duchesnay quitta l’Angleterre et l’armée britannique au milieu de l’année suivante et revint au Bas-Canada pour toucher l’héritage qu’avait laissé son père à son décès, le 15 décembre 1806. Toutefois, lui qui espérait hériter d’une fortune considérable n’eut droit qu’à la jouissance des seigneuries de Gaudarville et de Fossambault. Il put néanmoins contracter un mariage avantageux en épousant Charlotte-Hermine-Louise-Catherine, fille d’Ignace-Michel-Louis-Antoine d’Irumberry de Salaberry. Ce dernier, propriétaire d’une partie du fief de Beauport et personnage influent dans la société québécoise, se montra très satisfait de cette alliance, qui élargissait son réseau de relations et permettait à sa fille de profiter largement de la fortune de Catherine Le Comte Dupré, sa belle-mère. De fait, en 1811, celle-ci prêta la jolie somme de £700 au jeune couple afin qu’il puisse acquérir une terre à Petite-Rivière-Saint-Charles, où il s’établit à demeure.

Duchesnay servit pendant la guerre de 1812 à titre de capitaine dans les Voltigeurs canadiens que commandait son beau-frère Charles-Michel d’Irumberry* de Salaberry. Tout comme son frère Jean-Baptiste, Duchesnay se distingua à la bataille de Châteauguay, le 26 octobre 1813. Au début de l’année suivante, il se retira de son régiment afin de s’occuper davantage de sa famille et de ses propriétés. Il continua tout de même à servir dans la milice à titre de major du bataillon de Lotbinière, où il fut nommé en 1815. Duchesnay put se consacrer alors à la gestion des affaires de sa mère, qui investissait dans la propriété foncière ou plaçait son argent sous forme de rentes constituées et d’obligations. Il vit également au développement et à la mise en valeur des seigneuries de Gaudarville et de Fossambault en concédant des terres et en effectuant divers travaux de réfection aux bâtiments seigneuriaux.

Duchesnay sut profiter de son rang et de son réseau de relations familiales pour obtenir des faveurs du gouvernement. C’est ainsi qu’il reçut une commission de juge de paix pour le district de Québec en 1815, commission qu’on lui renouvela périodiquement. On le nomma aussi juge de paix pour le district de Gaspé en 1819 et en 1824. Toujours en 1815, on le choisit à titre de commissaire responsable de l’amélioration des communications intérieures dans la région de Québec. En 1819, il compta, avec George Waters Allsopp, Robert Christie* et Jean-Thomas Taschereau*, au nombre des commissaires chargés d’enquêter sur les titres de propriété dans le district de Gaspé, de régler le contentieux des terres et de s’enquérir des besoins des habitants de la péninsule gaspésienne. Les enquêteurs visitèrent la Gaspésie à trois reprises et soumirent au moins un rapport avant l’expiration de leur mandat en avril 1825. En 1820, Duchesnay, tout comme son demi-frère Antoine-Louis*, fut nommé commissaire chargé de la construction des églises et des presbytères dans le district de Québec ; le gouvernement renouvela sa commission en 1830. En 1827, il remplaça Taschereau, un parent par alliance, au poste d’adjudant général adjoint de la milice du Bas-Canada. L’année suivante, on l’appela à remplir la fonction de surintendant des Affaires indiennes à Québec.

À la fin de 1836, Michel-Louis Juchereau Duchesnay hérita de tous les biens meubles et immeubles de sa mère, décédée le 14 novembre. Il put ainsi vivre dans l’aisance jusqu’à sa mort, deux ans plus tard. Duchesnay, veuf depuis de nombreuses années, laissait dans le deuil sept enfants qui se partagèrent le patrimoine paternel. L’aîné, Édouard-Louis-Antoine-Alphonse, obtint la meilleure part en héritant des seigneuries de Gaudarville et de Fossambault.

Céline Cyr

ANQ-Q, CE1-5, 15 mars 1786, 3 nov. 1808 ; CE1-39, 20 août 1838 ; CN1-147, 9 mai 1808, 13 juin 1815 ; CN1-178, 4 sept. 1823 ; CN1-230, 22 déc. 1806, 27 mars 1811, 14 févr. 1812, 24 juin 1815.— APC, MG 24, G45 ; RG 68, General index, 1651–1841.— Le Jeune, Dictionnaire.— Officers of British forces in Canada (Irving).— Gilles Paquet et J.-P. Wallot, Patronage et Pouvoir dans le Bas-Canada (1794–1812; un essai d’économie historique (Montréal, 1973).— P.-G. Roy, la Famille Juchereau Duchesnay (Lévis, Québec, 1903) ; la Famille Le Compte Dupré (Lévis, 1941).— Céline Cyr, « Portrait de femme : Catherine Dupré, indépendante. et rebelle », Cap-aux-Diamants (Québec), 2 (1986–1987), n° 1 : 15–18.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Céline Cyr, « JUCHEREAU DUCHESNAY, MICHEL-LOUIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 27 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/juchereau_duchesnay_michel_louis_7F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/juchereau_duchesnay_michel_louis_7F.html
Auteur de l'article:   Céline Cyr
Titre de l'article:   JUCHEREAU DUCHESNAY, MICHEL-LOUIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 7
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1988
Année de la révision:   1988
Date de consultation:   27 août 2014