DCB/DBC Mobile beta
+

KIRKE, THOMAS, aventurier, frère cadet de Sir David Kirke, né vers 1603 à Dieppe, mort après 1641.

Thomas Kirke accompagna ses frères David, LEwis, John et James dans les expéditions entreprises contre Québec en 1628 à 1629. À la capitulation de Champlain à Québec en 1629, Thomas emmena ce dernier prisonnier avec lui au quartier général des Anglais à Tadoussac. En route, il rencontra un navire français de secours commandé par Émery de Caën, qui n’avait pas été aperçu par David Kirke, et qu’il captura après une bataille rangée. Ensuite, Thomas se vit confier la responsabilité du poste de traite des pelleteries à Québec, où il assumait les fonctions de gouverneur pour les trafiquants anglais et écossais qui avaient financé l’expédition. Il fut ainsi aux prises avec les navires interlopes anglais et français sur le Saint-Laurent. En 1631, de retour en Angleterre, il commanda le navire anglais de ravitaillement et hiverna apparemment à Québec, avant de rentrer en Angleterre en 1632 avec son frère Lewis, lorsque la colonie fut restituée aux Français.

Il entra dans la marine, probablement la même année, avec le grade de capitaine et de « vice-amiral de la flotte anglaise ». En mars 1635, il fut nommé capitaine du Sampson, mais fut muté au Swallow l’année suivante après avoir été accusé par son lieutenant d’avoir outrepassé ses pouvoirs. Il à pu être le Thomas Kirke mêlé à la perception de l’impôt de la marine au Cambridgeshire en 1637. Durant la guerre civile en Angleterre, il servit dans les forces royalistes comme lieutenant-colonel, et c’est probablement Thomas, plutôt que Lewis, également lieutenant-colonel, qui fut blessé à la prise du château de Knock près de Trim, en Irlande, en 1642.

Il ne semble pas avoir laissé de descendants, puisque son nom ne figure pas dans une pétition présentée en 1683 pour réclamer une indemnité en faveur des héritiers des frères Kirke pour les pertes subies lors de la conquête de Québec. Il se peut que Thomas Kirke soit mort pendant la guerre civile, ou encore qu’il ait été la personne du même nom chargée en 1661 de traquer les partisans du régime de Cromwell au Connecticut et au Massachusetts. Il ne faut pas le confondre avec un homonyme et parent probable nommé consul d’Angleterre à Gênes en 1689.

John S. Moir

Pour la bibliographie, V. celle de Sir David Kirke.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

John S. Moir, « KIRKE, THOMAS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 26 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/kirke_thomas_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/kirke_thomas_1F.html
Auteur de l'article:   John S. Moir
Titre de l'article:   KIRKE, THOMAS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   26 octobre 2014