DCB/DBC Mobile beta
+

LAWRENCE, WILLIAM BLAKE, directeur de théâtres et entrepreneur, né le 23 février 1870 à Gainesville, New York ; il épousa une prénommée Nellie A. ; décédé le 15 mai 1918 à Winnipeg et inhumé à Detroit.

William Blake Lawrence grandit à Detroit ; malgré son peu d’instruction, il accéda à la direction de la Detroit Opera House, où il avait commencé comme garçon de courses. En 1906, il dirigeait une maison de répertoire, le Colonial Theatre de Cleveland, dans l’Ohio, qui appartenait à une entreprise américaine de théâtre sise à Detroit, la Drew and Campbell. La même année, cette entreprise fit l’acquisition du Winnipeg Theatre et en confia la direction à Lawrence. Ce dernier emmena avec lui la compagnie du Colonial Theatre et la rebaptisa Winnipeg Stock Company. En 1909, après l’arrivée d’une troupe rivale à la Grand Opera House de Winnipeg, Lawrence loua cet établissement, intégra cette nouvelle compagnie à sa troupe du Winnipeg Theatre et installa ‘une troupe de répertoire mélodramatique à la Grand Opera House.

Toujours en 1909, Lawrence loua à Winnipeg une maison de vaudeville, le Dominion Theatre, et résilia le contrat de programmation liant celle-ci à la chaîne Orpheum Theatre, organisation américaine qui dominait le vaudeville dans le centre et l’ouest des États-Unis, pour le confier à William Morris. Cet imprésario indépendant défiait le quasi-monopole que la chaîne Orpheum et l’United Booking Office avaient acquis sur les productions de vaudeville en s’alliant. Après avoir enlevé à ces groupes un débouché à Winnipeg, Lawrence s’attaqua à un autre monopole en remplaçant le théâtre de répertoire au Winnipeg Theatre par les spectacles de tournée offerts par les frères Shubert, qui livraient alors une guerre sans merci au puissant Theatrical Syndicate de New York. En procédant à ce changement, Lawrence se plaça en concurrence directe avec Corliss Powers Walker*, magnat du théâtre à Winnipeg et propriétaire d’une grande entreprise de tournées. Walker, qui possédait ou contrôlait des salles au Manitoba, au Minnesota et dans le Dakota du Nord et qui était très lié au syndicat new-yorkais, jouait un rôle important dans les activités de théâtre de l’Ouest canadien.

En 1910, en apprenant que Martin Beck, du groupe Orpheum, allait construire un nouveau théâtre à Winnipeg, Lawrence et Walker conclurent un marché pour consolider leur emprise sur le milieu théâtral de la ville. Walker acheta le Winnipeg Theatre, en assuma la direction, rompit son contrat avec le syndicat et accueillit des spectacles de tournée des frères Shubert. De son côté, Lawrence prit la direction du Walker Theatre et en fit une maison de vaudeville où il présentait des numéros de première qualité par l’entremise de Morris. Il resta directeur du Dominion Theatre, où il installa une troupe de répertoire reconstituée, les Permanent Players.

En 1911, Morris avait abandonné le vaudeville et il y avait une trêve entre le syndicat et les frères Shubert. Walker reprit la direction du Walker Theatre en concluant avec le syndicat un contrat qui l’autorisait à accepter des offres des Shubert et d’autres agents. Lawrence loua le Winnipeg Theatre de Walker et y installa les Permanent Players. En outre, il transforma le Dominion Theatre, rebaptisé Empress Theatre, en une maison de vaudeville intégrée au groupe Sullivan-Considine.

Entre-temps, Lawrence s’associa à Alexander Pantages, qui lançait à son tour une offensive contre la domination exercée sur le vaudeville par le groupe Orpheum et l’United Booking Office. Lawrence trouva des sources locales de financement pour la construction du Pantages Theatre, qui ouvrit en février 1914 sous sa direction et qui était l’un des principaux maillons de la chaîne Pantages, alors en pleine expansion. Ensuite, il retira le programme de vaudeville Sullivan-Considine de l’Empress, rebaptisa ce théâtre New Dominion Theatre, y installa les Permanent Players et transforma en cinéma le Winnipeg Theatre. Il dirigea le Pantages Theatre, le New Dominion Theatre et le Winnipeg Theatre jusqu’à ce qu’une attaque de paralysie le frappe, à la fin de 1916. Il ne se remit jamais de ce problème de santé.

En tant que représentant local de William Morris, des frères Shubert, du groupe Sullivan-Considine et d’Alexander Pantages, William Blake Lawrence permit à Winnipeg de rester ouverte au monde du théâtre, car il intensifia la concurrence et fit obstacle à ceux qui tentaient de garder un monopole sur les spectacles de tournée. De plus, en créant et en dirigeant de solides troupes de répertoire, il établit un marché pour les productions locales et ouvrit la voie aux futures compagnies de théâtre professionnel de Winnipeg.

Reg Skene

Manitoba Free Press, 1906–1918.— Variety (New York), 1910.— Winnipeg Town Topics, 1906–1913.— Winnipeg Tribune, 1906–1918.— Reg Skene, « C. P. Walker and the business of theatre : merchandizing entertainment in a continental context », dans The political economy of Manitoba, James Silver et Jeremy Hull, édit. (Regina, 1990), 128–150.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Reg Skene, « LAWRENCE, WILLIAM BLAKE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 nov. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/lawrence_william_blake_14F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/lawrence_william_blake_14F.html
Auteur de l'article:   Reg Skene
Titre de l'article:   LAWRENCE, WILLIAM BLAKE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1998
Année de la révision:   1998
Date de consultation:   21 novembre 2014