DCB/DBC Mobile beta
+

FR:Special Projects

FR:UNDEF:public_sidebar_whats_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_updated_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_bio_of_the_day_caption

MARLING, ALEXANDER – Volume XI (1881-1890)

décédé le 12 avril 1890, à Toronto

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les Fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

FR:UNDEF:public_special_conferences_1864_caption

FR:UNDEF:public_special_essays_caption

FR:UNDEF:public_special_acadians_caption

FR:UNDEF:public_special_explorers_caption

FR:UNDEF:public_special_war_of_1812_caption

FR:UNDEF:public_special_wartime_pms_caption

FR:UNDEF:public_special_ww1_caption

MALHERBE, FRANÇOIS, frère, jésuite, né en Saintonge (France) le 1er mars 1627, décédé près de Chicoutimi le 19 avril 1696.

François Malherbe arriva au Canada vers 1645 en qualité de donné et s’embarqua pour la Huronie où il demeura jusqu’à l’abandon de cette mission en 1650. Au mois de mars 1 649, il aida à transporter de Saint-Ignace à Sainte-Marie les restes des martyrs Jean de Brébeuf et Gabriel Lalemant, et à les préparer pour l’ensevelissement. Après être demeuré quelque quatre ans parmi les réfugiés Hurons près de Québec, il repassa en France pour se faire frère jésuite à Paris le 30 décembre 1654. Il prononça ses derniers vœux de coadjuteur temporel le 15 août 1665. En 1658, il était déjà de retour au Canada où il devait servir pendant 16 ans comme inter-prête parmi les Montagnais et les Algonquins de Trois-Rivières. En 1676, il fut envoyé à Sillery et, en 1682, dans la mission de Tadoussac. Il s’y dévoua jusqu’à sa mort, surtout comme menuisier et comme fermier à Saint-Charles, poste central fondé près de Chicoutimi par le père de Crespieul* pour servir de résidence et de lieu d’approvisionnement pour les missionnaires et indigènes chrétiens de la région. D’après les écrits de ses supérieurs, le frère Malherbe était un religieux très prudent, d’un naturel doux, d’une rare patience et propre surtout aux travaux manuels.

J. Monet

ACSM, f.400.— JR (Thwaites), XLVI : 303.— Lettre du père Crespieul sur le frère Malherbe, BRH, XLVII (1941) : 56s.— F.-X.-E. Frenette, Les Pères Cocquart et de La Brosse et le Frère Malherbe, BRH, XLI (1935) : 416–432.— Ici ont passé : le monument du coteau du Portage, Pub. de la Soc. hist. du Saguenay, II (1937) : 25–27.— A. E. Jones, « ȣendake Ehen » or Old Huronia, PAO Annual Report, V (1908).

Bibliographie générale

FR:Citations

FR:UNDEF:public_citation_style_default FR:

Information to be used in other citation formats

Permalink: http://www.biographi.ca/fr/bio/malherbe_francois_1627_1696_1F.html
Author of Article:   J. Monet
Title of Article:   MALHERBE, FRANÇOIS (1627-1696)
Publication Name:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 1
Publication Details:   FR:UNDEF:public_citation_publisher, 1966
Year of publication:   1966
Year of revision:   1986
Access Date:   12 avril 2021