DCB/DBC Mobile beta
+

McLEAN, NEIL, officier dans l’armée et dans la milice, juge de paix, fonctionnaire, homme politique et juge, né en 1759 à Mingary, Écosse, fils de John McLean et d’une prénommée Elizabeth ; en 1784, probablement à New Johnstown (Cornwall, Ontario), il épousa Isabella Macdonell, fille cadette de John Macdonell of Leek, et ils eurent cinq filles et trois fils, dont le plus connu est Archibald* ; décédé le 3 septembre 1832 à St Andrews, Haut-Canada.

Neil McLean immigra en Amérique du Nord au cours de son adolescence. Pendant les premières années de la Révolution américaine, il s’enrôla comme enseigne dans le 1er bataillon des Royal Highland Émigrants (84th Foot), que commandait Allan Maclean*. Promu lieutenant, il fut mis à la demi-solde quand son unité fut licenciée en 1784, puis s’installa dans le canton no 2 (canton de Cornwall) avec d’autres Highlanders loyalistes. Il reçut une concession foncière de 2 000 acres en reconnaissance de ses services. Comme McLean était à la fois un presbytérien en vue, un gentleman des Highlands et un officier, il occupait dans sa communauté une place prépondérante ; sa carrière militaire et ses fonctions dans l’administration publique en témoignent. Ainsi, en mai 1796, il se joignit comme capitaine au 2e bataillon du Royal Canadian Volunteer Regiment, alors sous les ordres de John McDonell* (Aberchalder). Lorsque le bataillon fut licencié en 1802, McLean redevint officier à la demi-solde. Il fut l’un des premiers officiers supérieurs de la milice du comté de Stormont et passa colonel pendant la guerre de 1812.

McLean occupa à l’échelle régionale une variété de postes d’importance diverse : il fut juge de paix, trésorier de district, shérif, commissaire de la grammar school, commissaire de la voirie, juge de la Cour de surrogate, président du conseil des terres, inspecteur des permis de boutique, d’alambic et de taverne et commissaire chargé d’administrer le serment d’allégeance. Le sommet de sa carrière de fonctionnaire fut sa nomination au Conseil législatif en 1815 avec Thomas Clark, Thomas Fraser et William Dickson*.

Neil McLean fut l’un des membres fondateurs de la Highland Society of Canada, créée en novembre 1818 à St Raphaels pour conserver « la langue, l’esprit martial, le costume, la musique et les usages de l’ancienne Calédonie ». Il siégea au bureau de direction de cet organisme pendant de nombreuses années. Il mourut chez lui en 1832, après une longue et douloureuse maladie ; il était apparemment le dernier officier survivant du 84th Foot.

Allan J. MacDonald

La carrière de Neil McLean est parfois confondue avec celle de Neal McLean*.  [a. j. macd.]

AO, MU 1780, A-1-2, Miles Macdonell à John Macdonell, 9 mai 1807 ; RG 1, C-I-1 ; RG 22, sér. 47, 1.— APC, RG 5, A1 : 2190–2191, 7142–7144, 19538–19548.— Upper Canada Herald, 12 sept. 1832.— Armstrong, Handbook of Upper Canadian chronology (1967), 30–32, 159–160.— Read, Lives of the judges, 160.York almanac, 1826 : 119, 121–122.— J. G. Harkness, Stormont, Dundas and Glengarry : a history, 1784–1945 (Oshawa, Ontario, 1946), 104–105.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Allan J. MacDonald, « McLEAN, NEIL (1759-1832) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 6, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 15 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/mclean_neil_1759_1832_6F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/mclean_neil_1759_1832_6F.html
Auteur de l'article:   Allan J. MacDonald
Titre de l'article:   McLEAN, NEIL (1759-1832)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 6
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1987
Année de la révision:   1987
Date de consultation:   15 septembre 2014