DCB/DBC Mobile beta
+

MILLER, JAMES ANDREWS, avocat, juge et homme politique, né le 29 juillet 1839 à Galt (maintenant partie de Cambridge), Haut-Canada, second fils de John Miller, avocat ; le 8 juin 1865, il épousa Henrietta Ranney, de St Catharines, Haut-Canada ; décédé le 1er novembre 1886 à Winnipeg.

James Andrews Miller fit ses études à Galt, à Simcoe et à Toronto, et en 1859 il obtint du Trinity College de Toronto un baccalauréat ès arts avec distinction dans les humanités et les mathématiques. Il fit son apprentissage comme clerc chez Richard Miller à St Catharines où il pratiqua le droit après avoir été admis au Barreau du Haut-Canada en 1863. Deux ans plus tard, Miller décrocha un baccalauréat en droit civil du Trinity College (qui lui décerna un doctorat en droit civil en 1873). Il remplit les fonctions de président de l’association conservatrice de la circonscription de Lincoln pendant de nombreuses années, et il se présenta lors d’une élection partielle fédérale dans Lincoln en 1877, où il subit la défaite.

Le 11 octobre 1880, Miller fut créé conseiller de la reine et, neuf jours plus tard, on le nommait juge puîné de la Cour du banc de la reine du Manitoba. Il accepta cette nomination, fort de la promesse que sir John Alexander Macdonald* le désignerait au poste de juge en chef de la province lorsque le titulaire, Edmund Burke Wood, alors malade, ne remplirait plus les fonctions. En mai 1882, Miller protesta contre les salaires peu élevés versés aux juges du Manitoba et il menaça de remettre sa démission si on ne les augmentait pas. Il ne mit cependant pas sa menace à exécution immédiatement. Lorsque, plus tard cette année-là, le gouvernement fédéral nomma Lewis Wallbridge juge en chef, Miller remit sa démission de la magistrature pour le 31 décembre 1882. La Société légale de Manitoba l’appuya, au moins sur la question des salaires, et lui témoigna sa haute estime en lui offrant un service à thé en argent.

Miller reprit alors l’exercice du droit. Inscrit au Barreau du Manitoba le 8 février 1883, il refusa cependant de payer les droits d’entrée habituels en faisant valoir qu’un ancien juge pouvait être admis en qualité de « visiteur » dans la société juridique. On raya son nom des rôles le 10 octobre 1884, mais il fut réintégré en juin 1885 à la suite d’un jugement de la cour en sa faveur.

À la demande du premier ministre John Norquay, Miller était revenu à la politique et, le 23 janvier 1883, il se présenta, mais sans succès, comme candidat conservateur dans la circonscription provinciale de Rockwood. Toutefois, après avoir été nommé pour remplacer Alexander Macbeth Sutherland comme procureur général le 6 septembre 1883, Miller fut élu avec une forte majorité dans la circonscription de Varennes le 28 septembre suivant. Varennes se trouvait dans une région sur laquelle à la fois le Manitoba et l’Ontario prétendaient avoir juridiction et, de fait, le jour de l’élection de Miller, les citoyens avaient également voté dans une élection provinciale en Ontario, comme faisant partie de la circonscription d’Algoma. En qualité de procureur général du Manitoba, Miller rencontra le premier ministre de l’Ontario, Oliver Mowat*, et ils s’entendirent pour soumettre le litige au comité judiciaire du Conseil privé, qui se prononça en faveur de l’Ontario en juillet 1884. Miller perdit ainsi son siège à l’Assemblée et démissionna du gouvernement le 11 décembre 1884.

Lorsqu’on introduisit un nouveau régime de cadastre en 1885, Miller devint le premier registraire général. Le 27 octobre 1886, il glissa dans un escalier de l’hôtel McKenzie à Winnipeg, où il vivait, et tomba sur un plancher de marbre. Miller, qui était un homme de très forte corpulence, subit de graves blessures et mourut cinq jours plus tard.

Lee Gibson

APC, MG 26, A.— Arch. of Western Canadian Legal Hist., Faculty of Law, Univ. of Manitoba (Winnipeg), Docs. relating to the striking of the Honourable J. A. Miller’s name from the roll of the law society.— Law Soc. of Manitoba (Winnipeg), Minute books, 21 juill. 1881, 27, 29 mai 1882.— Daily Manitoban (Winnipeg), 1er nov. 1886.— Daily Sun (Winnipeg), 24 déc. 1883.— Manitoba Daily Free Press, 25, 29, 30 oct., 6 nov. 1880, 17 oct., 3, 6 nov., 19 déc. 1882, 1er, 3, 9, 16, 24 janv., 5–7, 13, 28, 29 sept. 1883, 6 mars, 3, 11 déc. 1884, 29, 30 oct., 2–4 nov. 1886.— St. Catharines Journal (St Catharines, Ontario), 8 juin 1865.— R. D. et Lee Gibson, Substantial justice : law and lawyers in Manitoba, 1670–1970 (Winnipeg, 1972), 136–138, 143–145, 156, 159s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Lee Gibson, « MILLER, JAMES ANDREWS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 19 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/miller_james_andrews_11F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/miller_james_andrews_11F.html
Auteur de l'article:   Lee Gibson
Titre de l'article:   MILLER, JAMES ANDREWS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 11
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1982
Année de la révision:   1982
Date de consultation:   19 avril 2014