DCB/DBC Mobile beta
+

MUSGRAVE, JANE LAVINIA (McNaughton), réformatrice sociale, née le 6 juillet 1830 à North Sydney, Nouvelle-Écosse ; vers 1857, elle épousa Duncan McNaughton, immigrant de Glasgow, et ils eurent sept enfants, dont trois – deux filles et un garçon – lui survécurent ; décédée le 25 novembre 1916 à Victoria et inhumée au cimetière de la baie Ross.

Jane Lavinia Musgrave était l’arrière-petite-fille de loyalistes établis à Sydney, en Nouvelle-Écosse. Sa mère, qui « toute sa vie fut totalement abstème et adepte de la prohibition », lui inculqua sa foi baptiste et sa ferveur pour la tempérance. Ce code d’éthique, Jane Lavinia l’observerait durant toute sa longue existence. En 1876, à l’âge de 46 ans, elle se fixa à Victoria avec sa famille ; son mari s’établit comme charpentier tandis qu’elle-même continuait de tenir maison et finissait d’élever les enfants. Comme sa mère avant elle, elle transmit à ses filles sa passion pour la tempérance et les droits de la femme. Anne Cecilia* et Florence firent des études secondaires et furent encouragées à se joindre à des organisations féminines.

À Victoria, Jane Lavinia McNaughton participait aux activités de l’église First (Calvary) Baptist et de son établissement affilié, l’église Emmanuel Baptist. En 1913, elle serait nommée membre à vie de la British Columbia Baptist Convention ; c’était la première fois que quelqu’un de la congrégation First Baptist, homme ou femme, avait cet honneur. De plus, au moins à compter de 1895, elle représenta la Société féminine d’entraide Emmanuel et son cercle missionnaire au Local Council of Women of Victoria and Vancouver Island ; apparemment, elle était également active dans ce dernier organisme. Toutefois, on la connaissait surtout à cause de son travail à la Friendly Help Association et à la Woman’s Christian Temperance Union of British Columbia.

Fondée en février 1895 par le Local Council of Women, la Friendly Help Association avait eu pour mission première de faire des visites à domicile et de distribuer des vêtements usagés. En 1910, c’était le principal organisme de secours de Victoria ; financé en grande partie par la municipalité, il était dirigé par des femmes qui appartenaient aux églises de la ville et aux groupes féminins locaux. Profondément conservatrice, la Friendly Help Association aidait uniquement les personnes qui, de l’avis des membres, le méritaient.

Mme McNaughton milita dans cette association à compter de l’assemblée de fondation jusqu’à l’été de 1899. Manifestement, elle en approuvait le mandat conservateur : à l’assemblée mensuelle d’août 1895, elle présenta une résolution visant à refuser toute aide aux « gens qui n[‘étaient] pas dignes [d’en recevoir] ou refus[aient] de travailler ». À titre de membre du « comité pour la subdivision de la municipalité en districts », elle aida à mettre sur pied la structure dans le cadre de laquelle chaque district serait assigné à une ou deux femmes du comité de direction de l’association, lui-même composé d’une ou de deux représentantes de chaque église et groupe féminin de la ville. Ces « visiteuses » enquêteraient sur les familles qui avaient demandé de l’assistance ou qui, selon un organisme religieux, avait besoin d’aide. En outre, l’association décida de louer un bureau pour enregistrer « tous les cas de dénuement ». Mme McNaughton se porta volontaire pour travailler au bureau une journée par semaine. Elle jouait un rôle actif dans l’administration de l’association et fut la visiteuse baptiste d’un district.

Jane Lavinia McNaughton œuvra à la Woman’s Christian Temperance Union of British Columbia aussi bien à l’échelle locale que provinciale. Elle appartint à deux groupes de sa ville, la Victoria Union (appelée Central Union de 1900 à 1904) et l’éphémère Willard Union, nommée en l’honneur de la fondatrice de la Woman’s Christian Temperance Union aux États-Unis, Frances Elizabeth Caroline Willard. Ces deux groupes fusionnèrent en 1904 sous le nom de Victoria Union. Mme McNaughton fut présidente de la Victoria Union de 1902 à 1907. Avec sa fille Anne Cécilia, elle avait administré en 1900 la salle communautaire de la Willard Union, où elle avait tenu des cérémonies religieuses, animé des concerts dominicaux et offert des dîners pour hommes, dont bon nombre étaient « dans le besoin ». En outre, elle fut visiteuse d’hôpital.

À l’échelle provinciale, Jane Lavinia McNaughton fut surintendante des œuvres hospitalières au moins de 1886 à 1902 et surintendante du service de promotion des épiceries sans alcool de 1903 à 1908. Ses fonctions consistaient notamment à correspondre avec la surintendante nationale et les unions locales, à fournir à ces unions un « programme de travail » et des listes de suggestions de lecture, et à compiler un rapport annuel des progrès locaux. Très consciencieuse, Mme McNaughton se donna pour mission de visiter l’hôpital de la marine de Victoria, où elle tenta en vain de convertir le personnel de la marine à la tempérance. En tant que surintendante du service de promotion des épiceries sans alcool, elle fit campagne pour que la vente des boissons alcooliques soit séparée de la vente des produits d’épicerie et incita les femmes à ne pas encourager les épiciers qui vendaient de l’alcool. En 1904, elle devint membre à vie de l’union provinciale ; à peu près au même moment, el fut nommée représentante auprès du Local Council of Women. En 1908, après qu’elle eut mis fin à sa participation active, à l’âge de 78 ans, le comité directeur de l’union provinciale créa exprès pour elle le poste de présidente honoraire.

Jane Lavinia Musgrave McNaughton continua d’assister aux congrès provinciaux de la Woman’s Christian Temperance Union of British Columbia jusqu’en 1915. Son mari et elle s’étaient installés en 1906 ou en 1907 chez leur fille Anne Cecilia, au 1642, rue Pembroke, à Victoria. Devenue veuve en mai 1909, elle habita chez sa fille jusqu’à sa mort en 1916.

Susan J. Johnston

BCARS, Add. mss 2818.— City of Victoria Arch., M98308-01 (Friendly Help Assoc., minute-book, 1895–1933).— Daily Colonist (Victoria), 26 nov. 1916, 13 déc. 1933, 18 oct. 1938.— Victoria Daily Times, 25 nov. 1916.— Lyn Gough, As wise as serpents : five women & an organization that changed British Columbia, 1883–1939 (Victoria, 1988).— Woman’s Christian Temperance Union of British Columbia, Report of the annual convention (New Westminster, et autres lieux), 1886–1910 ; Silver anniversary of the provincial Woman’s Christian Temperance Union of British Columbia, 1883–1908 [...] (Victoria, 1908) (exemplaires conservés aux BCARS, Northwest coll.).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Susan J. Johnston, « MUSGRAVE, JANE LAVINIA », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 30 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/musgrave_jane_lavinia_14F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/musgrave_jane_lavinia_14F.html
Auteur de l'article:   Susan J. Johnston
Titre de l'article:   MUSGRAVE, JANE LAVINIA
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1998
Année de la révision:   1998
Date de consultation:   30 juillet 2014