DCB/DBC Mobile beta
+

NAIRN, STEPHEN, meunier et marchand, né le 14 août 1838 à Kelvinside, Glasgow, Écosse, fils de John Nairn et de Margaret Kirkland ; le 9 novembre 1881, il épousa Elizabeth Watt, et ils eurent deux enfants ; décédé le 14 octobre 1900 à Winnipeg.

Stephen Nairn commença sa carrière dans les affaires en s’associant à son frère James pour exploiter un moulin près de Glasgow. En 1863, il immigra dans le Haut-Canada et se joignit à son frère aîné, Alexander, dans une entreprise de meunerie et de commerce de grain à Rockwood. Vers 1875, les deux frères établirent la A. and S. Nairn à Toronto et menèrent diverses activités à titre de propriétaires d’un quai et de marchands de charbon. En 1884, l’association fut dissoute et Stephen s’installa à Winnipeg, où il construisit le premier moulin à farine d’avoine de la ville. Ce moulin était situé dans la région historique de Point Douglas, à côté de l’imposant moulin à farine de l’Ogilvie Milling Company [V. William Watson Ogilvie], établi seulement quelques années auparavant. En plus de la farine d’avoine, nourriture de base des nombreux habitants d’origine écossaise du Manitoba, le moulin de Nairn produisait des flocons d’avoine, de l’orge perlé et mondé, ainsi que divers aliments pour le déjeuner.

Au moment où Nairn arriva à Winnipeg, on venait d’expédier à Fort William (Thunder Bay, Ontario) la première cargaison de blé de l’Ouest par le chemin de fer canadien du Pacifique, dont la construction venait de prendre fin ; à cette époque, on commençait à peine à découvrir l’immense potentiel du Manitoba et des Territoires du Nord-Ouest pour la production de céréales. Nairn ne tarda pas à se mêler de près aux activités de cette industrie en pleine expansion. Élu membre du premier conseil de la Winnipeg Grain and Produce Exchange, créée en 1887 [V. Joseph Harris], il en devint président en 1896. Il fut aussi membre de la Chambre de commerce de Winnipeg ; il y occupa les postes de président en 1891, de président du bureau des inspecteurs de céréales en 1888–1889 puis, de 1889 jusqu’à son décès en 1900, de président du bureau des inspecteurs des farines et de membre du comité sur les céréales.

Les normes qui régissaient le blé dur de l’Ouest étaient, avant 1889, fixées en grande partie dans l’Est, ce qui ennuyait beaucoup les marchands de céréales de Winnipeg. C’est en 1888, pendant que Nairn occupait la présidence du bureau des inspecteurs de céréales, établi deux ans auparavant, que les efforts qu’il déploya avec ses collègues en vue de faire redresser ce qui était perçu comme une injustice commencèrent à porter fruits. En octobre de cette année-là, le ministre du Revenu de l’intérieur donna à la Chambre de commerce de Winnipeg le pouvoir de prélever des échantillons et de fixer des normes pour le blé du Manitoba puis, en mai de l’année suivante, on modifia l’Acte d’inspection générale de 1874 afin de créer le Western Standards Board, qui allait s’occuper des céréales de l’Ouest.

Durant toutes les années qu’il passa à Winnipeg, Nairn manifesta un vif intérêt pour l’immigration et la mise en valeur de l’Ouest. En 1896, lorsqu’il assista au troisième congrès des chambres de commerce de l’Empire, à Londres, il se prononça (comme sir Donald Alexander Smith* et d’autres) pour que l’on incite davantage les habitants des îles Britanniques à émigrer vers les colonies.

En 1898, en dépit des efforts concertés de la Winnipeg Grain and Produce Exchange et de la Chambre de commerce de Winnipeg, l’industrie de la farine d’avoine au Manitoba et dans les Territoires du Nord-Ouest fut affectée par la politique douanière du gouvernement canadien, selon laquelle les droits prélevés sur l’avoine importé étaient 100 % plus élevés que ceux que l’on exigeait pour la farine importée. À cause de cet écart non équitable, on importait de la farine d’avoine produite dans le nord des États-Unis, que l’on vendait à des prix que les meuniers de l’Ouest étaient incapables de concurrencer. Cette situation incita sans aucun doute Nairn à accepter, en mai de la même année, l’offre d’achat de son moulin que lui présenta l’Ogilvie Milling Company. Après cette vente, il poursuivit ses activités de marchand de grain et de membre de la Winnipeg Grain and Produce Exchange jusqu’à son décès, qui survint deux ans plus tard.

Malgré sa nature simple et discrète, Stephen Nairn manifesta un intérêt louable envers les affaires publiques. Membre de la congrégation presbytérienne Knox, il fut président de son conseil d’administration de 1890 à 1892. Il fut aussi membre du conseil d’administration de l’Hôpital Général de Winnipeg de 1889 jusqu’à sa mort, commissaire du Winnipeg Parks Board, administrateur de la Winnipeg Industrial Exhibition Association et membre de la Société historique et scientifique de Manitoba.

Charles W. Anderson

PAM, MG 10, A2, Winnipeg Board of Trade, Annual reports, 1880–1900 ; B11.— Winnipeg Grain and Produce Exchange, Annual report (Winnipeg), 1889–1899.— Commercial (Winnipeg), 16 avril 1898.— Manitoba Morning Free Press, 18 avril, 26 mai 1898, 18 oct. 1900.— Pioneers of Manitoba (Morley et al.).— Winnipeg directory, 1884–1900.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Charles W. Anderson, « NAIRN, STEPHEN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 31 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/nairn_stephen_12F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/nairn_stephen_12F.html
Auteur de l'article:   Charles W. Anderson
Titre de l'article:   NAIRN, STEPHEN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1990
Année de la révision:   1990
Date de consultation:   31 octobre 2014