DCB/DBC Mobile beta
+

PANET, PIERRE-LOUIS, avocat et grand voyer, né à Montréal le 21 février 1800, fils de Pierre-Louis Panet*, juge de la Cour du banc du roi, et de Marie-Anne Cerré, décédé clans la même ville le 31 mars 1870.

Neuvième enfant d’une famille de douze, Pierre-Louis Panet fit ses études au collège de Montréal de 1809 à 1817. Après un stage de quelques années comme clerc, il fut admis au barreau le 13 février 1823. Trois ans plus tard, Panet abandonna sa profession à la suite de sa nomination au poste de grand voyer du district de Trois-Rivières par le gouverneur Dalhousie [Ramsay*], le 29 novembre 1826.

Héritage français, la fonction de grand voyer se perpétua longtemps après la Conquête. En 1796, la loi de la voirie divisa la province du Bas-Canada en trois districts principaux : Montréal, Québec et Trois-Rivières. Toutefois, les villes de Montréal et de Québec, qui possédaient leur système de voirie particulier, échappaient à la juridiction du grand voyer. D’après cette loi, le grand voyer de chaque district était assisté dans chaque paroisse, seigneurie ou canton d’un inspecteur nommé par lui pour deux ans. Les paroisses, à leur tour subdivisées en neuf sections au maximum, étaient administrées par un sous-voyer, élu pour deux ans par les propriétaires. Toute personne refusant d’accepter cette fonction encourait une amende de £5. De plus, la loi obligeait ceux qui désiraient un chemin ou en avaient la jouissance, à le construire ou à l’entretenir, été comme hiver, proportionnellement à la largeur respective de leur terre longeant la route.

La charge de grand voyer demandait un « homme de talent et de jugement », puisque ce dernier, responsable du tracé des voies publiques, présidait les assemblées réunissant toutes les parties intéressées dans l’ouverture et le financement d’un nouveau chemin. C’est lui qui, en dernier ressort, désignait les personnes chargées de construire et d’entretenir les routes. Chacune de ses décisions était consignée dans un procès-verbal, lequel était homologué par la Cour des sessions de la paix du district. Le grand voyer devait aussi, une fois l’an, visiter chacune des divisions de son district et inspecter les chemins et les ponts. Tandis que les inspecteurs surveillaient les sous-voyers et effectuaient des inspections périodiques, les sous-voyers, quant à eux, voyaient à l’exécution des ordres du grand voyer et punissaient ceux qui y contrevenaient par négligence ou autrement.

Le 20 août 1827, moins d’un an après sa nomination, Panet épousa à Montréal Louise-Clorinthe Bouthillier, fille du lieutenant-colonel Jean Bouthillier, commandant du 3e bataillon de milice de Montréal. Deux enfants naquirent de cette union ; Mme Panet mourut en juillet 1832. Au mois de décembre suivant, Panet déménagea à Montréal pour remplir la charge de grand voyer de ce district, en remplacement de l’honorable Louis-René Chaussegros* de Léry ; il y exerça sa fonction pendant huit ans.

Le 30 décembre 1840, le Conseil spécial adopta une ordonnance qui abolissait la structure en vigueur, y compris la fonction de grand voyer. L’administration des chemins passa alors sous la juridiction des conseils municipaux. À partir de cette date, Panet devint pensionné de l’État. Atteint d’un rhumatisme aigu, il alla passer quelque temps aux États-Unis à la recherche d’un climat plus clément. La mort, en mars 1870, de cet homme qui avait projeté une image digne de la réputation de la famille dont il était issu, mettait fin à la lignée montréalaise des Panet.

Roger Barrette

APC, MG 30, D62, 23, p.688.— B.-C., Statuts, 1796, c.9 ; Conseil spécial, Ordonnances, 1840–1841, c.7.— La Minerve, 1er avril 1870.— L’Opinion publique, 6 juin 1872.— P.-G. Roy, Inventaire des procès-verbaux des grands voyers conservés aux Archives de la province de Québec (6 vol., Beauceville, Québec, 1923–1932), III : 103–147, 208–222 ; V :179–312 ; La famille Panet (Lévis, Québec, 1906), 197–200.— Le premier grand voyer, BRH, LXIX (1967) : 19s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Roger Barrette, « PANET, PIERRE-LOUIS (1800-1870) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 22 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/panet_pierre_louis_1800_1870_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/panet_pierre_louis_1800_1870_9F.html
Auteur de l'article:   Roger Barrette
Titre de l'article:   PANET, PIERRE-LOUIS (1800-1870)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   22 septembre 2014