DCB/DBC Mobile beta
+

PERRAULT, JULIEN, prêtre, jésuite, missionnaire au Cap-Breton, né à Clisson, près de Nantes (France), probablement en 1602 et décédé à Orléans (France), le 24 novembre 1647.

Selon le père Melançon, Julien Perrault serait né le 20 juin 1598 ; mais un catalogue de 1625, au temps du noviciat de Perrault, lui donne alors 23 ans, ce qui reporterait sa naissance en 1602. Il semble avoir fait des études théologiques avant d’entrer chez les Jésuites. Immédiatement après son noviciat, il étudia durant un an la théologie morale à Amiens (1626–1627), puis fut une année procureur assistant au collège de Caen. Ordonné prêtre en 1628, il reçut la charge de procureur au même collège et la remplit jusqu’à 1633, année où il alla parachever, sa formation spirituelle au noviciat de Rouen (1633–1634). Le 27 janvier 1634, Julien Perrault recevait du père Barthélemy Jacquinot, provincial de Paris, sa nomination à la mission du Cap-Breton, en compagnie du père André Richard. Il quitta Dieppe, le 20 mars, et fit une traversée heureuse jusqu’à Sainte-Anne (N.-É.), sur la baie de Cibou, où il arriva le 30 avril. Le père Richard le suivit, sur un autre navire, sept jours plus tard. L’occupation des deux missionnaires fut d’abord de desservir les pêcheurs français qui demeuraient dans ce poste ou s’y arrêtaient. Mais ils s’appliquèrent également à observer les mœurs des indigènes et à apprendre leur langue. Dans les deux lettres qui nous restent du père Perrault, les Micmacs sont décrits avec une évidente sympathie et la tâche de l’évangélisation semble pleine de promesses. Bien que le père Melançon date de 1635 le retour du père Perrault en France, nous croyons qu’il faut le retarder d’une année. Le catalogue de la province de France ne le compte pas dans sa patrie en 1634 et en 1635 et la relation expédiée par lui en 1635 laisse supposer qu’il ne retourna pas cette année-là. C’est peut-être la maladie, qui a sévi terriblement en ces établissements du golfe, les premières années, qui a forcé le père Perrault à revenir en France. Il résida au collège de Rennes en 1636–1637, puis fut procureur du collège de Vannes de 1637 à 1641, ensuite de celui de Quimper, et enfin du collège d’Orléans, où il mourut.

Lucien Campeau

ARSI, codex Franc. 22, Catalogues annuels des maisons et des personnes de la province de France de la Compagnie de Jésus ; Lettres originales, codex Gal. 109, I : ff.54s. : lettre autographe du père Julien Perrault au père Mutius Vitelleschi, général, Sainte-Anne, 19 sept. 1634.— JR (Thwaites).— Lettre du père de Brébeuf au père Julien Perrault (Rouen, 31 mai 1631), dans R. Latourelle, Études sur les écrits de saint Jean de Brébeuf (2 vol., Montréal, 1952–53), II : 39s.— [Melançon], Liste des missionnaires jésuites, Nouvelle-France et Louisiane, 1611–1800 (Montréal, 1929), 61.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Lucien Campeau, « PERRAULT, JULIEN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 25 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/perrault_julien_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/perrault_julien_1F.html
Auteur de l'article:   Lucien Campeau
Titre de l'article:   PERRAULT, JULIEN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   25 juillet 2014