DCB/DBC Mobile beta
+

ROBERTSON, ANDREW, avocat, auteur et compilateur d’ouvrages juridiques, gouverneur de McGill University, fils de James Robertson, né à Stuartfield ou dans les environs, dans l’Aberdeenshire, Écosse, en 1815, décédé à la Côte-Saint-Antoine, Montréal, le 21 mars 1880.

Andrew Robertson avait 17 ans lorsque sort père décida de quitter l’Écosse avec sa famille pour émigrer aux États-Unis. Les Robertson vécurent quelque temps à Derby, dans le Vermont, avant de passer la frontière et de s’installer à Sherbrooke où James Robertson agit pendant plus de 25 ans comme pasteur de l’Église congrégationaliste.

Andrew Robertson fut admis au Barreau de Montréal le 28 septembre 1841, après avoir travaillé comme clerc dans l’étude du futur juge Charles Dewey Day*. Deux des frères d’Andrew, George R. et William Wilcox*, suivirent son exemple et devinrent avocats, tandis qu’un autre fils Robertson, Joseph Gibb*, occupa le poste de trésorier de la province de Québec. Leur sœur Margaret* fit une carrière littéraire.

Installé à Montréal, où il dirigeait, avec son frère George puis avec son frère William Wilcox, une étude prospère (A. et W. Robertson), Andrew Robertson fut pendant une période de près de 20 ans (1852–1871) un membre très actif du conseil du barreau. Il occupa successivement les postes de conseiller, examinateur, trésorier et bâtonnier (1866–1867). Le 12 février 1864, il était nommé conseiller de la reine. De 1856 à 1867, il collabora avec le juge Joseph-Ubalde Beaudry à la compilation des Lower Canada Reports/ Décisions des tribunaux du Bas-Canada. Ce recueil visait à faire connaître aux avocats et au public les décisions les plus importantes prises en matière civile ; il constituait un ouvrage de référence précieux pour les membres du barreau, qui pouvaient appuyer leurs causes ou leurs jugements sur la jurisprudence. En 1864, Andrew Robertson fit paraître un important ouvrage, intitulé A digest of all the reports published in Lower Canada to 1863, qui contenait un résumé de toutes les décisions judiciaires publiées jusque-là.

Gouverneur de McGill University, Andrew Robertson légua une partie de ses biens à la bibliothèque de la faculté de droit, afin d’en enrichir les collections. Après plusieurs années de travail et de recherches intenses, Andrew Robertson perdit peu à peu la vue. Il mourut à Montréal à l’âge de 65 ans. On ignore s’il se maria.

Jean-Pierre Chalifoux

Andrew Robertson, A digest of all the reports published in Lower Canada to 1863 (Montréal, 1864). APC, FM 30, D62 (Papiers Audet), 26, pp.40–43.— Dom. ann. reg., 1880–81, 428.— Pierre Beullac et É.-F. Surveyer, Le centenaire du Barreau de Montréal, 1849–1949 (Montréal, 1949), 69–71.— Lareau, Hist. de la littérature canadienne, 389–391.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Jean-Pierre Chalifoux, « ROBERTSON, ANDREW (1815-1880) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 29 août 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/robertson_andrew_1815_1880_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/robertson_andrew_1815_1880_10F.html
Auteur de l'article:   Jean-Pierre Chalifoux
Titre de l'article:   ROBERTSON, ANDREW (1815-1880)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   29 août 2014