DCB/DBC Mobile beta
+

WOOD, THOMAS, homme d’affaires, fermier, juge de paix, homme politique et fonctionnaire, né le 7 mars 1815 à Dunham, Bas-Canada, fils aîné de Thomas Wood et d’Anna (Mary) Skeels, tous deux originaires des États-Unis ; décédé le 13 novembre 1898 dans son village natal.

Thomas Wood passe sa jeunesse à la ferme de ses parents, près de Dunham, où il reçoit une certaine éducation. Il travaille d’abord à Montréal chez John Baker, propriétaire de la Commercial House, avant de séjourner à Boston afin de développer ses connaissances du monde des affaires. En 1836, à l’âge de 21 ans, on le retrouve dans son village natal. Le 30 septembre 1839, il épouse Ann Jane Stevens mais, deux ans plus tard, il reste veuf avec un fils. Le 19 février 1845, il se remarie avec Elisabeth Seeley ; ils auront deux fils et une fille.

À cette époque, Wood est déjà bien établi comme marchand général. À l’instar des autres commerçants, il accepte que les fermiers des environs le paient en nature. Avant 1858, il profite des défrichements encore fréquents dans la région et met sur pied une fabrique de potasse. Ses nombreuses relations à Montréal favorisent son négoce, et son magasin offre les effets en gros et au détail. Wood s’intéresse également à la terre et achète un lot de la couronne en 1849 ; il en acquerra ensuite d’autres qu’il mettra en valeur. En 1867, il remportera des prix à la foire annuelle de la Société d’agriculture du comté de Missisquoi.

Marchand prospère, juge de paix depuis 1852, membre influent de la loge maçonnique Prevost, propriétaire d’une ferme et d’une maison de brique à étage, Wood, âgé de 46 ans, se laisse tenter par l’aventure politique. Il brigue les suffrages sous la bannière conservatrice dans la circonscription de Missisquoi en 1861, mais sans succès. Plus heureux sur la scène municipale, il est maire de la municipalité du canton de Dunham de 1864 à 1866, puis du village de 1867 à 1875 et de 1882 à 1885. Mais c’est le 2 novembre 1867 qu’il atteint le sommet de sa carrière politique lorsqu’on le nomme conseiller législatif.

En plus de remplir toutes ces fonctions, Wood est commissaire chargé de la décision sommaire des petites causes en 1867 et préfet du comté de Missisquoi de 1868 à 1872. Devant les menaces des féniens, il préside une assemblée tenue en juin 1868 en vue d’organiser la milice locale pour assurer la protection des citoyens. En 1871, au cours d’une cérémonie très protocolaire à l’occasion de la fête de la reine Victoria, il remet les couleurs au 60th (Missisquoi) Battalion of Infantry. En outre, à un certain moment, il est président de l’Association de tir du district de Bedford.

Homme d’affaires averti, Wood appuie le mouvement de construction des chemins de fer qui agite sa région et, en 1869, il présente une pétition à l’Assemblée législative en vue d’obtenir une charte pour la Compagnie du chemin de fer de jonction de Missisquoi, dont il assume la présidence. Il prête aussi son concours à une foule d’autres requêtes et déploie une grande activité dans plusieurs comités importants du Conseil législatif, entre autres, celui des comptes contingents, celui des ordres permanents et des bills privés, et celui qui est chargé de s’informer et de faire rapport sur la nature des lois qui ont trait à la reconnaissance juridique de compagnies privées ; de même, il fait partie du comité des chemins de fer dès sa création en 1884.

Vers 1875, Wood semble délaisser le commerce et se consacrer plutôt à ses fonctions politiques et à l’agriculture qu’il encourage notamment à titre de président des associations d’agriculture et d’horticulture de Missisquoi. Il démontre également son intérêt pour l’éducation en qualité de président des administrateurs de l’école secondaire de Dunham. Le 14 janvier 1898, il occupe pour la dernière fois son siège au Conseil législatif dont il est le doyen. Il meurt chez lui le 13 novembre suivant et est inhumé le 16 dans le cimetière anglican de Dunham, en présence d’une foule considérable.

Thomas Wood eut une vie bien remplie, même dans les dernières années, et resta fidèle à son village natal. Dans l’église All Saints de Dunham, un vitrail à l’effigie du Bon Samaritain rappelle sa mémoire car, tout comme son père et son fils Thomas Frank, il fut très dévoué à sa paroisse ; pendant 27 ans, celle-ci le délégua au synode anglican du diocèse de Montréal. Avec constance, il maintint son attachement aux principes et aux valeurs que les hommes de son époque appréciaient chez les chefs de file ; il ne semble pas avoir déçu la confiance dont il fut toujours l’objet.

Marie-Paule R. LaBrèque

AC, Bedford (Cowansville), État civil, 16 nov. 1898.— AN, RG 31, C1, 1825, Dunham (Bedford, Québec) ; 1831, 1842, 1851, 1861, 1871, 1881, 1891, Dunham (Missisquoi, Québec).— ANQ-E, CE2-38, 30 sept. 1839 ; CE2-77, 19 févr. 1845 ; CN2-26, 28 avril 1840.— Brome County Hist. Soc. Arch. (Knowlton, Québec), Geneal. family file, Wood family ; Personages file, H. B. Shufelt.— Missisquoi Hist. Soc. Arch. (Stanbridge-East, Québec), Dossier Wood ; Dunham village ; Fenian raids doc. ; Margaret Ellis, file ; Masonic order ; Episcopal Church, Dunham, records (mfm) ; 60th Battalion of Missisquoi.— Joseph Bouchette, Carte topographique de la province du Bas-Canada [...] (s.l., 1815 ; réimpr., Montréal, 1980).— Débats de l’Assemblée législative (M. Hamelin), 1 (1869) : 37, 72, 167, 174, 179, 229, 233, 253.— Map of the counties of Shefford, Iberville, Brome, Missisquoi, and Rouville, Canada East, from special surveys under the direction of O. W. Gray, topographical engr., H. F. Walling, édit. (s.l., 1864).— Québec, Conseil législatif, Journaux, 1868–1898 ; Statuts, 1867–1868.— District of Bedford Times and General Advertiser (Sweetsburg [Cowansville]), 1866–1869, particulièrement 27 sept., 8 nov. 1867.— Gazette (Montréal), 4 nov. 1867, 14 nov. 1898.— Sherbrooke Daily Record (Sherbrooke, Québec), 15, 18 nov. 1898.— Le Soleil, 27 nov. 1897.— Waterloo Advertiser and Eastern Townships Advocate (Waterloo, Québec), 1er août, 3, 10 oct., 7 nov. 1867.— Hélène Bergevin, Églises protestantes (Montréal, 1981).— Canada directory, 1851 : 76 ;1857–1858 ; 1871 : 79.— County of Missisquoi and town of St. John’s directory [...] (Montréal), 1879–1881.— Eastern Townships directory, 1867 ; 1875–1876 ; 1888–1889.— Illustrated atlas of the Dominion of Canada [...] Eastern Townships and south western Quebec (Toronto, 1881 ; publié à nouveau, Ross Cumming, édit., Port Elgin, Ontario, 1972).— Langelier, Liste des terrains concédés.— Répertoire du personnel politique québécois, 1867–1982, Pierre Drouilly, compil. (Québec, 1983).— P.-G. Roy, la Législature de Québec : galerie des membres du Conseil législatif et des députés à l’Assemblée législative (Lévis, Québec, 1897), 55.— RPQ.— Turcotte, le Conseil législatif.— Derek Booth, Railways of southern Quebec (2 vol., Toronto, 1982–1985), 1.— C. M. Day, History of the Eastern Townships, province of Quebec, Dominion of Canada, civil and descriptive [...] (Montréal, 1869).— J. H. Graham, Outlines of the history of freemasonry in the province of Quebec (Montréal, 1892).— M. Hamelin, Premières années du parlementarisme québécois.— Histoire de Dunham, M. J. Ellis, édit. ([Dunham], 1968).— A. J. B. Milborne, Freemasonry in the province of Quebec, 1759–1959 ([Québec], 1960).— T. R. Millman, A short history of the parish of Dunham, Quebec (Granby, Québec, 1946).— Cyrus Thomas, Contributions to the history of the Eastern Townships [...] (Montréal, 1866).— « Honorable Thomas Wood », Missisquoi County Hist. Soc., Report (Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec), 2 (1907) : 52–53.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Marie-Paule R. LaBrèque, « WOOD, THOMAS (1815-1898) », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 25 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/wood_thomas_1815_1898_12F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/wood_thomas_1815_1898_12F.html
Auteur de l'article:   Marie-Paule R. LaBrèque
Titre de l'article:   WOOD, THOMAS (1815-1898)
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1990
Année de la révision:   1990
Date de consultation:   25 octobre 2014