DCB/DBC Mobile beta
+

BEECHEY, FREDERICK WILLIAM, officier de marine, artiste, explorateur, hydrographe et auteur, né le 17 février 1796 à Londres, fils de sir William Beechey et de Phyllis Ann Jessup ; en décembre 1828, il épousa Charlotte Stapleton, et ils eurent cinq filles ; décédé le 29 novembre 1856 à Londres.

Frederick William Beechey était issu d’une famille d’artistes. Son père, portraitiste célèbre, était membre de la Royal Academy of Arts, et sa mère était une miniaturiste accomplie. Deux de ses frères devinrent des artistes renommés. Quant à Frederick William, habile dans l’art du croquis, il tira parti de ses talents en illustrant ses expéditions maritimes. Une des filles de Beechey, Frances Anne*, qui vécut au Canada durant un certain nombre d’années, allait perpétuer la tradition artistique de la famille. Il semble que Beechey n’ait fréquenté officiellement aucun établissement d’enseignement, mais il reçut probablement de sa famille une certaine formation artistique. À l’âge de dix ans, il entra dans la marine royale, sous le patronage direct du comte de St Vincent, premier lord de l’Amirauté, et, le 8 janvier 1807, il fut classé midshipman. Il fit son service à l’étranger à bord de plusieurs navires. En janvier 1815, il prit part à l’attaque de La Nouvelle-Orléans et se distingua dans un combat naval contre les Américains, ce qui lui valut d’être nommé lieutenant de vaisseau, le 10 mars 1815.

En 1818, la marine britannique tenta à nouveau de trouver un passage au nord-ouest vers le Pacifique. Les recherches avaient été suspendues à la suite des découvertes de James Cook*. En janvier de cette année-là, Beechey fut nommé commandant en second et dessinateur en chef à bord du brick Trent, sous le commandement du lieutenant de vaisseau John Franklin*. Le Trent ainsi que la barque Dorothea formaient l’expédition dirigée par le capitaine David Buchan*, qui avait reçu ordre de l’Amirauté de chercher un passage « par voie septentrionale en traversant le pôle ». Simultanément, une seconde expédition, sous la direction du commander John Ross et du lieutenant de vaisseau William Edward Parry, devait emprunter la baie de Baffin. Le Trent et le Dorothea quittèrent la Tamise le 25 avril pour naviguer vers le nord-ouest de l’archipel du Spitzberg jusqu’à 80º34´ de latitude nord, où ils se prirent dans les glaces. Trois semaines plus tard, les deux équipages réussirent enfin à libérer les bâtiments, et l’expédition se dirigea vers l’ouest en direction du Groenland. Malheureusement, de fortes bourrasques projetèrent violemment les vaisseaux contre les glaces et causèrent de graves dommages au Dorothea. Finalement, malgré les réparations, on fut contraint d’abandonner l’expédition. Les deux navires arrivèrent sans encombre à Deptford, sur la Tamise, le 22 octobre. Beechey prépara plus tard un compte rendu de l’expédition, intitulé A voyage of discovery towards the North Pole [...] et illustré de six reproductions de croquis qu’il avait faits dans l’Arctique.

À cause de son expérience et du talent qu’il avait manifesté pour la navigation et le croquis, Beechey fut désigné pour participer à une nouvelle expédition dans l’Arctique, en janvier 1819, à titre de commandant en second du lieutenant de vaisseau Parry à bord de la galiote à bombes Hecla. Parry avait pour mission d’explorer le détroit de Lancaster (Territoires du Nord-Ouest) afin de déterminer s’il était fermé par des montagnes. Le Hecla ainsi que le brick armé Griper quittèrent Londres en mai 1819 et atteignirent le détroit de Lancaster dès la fin de juillet. Ayant rapidement constaté qu’il n’y avait pas de montagnes ; ils poursuivirent leur route vers l’ouest. À l’automne de 1819, l’expédition avait atteint l’île Melville et avait découvert et baptisé l’inlet du Prince-Régent, le détroit de Barrow, le détroit de Wellington et les îles North Georgian (îles Parry). Les bâtiments hivernèrent dans le havre Winter, à l’île Melville, réalisant pour la première fois un tel exploit en un lieu aussi septentrional dans l’Arctique. Les membres d’équipage consacrèrent leur temps à mettre au point des techniques de survie, à enregistrer des données d’ordre magnétique et météorologique, à entretenir les navires ainsi qu’à divers loisirs. Dans le but de rompre la monotonie du long hiver, Beechey entreprit la mise en scène de pièces théâtrales. La première, Miss in her teens, fut présentée le 5 novembre. De plus, il collaborait régulièrement à la North Georgia Gazette, and Winter Chronicle, hebdomadaire dirigé par le capitaine Edward Sabine* à bord du Hecla.

À l’été de 1820, l’expédition parvint à poursuivre sa route vers l’ouest jusqu’à 113º 48´ 22´´ de longitude ouest et découvrit la terre de Banks (île Banks) vers le sud, reconnue par Beechey, et le cap Dundas vers l’ouest, avant de devoir rebrousser chemin à cause de l’impénétrabilité des glaces. Mettant le cap vers l’est et longeant la rive méridionale du détroit de Barrow et du détroit de Lancaster, les explorateurs purent dresser la carte de la côte septentrionale de l’île Somerset avant de retourner en Grande-Bretagne ; ils arrivèrent à Peterhead, en Écosse, à la fin d’octobre 1820 [V. sir James Clark Ross*]. Lors de cette expédition, Beechey avait joué un rôle de premier plan. En plus de collaborer à la navigation, d’enregistrer des données et de prendre des notes, il avait fait des croquis des paysages de l’Arctique, dont 26 allaient être publiés en 1821 dans les récits personnels de Parry, Journal of a voyage for the discovery of a north-west passage [...]. Pendant les années 1821 et 1822, Beechey fut affecté aux relevés hydrographiques de la côte septentrionale de l’Afrique, expédition dont il publia plus tard la relation, de concert avec son frère Henry William, membre civil de l’expédition. Pendant qu’il travaillait à ce projet, Beechey fut promu commander, le 25 janvier 1822.

En 1825, Beechey devint capitaine de vaisseau du sloop Blossom, et l’Amirauté lui donna pour mission d’explorer les régions du Pacifique ne figurant pas sur les cartes, de traverser le détroit de Béring et de tenter de prendre contact, soit avec les membres de l’expédition terrestre partie du fleuve Mackenzie (Territoires du Nord-Ouest) sous la direction de Franklin, soit avec ceux de l’expédition maritime partie de l’inlet du Prince-Régent sous la conduite de Parry. À l’été de 1826, un détachement d’avant-garde du Blossom s’avança vers l’est jusqu’à la pointe Barrow (Alaska), mais il ne rencontra ni l’une ni l’autre des expéditions. On découvrit plus tard que le groupe du Blossom n’avait manqué Franklin, qui était parvenu à quelque 160 milles de la pointe Barrow, que de neuf jours. Après avoir hiverné dans le Pacifique, Beechey se dirigea une fois de plus vers le détroit de Béring au nord, à l’été de 1827, mais il rata de nouveau sa rencontre avec Franklin ou Parry. Il retourna alors dans le Pacifique, explora certaines régions, en dressa les cartes et revint en Grande-Bretagne au mois de septembre 1828. Le récit de l’expédition, intitulé Narrative of a voyage to the Pacific and Beering’s Strait [...] et publié avec l’autorisation de l’Amirauté en 1831, lui valut une gloire méritée.

Beechey fut nommé capitaine le 8 mai 1827 et, à la suite de son retour du Pacifique, il resta à terre pendant quelques années. Il effectua ensuite de nouveaux levés hydrographiques à la demande de l’Amirauté : en 1835, il travailla le long des côtes de l’Amérique du Sud et, de 1837 à 1847, le long de celles de l’Irlande. En 1847, Beechey fut nommé surintendant du département maritime du comité de commerce du Conseil privé et membre de l’Arctic Council, groupe à caractère officieux formé de navigateurs expérimentés qui conseillaient l’Amirauté dans ses tentatives pour retrouver sir John Franklin, perdu dans l’Arctique depuis 1845. En 1854, Beechey fut promu au rang de contre-amiral. Fellow de la Royal Society, il fut élu président de la Royal Geographical Society en 1855, poste qu’il occupa jusqu’à sa mort.

D’innombrables croquis de paysages, ainsi que de nombreuses observations sur les territoires explorés pendant ses voyages, illustrent bien le rôle important que joua Frederick William Beechey comme un des premiers artistes et explorateurs des régions arctiques du Canada. Parmi les lieux qui portent son nom se trouve la pointe Beechey (Alaska), désignée par Parry en 1826. Contrairement à la croyance populaire, l’île Beechey, au large de l’extrémité sud-ouest de l’île Devon (Territoires du Nord-Ouest), fut ainsi nommée en l’honneur du père de Beechey.

Jim Burant

Des aquarelles et des dessins au crayon représentatifs de l’œuvre de Frederick William Beechey se trouvent dans les collections permanentes de l’Arctic Institute of North America (Calgary), du National Maritime Museum (Londres) et du Scott Polar Research Institute (Cambridge, Angl.), ainsi qu’aux archives du Hydrographic Department du ministère de la Défense britannique (Taunton, Angl.). On retrouve aussi plusieurs de ses dessins dans l’ouvrage de William Edward Parry, Journal of a voyage for the discovery of a north-west passage from the Atlantic to the Pacific ; performed in the years 1819–20 [...] (nouv. éd., New York, 1968) ; dans les deux récits de voyage de Beechey, Narrative of a voyage to the Pacific and Beering’s Strait, to co-operate with the polar expeditions : performed [...] in the years 1825, 26, 27, 28 (2 vol., Londres, 1831) (il existe deux autres éditions de cet ouvrage : une première, Londres, 1831 ; réimpr., New York, 1968, et une seconde, Philadelphie, 1832) et A voyage of discovery towards the North Pole, performed in his majesty’s ships Dorothea and Trent under the command of Captain David Buchan, R.N. ; 1818 [...] (Londres, 1843) ; ainsi que dans l’ouvrage qu’il a préparé en collaboration avec son frère Henry William, Proceedings of the expedition to explore the northern coast of Africa, from Tripoli eastward ; in [1821] and [1822...] (Londres, 1828).

Les notes que Beechey a prises au cours de son expédition dans le Pacifique et le détroit de Béring en 1825–1828 ont été rééditées dans deux ouvrages, d’abord dans A narrative of the voyages [...] of Capt. Beechey [...] to the Pacific and Behring’s straits, performed in [...] 1825, 26, 27, and 28 [...] and of Capt. Back, to the Thlew-ee-Chola River and the Arctic Sea [...], Robert Huish, compil. (Londres, 1836), et ensuite dans The zoology of Captain Beechey’s voyage ; compiled from the collections and notes made by Captain Beechey [...] during a voyage to the Pacific and Behring’s straits [...], John Richardson et al., compil. (Londres, 1839). Beechey a aussi rédigé un chapitre sur l’hydrographie dans un ouvrage publié par l’Amirauté, A manual of scientific enquiry ; prepared for the use of her majesty’s navy : and adapted for travellers in general, J. F. M. Herschel, édit. (Londres, 1849 ; 2e éd., 1851 ; 3e éd., 1859).  [j. b.]

Gentleman’s Magazine, janv.–juin 1857 : 108–110.— Cooke et Holland, Exploration of northern Canada.— DNB.— Daphne Foskett, A dictionary of British miniature painters (2 vol., New York, 1972), 1 : 159.— O’Byrne, Naval biog. diet. (1849), 66–67.— John Barrow, Voyages of discovery and research within the Arctic regions, from the year 1818 to the present time [...] (Londres, 1846).— S. S. Bershad, « The drawings and watercolours by Rear-Admiral Frederick William Beechey, F.R.S., P.R.G.S. (1796–1856) in the collection of the Arctic Institute of North America, University of Calgary », Arctic (Calgary), 33 (1980) : 117–167.— A. M. Johnson, « Edward and Frances Hopkins of Montreal », Beaver, outfit 302 (automne 1971) : 4–19.— R. I. Murchison, « Address to the Royal Geographical Society of London ; delivered at the anniversary meeting on 25th May, 1857 », Royal Geographical Soc., Journal (Londres), 27 (1857) : xciv-cxix.— G. L. Nute, « Voyageur’s artist », Beaver, outfit 278 (juin 1947) : 32–36.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Jim Burant, « BEECHEY, FREDERICK WILLIAM », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 8, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 nov. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/beechey_frederick_william_8F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/beechey_frederick_william_8F.html
Auteur de l'article:   Jim Burant
Titre de l'article:   BEECHEY, FREDERICK WILLIAM
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 8
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1985
Année de la révision:   1985
Date de consultation:   1 novembre 2014