DCB/DBC Mobile beta
+

DALY, JOHN CORRY WILSON, marchand, fonctionnaire et homme politique, né à Liverpool, Angleterre, le 24 mars 1796, décédé à Stratford, Ont., le 1er avril 1878.

John Corry Wilson Daly, issu de « la meilleure société irlandaise », naquit à Liverpool alors que ses parents y faisaient une visite ; il reçut une solide instruction en Irlande avant d’entrer dans la marine royale où il servit à titre d’aide-chirurgien. Il émigra ensuite à Cooperstown, New York, et, en 1826, à Hamilton, Haut-Canada. C’est là qu’il conclut en 1831, avec la Canada Company, une association qui devait durer 30 ans ; en 1831, il fut agent des terres pour cette compagnie dans la région qui devait devenir plus tard le district de Huron. En 1833, il alla se fixer à Stratford où la Canada Company avait déjà bâti quelques cabanes ; sa maison fut la deuxième construction en bois de l’endroit. Il ouvrit le premier magasin de la ville et devint le premier maître de poste. En 1841, il avait fait l’acquisition, pour son propre compte, d’un barrage de moulin et de plusieurs scieries qui appartenaient à la Canada Company. Daly fut aussi représentant de la succursale de la Bank of Upper Canada à Stratford.

Membre du parti conservateur, Daly participa activement à la vie publique. Avant 1842, Daly fut membre du conseil des magistrats du district de London. En 1842, il fut élu, pour un mandat de trois ans, au conseil de district de Huron, comme représentant des cantons de Downie, de Blanshard et de Fullerton. Cependant, en 1845, il décida de ne pas se représenter et son départ fut en partie à l’origine d’un incident dramatique, « l’émeute de Stratford ». Le 6 janvier 1845, des catholiques et des orangistes se retrouvèrent en très grand nombre à l’occasion d’une réunion de cantons où on fit le choix des nouveaux conseillers. Daly, quoique membre de l’Église d’Angleterre, jouissait d’une grande popularité auprès de la minorité catholique du district, où les divergences politiques et religieuses avaient augmenté ; à son insu et sans qu’il y ait donné son consentement, ses partisans catholiques le proposèrent mais sans succès pour un autre mandat. En sa qualité de juge de paix, Daly avait voulu assurer le bon ordre de la réunion en nommant des citoyens pour faire fonction d’agents de police ; après le vote, les deux groupes se retirèrent et commencèrent à boire ; il s’ensuivit une violente bagarre dans laquelle furent impliqués quelque 80 hommes, pour la plupart des catholiques irlandais. Daly, mis en demeure de rétablir l’ordre, procéda à l’arrestation de plusieurs émeutiers et cinq d’entre eux, tous catholiques, durent, par la suite, purger une peine d’emprisonnement d’un mois. La tension subsista entre les groupes religieux, mais les désordres furent évités lors des assemblées suivantes.

Daly fut non seulement le premier maire de Stratford, mais il occupa dans la ville « toutes les charges importantes et honorifiques : maire, coroner, magistrat, officier de milice ». En 1849 il travailla à établir le comté de Perth. Il fut lieutenant-colonel dans la milice et contribua à l’établissement du premier district scolaire du comté de Perth. Même si on l’a souvent considéré comme le « fondateur de Stratford, Ontario », il ne fut pas le premier à s’y établir ; le premier pionnier du comté de Perth fut Sebastian Fryfogle. J. C. W. Daly n’en demeure pas moins l’un des pionniers du district de Huron et sa biographie met en lumière les possibilités qui, en cette ère de colonisation, s’offraient à tout homme plein de talent et doué d’initiative.

Daly se maria trois fois. Un fils, Thomas Mayne*, né de son mariage avec Leonora Mayne et un petit-fils, prénommé lui aussi Thomas Mayne*, furent des hommes politiques.

Donald Swainson

Illustrated historical atlas of county Perth, Ont. (Toronto, 1879).— Dom. ann. reg., 1878, 339s.— Wallace, Macmillan dictionary.— H. F. Gardiner, Nothing but names : an inquiry into the origin of the names of the counties and townships of Ontario (Toronto, 1899), 349s.— William Johnston, History of the county of Perth from 1825 to 1902 (Stratford, Ont., 1903).— Robina et K. M. Lizars, In the days of the Canada Company : the story of the settlement of the Huron tract and a view of the social life of the period, 1825–1850 (Toronto, Montréal, 1896).— Swainson, Personnel of politics.— P. E. Lewis, When orange and green united – the Stratford riot of 1845, Western Ontario Historical Notes (London), XX (septembre 1964) : 1–5.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Donald Swainson, « DALY, JOHN CORRY WILSON », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/daly_john_corry_wilson_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/daly_john_corry_wilson_10F.html
Auteur de l'article:   Donald Swainson
Titre de l'article:   DALY, JOHN CORRY WILSON
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   21 septembre 2014