DCB/DBC Mobile beta
+

DEGUISE, dit Flamand (Flamant), GIRARD-GUILLAUME (connu sous le nom de Guillaume Flamand), maçon et maître entrepreneur, baptisé à Québec le 8 septembre 1694, fils de Guillaume Deguise, dit Flamand, maçon, et de Marie-Anne Morin ; il épousa, à Lorette, près de Québec, le 7 janvier 1717, Marie-Anne Rouillard ; inhumé à Québec le 22 mars 1752.

Les Deguise, dit Flamand, formaient une influente, quoique modeste, dynastie d’artisans de la Nouvelle-France. Son fondateur, Guillaume Deguise, père, avait immigré comme maçon, à la fin du xviie siècle. Comme il était originaire de Dunkerque, en Flandre française, lui et ses descendants furent surnommés « Flamand ». Guillaume vécut à Petite-Rivière, un faubourg de Québec. Il eut quatre fils dont il ne put compléter l’apprentissage comme maçons puisque la mort le surprit en 1711.

La même année, Girard-Guillaume, son fils aîné, fut engagé, par l’intermédiaire de sa mère veuve, comme apprenti chez Jean-Baptiste Maillou, dit Desmoulins, architecte et constructeur de Québec. Le jeune Guillaume allait passer quatre années en apprentissage comme maçon et tailleur de pierre, logé, nourri, habillé et blanchi par son maître. Des documents juridiques et administratifs attestent que Guillaume connut la vie conventionnelle d’un entrepreneur en maçonnerie : il travaillait à contrat avec des fournisseurs de chaux, de moellons et d’autre maçonnerie, engageait des ouvriers, formait des apprentis, construisait cheminées, pignons, murs et maisons, et paraissait en justice avec ses créanciers et débiteurs.

En 1716, Guillaume Deguise vivait avec sa future épouse, rue Champlain, dans la basse ville de Québec. On les retrouve à Lorette autour de 1730, puis de nouveau à Québec dans les années 40, alors que Guillaume était au service de l’intendant à titre d’expert-estimateur. Il travaillait à la contrescarpe de la porte Saint-Louis juste avant sa mort. À cette époque, il habita rue Saint-Louis, dans la haute ville, et rue Saint-Jean, dans une petite maison de pierre qu’il avait achetée en 1749. En 1756, la valeur de ses biens meubles ne dépassait pas 600#.

Le frère de Guillaume, Jacques Deguise, dit Flamand, entrepreneur en maçonnerie à Québec, perpétua la tradition familiale ; il construisit pour Nicolas Lanoullier de Boisclerc des maisons que l’on trouve encore aujourd’hui rue des Remparts. Son fils aîné, François, devint maçon et deux de ses filles épousèrent les membres d’une famille également reconnue dans ce métier, celle de Michel Jourdain.

Peter N. Moogk

ANQ, Greffe de Jacques Barbel, 28 juin 1734 ; Greffe de Louis Chambalon, 26 déc. 1711 ; Greffe de J.-É. Dubreuil, 28 déc. 1716, 3 déc. 1723, 2 avril 1724, 5 août 1725, 11 mars, 27 avril 1728 ; Greffe de C.-H. Du Laurent, 21 févr. 1754, 18 janv. 1755, 23 déc. 1756 ; Greffe de P.-A.-F. Lanoullier Des Granges, 8 sept. 1750 ; Greffe de J.-C. Louet, 29 juill. 1725 ; Greffe de J.-N. Pinguet de Vaucour, 12 janv. 1748, 19 juin 1749 ; NF, Coll. de pièces jud. et not., 998, 1389, 1829, 2615, 4 229.— APC, MG 8, B1, 20/2, passim.— Recensement de Québec, 1716 (Beaudet).— Recensement de Québec, 1744 (RAPQ).-P.-G. Roy, Inv. jug. et délib., 1717–1760, V, VI, passim ; Inv. ord. int., I, II, III, passim.— Tanguay, Dictionnaire.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Peter N. Moogk, « DEGUISE, Flamand, GIRARD-GUILLAUME », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/deguise_girard_guillaume_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/deguise_girard_guillaume_3F.html
Auteur de l'article:   Peter N. Moogk
Titre de l'article:   DEGUISE, Flamand, GIRARD-GUILLAUME
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   24 octobre 2014