DCB/DBC Mobile beta
+

MAILLOU (Mailloux), dit DESMOULINS, JEAN-BAPTISTE, maçon, entrepreneur, architecte du roi, commis du grand voyer, arpenteur, né le 21 septembre 1668 à Québec, fils de Pierre Maillou, dit Desmoulins, sabotier, et d’Anne Delaunay, inhumé le 18 septembre 1753 dans la crypte de l’église Notre-Dame-de-Québec.

Jean-Baptiste Maillou a dû sa réussite en partie à son frère aîné, Joseph. Ils exercèrent tous deux le métier de maçon mais travaillèrent chacun de leur côté, Jean-Baptiste à la construction de l’église Saint-Charles de Charlesbourg (1695) et Joseph au palais de l’intendant (1697) ; vers 1697, ils unirent leurs intérêts dans une entreprise de construction et les deux associés bénéficièrent du patronage des commerçants et des hauts fonctionnaires de Québec. Leur connaissance des règles de l’architecture et de la décoration peut expliquer leur succès ; dans leur bibliothèque, on retrouvait des livres tels que Architecture, ou art de bien bastir [...] (Paris, 1572) de Vitruve, Le Premier tome de larchitecture [...] (Paris, 1567) de Philibert Delorme, Règles des cinq ordres darchitecture [...] (Paris, 1632) de Giacomo Barozzi, dit Il Vignola, Les fortifications [...] (Paris, 1624) de Blaise-François de Pagan, comte de Merveilles, Larchitecture françoise des bastimens particuliers [...] (Paris, 1624) de Louis Savot, et aussi 17 gravures architecturales.

Certains de ces livres provenaient peut-être de la bibliothèque de l’entrepreneur-architecte Claude Baillif*, car les mêmes titres apparaissent dans l’inventaire de sa succession. Les frères Maillou avaient été ses employés et Baillif fut témoin lors de la signature du premier contrat de mariage de Jean-Baptiste ; il est mentionné comme « son amy ». Jean-Baptiste Maillou acheta la maison de Baillif sur la rue Sault-au-Matelot en 1701 et même s’il déménagea à la haute ville vers 1720 il y conserva sa place d’affaires. Maillou fut, dans un sens, le successeur de Claude Baillif.

La mort prématurée de Joseph Maillou, en décembre 1702, laissa Jean-Baptiste à la tête d’une affaire florissante. II ne limita pas son talent à ériger des maisons particulières. À titre d’entrepreneur-constructeur il eut le contrat de plusieurs édifices religieux : le monastère des récollets à Québec, l’église de Saint-Laurent, île d’Orléans (1702, 1708), l’Hôpital Général à Québec (1717) et l’église Saint-Étienne-de-Beaumont (vers 1727). En décembre 1720, une ordonnance de l’intendant Bégon autorisa la construction d’une nouvelle église et d’un presbytère à Saint-Nicolas, dans la seigneurie de Lauzon, d’après les plans de Maillou, « entrepreneur des ouvrages du Roi ». Les archives du séminaire de Québec conservent le plan, signé par Maillou, mais non identifié, d’une église canadienne typique. Alan Gowans a avancé l’hypothèse qu’il pourrait s’agir du plan « d’un nouveau type général d’église paroissiale de Québec » commandé par Mgr de Saint-Vallier [La Croix*].

Jean-Baptiste Maillou ne tarda pas à gagner la confiance du gouvernement de la métropole. En 1726 il reconstruisit l’étage supérieur du palais de l’intendant et en 1731 il eut le contrat pour bâtir les voûtes de pierre du Château Saint-Louis. La plupart des contrats que lui octroya la couronne avaient trait à des ouvrages militaires : la restauration de la batterie de la basse ville dite « la grande plateforme » (1702), le bastion Saint-Louis (1705–1707) et d’autres parties des fortifications de Québec (1711), ainsi que des travaux de même nature au fort Saint-Frédéric (Crown Point, N.Y.) au cours des années 30. En 1724, Maillou avait, mais sans succès, soumissionné les travaux de construction des fortifications de Louisbourg, île Royale (île du Cap-Breton) [V. Gédéon Catalogne*].

Le gouvernement récompensa adéquatement Maillou même si ses factures n’étaient pas toujours acceptables. En 1719, on lui décerna le titre honorifique d’architecte du roi. Le 6 novembre 1728, Pierre Robinau* de Bécancour, le grand voyer, accorda à Maillou une commission afin que celui-ci puisse remplir les fonctions de grand voyer dans la juridiction de Québec ; Maillou devait le remplacer en son « absence », mais en réalité Robinau s’en reporta à son délégué pour tout ce qui touchait la région de Québec. Maillou était nanti de l’autorité « pour y donner les alignements des maisons sur les rues, les faire tenir débarrassées selon les ordonnances de la voierie, empêcher qu’il n’y soit fait aucune saillie, avances, ni anticipation sans permission de nous ou de notre dit commis et [...] pour régler, visiter et faire entretenir les chemins royaux de la dite ville ». En 1735, Michel Petrimoulx, gendre de Maillou, fut aussi nommé commis du grand voyer, vraisemblablement pour aider ou remplacer Maillou.

À partir de 1702 et jusqu’à la fin de sa vie, Maillou fut fréquemment appelé, soit par les tribunaux, soit par des particuliers, à mesurer et à évaluer des terrains, des maisons, des ouvrages de maçonnerie et à dresser des plans. II exécuta des travaux d’arpentage bien qu’aucune commission d’arpenteur n’ait été inscrite à son nom. II traça des routes rurales au cordeau en 1717 et en 1729. II assista occasionnellement dans son travail l’ingénieur en chef de la Nouvelle-France, Gaspard-Joseph Chaussegros de Léry. En 1728, en 1730 et en 1742, il fut parmi les experts qui évaluèrent le coût des réparations à effectuer au palais épiscopal et des transformations qui pourraient y être apportées. Après que l’intendant Dupuy* eut publié son ordonnance sur la construction en 1727, Maillou contribua à la mise en application des règlements au sujet des toits de bardeaux et des cheminées à l’épreuve du feu.

Des sources diverses témoignent de l’ascension de Jean-Baptiste Maillou dans l’échelle sociale de la Nouvelle-France. Ses origines étaient humbles ; sa première femme, Louise Phélippeaux, qu’il épousa à Québec le 4 février 1695, était fille de tailleur et sa deuxième femme, Marguerite Caron, avait pour père un matelot de la marine marchande ; ce mariage eut lieu à Québec le 2 juillet 1703. Le 30 octobre 1720, l’intendant Bégon et sa femme étaient au nombre des invités à la signature du contrat de mariage lorsque Jean-Baptiste Maillou convola en troisièmes noces avec Marie-Catherine Amiot, dit Villeneuve, fille d’un négociant. À partir de 1723, Maillou loua un banc à la cathédrale de Québec et, en juillet 1746, il était un des quatre « marchands et bourgeois » notoires de Québec que les autorités consultèrent au sujet de la défense de la ville.

Plusieurs facteurs ont pu contribuer à l’ascension rapide de Maillou. Entrepreneur-maçon compétent, il avait appris à dresser des plans et à faire de l’arpentage. Jean-Baptiste et Joseph Maillou possédaient une culture peu commune pour des maçons : il possédaient tous deux une bible, de modestes collections de récits historiques tant religieux que profanes et des livres de piété. La dernière maison qu’ait habitée Maillou était ornée de plusieurs gravures et peintures. Il était animé de sens civique et doué d’une belle intelligence. Avec son frère Pierre, il se porta volontaire de 1725 à 1727 pour s’initier au tir d’artillerie en prévision de la défense de la ville.

Maillou possédait un solide sens des affaires et il était peu enclin à prendre des risques. Il acheta des propriétés à Québec et quelques fermes dans la région, et ces placements témoignent de sa préférence pour les investissements d’un apport sûr et régulier. Une de ses plus importantes acquisitions fut celle de l’ancienne maison de René-Louis Chartier* de Lotbinière. C’était une grande maison de deux étages, à toit en mansarde, située rue Saint-Louis, à la haute ville de Québec ; il l’avait obtenue pour 10 000# lors d’une vente aux enchères ordonnée par la loi. Plus tard, il la loua à la couronne et elle servit de résidence à Chaussegros de Léry. La maison que Maillou construisit pour lui-même sur le terrain adjacent, en 1736, était une habitation de pierre d’un étage et relativement modeste. C’est là qu’il mourut en 1753 ; cette maison existe toujours mais beaucoup agrandie en largeur et en hauteur.

Aucun des fils de Jean-Baptiste Maillou ne semble avoir manifesté d’enthousiasme pour le métier de leur père. Vital l’exerça pendant quelques années puis se fit tavernier ; Louis-Marie se trouvait « aux pays d’en haut pour le service du Roy » lorsque son père décéda. Joseph fit sa marque dans la profession d’orfèvre et de marchand ; en 1723, Maillou avait dû verser une indemnité de 500ª aux parents d’une fille que Joseph avait tuée accidentellement. Deux des filles de Jean-Baptiste épousèrent de beaux partis et Maillou versa une généreuse dot pour Marie-Joseph à son entrée chez les religieuses de l’Hôtel-Dieu. De 1707 à 1723, Jean-Baptiste avait initié à son métier six apprentis maçons, et parmi eux Girard-Guillaume Deguise, dit Flamand, Nicolas Dasilva, dit Portugais, et un Anglais du nom de Charles-Étienne Camanne. Ce sont ces apprentis et non les propres enfants de Maillou qui marchèrent sur ses traces.

Peter N. Moogk

AHGQ, Livres de comptes, I : 90v.— AN, Col., B, 47, ff.1 247–1 259 ; Col., C11A, 59, ff.67–70 ; Col., F3, 11, ff.224s. ; Col., G3, 2 040 (on y trouve les originaux de deux actes rédigés par Claude Louet et les spécifications au sujet du travail de Maillou au fort Saint-Frédéric).— ANQ, Greffe de Jacques Barbel, passim ; Greffe de R.-C. Barolet, 21 sept. 1753, passim ; Greffe de Louis Chambalon, 30 janv. 1695, 12 avril 1704, 21 déc. 1705, 26 déc. 1711, 26 nov. 1715, passim ; Greffe de J.-É. Dubreuil, 22 nov. 1723, passim ; Greffe de François Genaple de Bellefonds, 16 juin 1683, 9 janv. 1700, 5 juill. 1702, 26 juin, 29 juin, 29 août 1703, 19 avril 1707, passim ; Greffe de Florent de La Cetière, passim ; Greffe de Jean de Latour, passim ; Greffe de Claude Louet, passim ; Greffe de J.-C. Louet, 30 oct. 1720, passim ; Greffe de J.-N. Pinguet de Vaucour, passim ; Greffe de Gilles Rageot, passim ; Greffe de Pierre Rivet Cavelier, 8 avril, 6 nov. 1713, 21 nov. 1717, passim (étant donné le nombre considérable d’actes notariés qui touchent Maillou soit comme partie contractante soit comme expert évaluateur, on ne peut que citer les plus importants et indiquer où trouver les autres actes  [p. n. m.]) ; NF, Coll. de pièces jud. et not., 69, n° 2, passim.— APC, MG 8, B1, 20–1, pp. 245–254 ; MG 8, BI, 25–3, pp. 1 113s., passim.— Archives paroissiales de Saint-Étienne (Beaumont, Québec), Livres de comptes, I.— ASQ, Polygraphie, II : 77 ; Seigneuries, VI, passim ; Seigneuries, IX, passim ; Séminaire, XX, passim.— Correspondance de Vaudreuil, RAPQ, 1947–1948, 309, 326.— Édits ord., III : 100.— Jug. et délib., IV, V, VI, passim.— Recensement de Québec, 1716 (Beaudet).— Recensement de Québec, 1744 (RAPQ).— P.-V. Charland, Notre-Dame de Québec : le nécrologe de la crypte, BRH, XX (1914) : 215, 237, 238.— Godbout, Nos ancêtres, RAPQ, 1951–1953, 462, 490.— P.-G. Roy, Inv. ins. Cons. souv., 185 ; lnv. jug. et délib., 1717–1760, I, II, III, IV, V, passim ; Inv. ord. int., I, II, III, passim.— Tanguay, Dictionnaire.— Gowans, Church architecture in New France.— P.-B. Casgrain, Le Kent-House, rectification historique, BRH, XIX (1913) : 11.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Peter N. Moogk, « MAILLOU, DESMOULINS, JEAN-BAPTISTE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/maillou_jean_baptiste_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/maillou_jean_baptiste_3F.html
Auteur de l'article:   Peter N. Moogk
Titre de l'article:   MAILLOU, DESMOULINS, JEAN-BAPTISTE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   21 septembre 2014