DCB/DBC Mobile beta
+

EDGCOMBE (Edgecombe), LEONARD, capitaine au service de la Hudson’s Bay Company, décédé en juin 1696.

En 1684, comme commandant du vaisseau John and Thomas, nolisé par la compagnie, il fit voile vers l’île Charlton, où se trouvait l’entrepôt de la compagnie pour la baie James.

Edgcombe n’était pas au service de la compagnie au cours des saisons qui suivirent, mais on le retrouve, en 1687, commandant le John and Thomas avec mission de prêter main-forte au gouverneur George Geyer à Port Nelson et de faire partie de son conseil. On lui avait recommandé d’user d’extrême prudence aux approches de Port Nelson au cas où ce poste serait aux mains de l’ennemi ; les trois postes de la compagnie dans la baie James avaient été enlevés par de Troyes, l’année précédente. De retour en Angleterre en octobre 1687, Edgcombe rendit compte que les établissements de Port Nelson et de New Severn étaient en bon état. Il partit pour le fort York (Bourbon) en 1688, mais, au moment où il allait entreprendre le voyage suivant, la France et l’Angleterre étaient en guerre.

Il passa alors à l’emploi permanent de la compagnie et, en raison de ses états de service et de sa réputation d’habile navigateur, on lui confia en 1689 le commandement de la frégate Royal Hudson’s Bay, qui fit voile avec le Northwest Fox (capitaine : John Ford). Les navires étaient à peine au large des Sorlingues qu’ils furent attaqués par trois corsaires français. Après un engagement qui dura de huit à neuf heures, Edgcombe ramena son navire avarié à Plymouth tandis que le Northwest Fox tombait aux mains de l’ennemi. Comme la saison était désormais trop avancée pour permettre aux vaisseaux d’atteindre la baie, il s’écoula 12 mois avant que l’on pût communiquer de nouveau avec la terre de Rupert.

Edgcombe, pourvu de lettres de marque, commandait de nouveau le Royal Hudson’s Bay lors de son voyage de 1690. Son courage à toute épreuve lui valut d’être nommé chef ou amiral de l’expédition de 1691. C’est également avec ce grade qu’il s’embarqua sur le Dering [III] en 1692, accompagné de trois autres navires, et aussi en 1693, date à laquelle il reçut l’ordre de détruire la correspondance de la compagnie s’il courait le risque d’être pris par l’ennemi.

En février 1694, Edgcombe fit l’acquisition du navire Supply de la Hudson’s Bay Company pour la somme de £2 200. Deux ans plus tard, alors qu’il commandait la frégate Mocha (Mocca) de la East India Company, il fut tué par des pirates. Leur chef, James Kelly, al. Gillam (sans lien de parenté avec les autres Gillam), al. Sampson Marshall, fut exécuté à Londres en 1700, pour piraterie : on le soupçonnait fortement d’être le meurtrier d’Edgcombe.

Maud M. Hutcheson

PRO, H.C.A. 1/14, 3e partie, no 213 ; H.C.A. 1/53 ; CSP, Col., 1699 ; CTP, 1697–02.— HBRS, IX (Rich) ; XI, XX (Rich and Johnson) ; XXI (Rich).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Maud M. Hutcheson, « EDGCOMBE, LEONARD », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/edgcombe_leonard_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/edgcombe_leonard_1F.html
Auteur de l'article:   Maud M. Hutcheson
Titre de l'article:   EDGCOMBE, LEONARD
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   24 avril 2014