DCB/DBC Mobile beta
+

FISHER, sir GEORGE BULTEEL, officier et peintre, né le 16 mars 1764 à Peterborough, Angleterre, cadet des neuf fils de John Fisher et d’Elizabeth Laurens ; le 7 mai 1814, il épousa à White Waltham, Angleterre, Elizabeth Rawlings, et ils eurent une fille ; décédé le 8 mars 1834 à Woolwich (Londres).

George Bulteel Fisher appartenait à une famille remarquable. Son frère aîné, John, suivit les traces de son père qui était ministre anglican ; diplômé de Cambridge, il mena au sein de l’Église d’Angleterre une carrière dont le point culminant fut sa nomination à l’évêché de Salisbury. Surnommé « King’s Fisher » (le Pêcheur du roi) à cause de son amitié pour George III, John était bien connu comme protecteur des artistes, notamment de John Constable, ce qui permit à George d’entretenir des relations avec ce peintre. John et Benjamin Fisher étaient de bons aquarellistes amateurs mais George était le plus remarqué des trois frères. Ils tenaient peut-être leurs dispositions artistiques de leur mère, qui était une héritière d’ascendance huguenote.

À l’instar de Benjamin, George embrassa la carrière militaire. Il devait avoir environ 16 ans lorsqu’il reçut ses premières leçons dans la salle de dessin de la Tour de Londres, où la formation des officiers était axée davantage sur la technique que sur la stratégie. Il fréquenta par la suite la Royal Military Academy de Woolwich où il aurait appris le dessin de Paul Sandby qui était le professeur titulaire de 1768 à 1796. Il fut invité avec son frère Benjamin comme exposant à la Royal Academy of Arts en 1780 : Benjamin présenta un paysage de la Dominique et George une vue de l’île de Wight où, plus précisément à Calbourne, leur père était rector ; l’année suivante, George exposa un autre tableau représentant cette île. Le 1er juillet 1782, il fut nommé lieutenant en second dans la Royal Artillery ; il obtint le grade de lieutenant en premier le 28 mai 1790 et fut envoyé à Gibraltar le même mois.

En 1791, Fisher quitta Gibraltar pour le Bas-Canada où, selon son dire, il « eut l’honneur » de se joindre à l’état-major du prince Edward* Augustus. Il dut peut-être cette nomination à l’influence de son frère John, qui avait été le précepteur du prince de 1780 à 1785. Comme les voyages de Fisher à Gibraltar, au Bas-Canada et aux Antilles correspondent aux déplacements d’Edward Augustus entre 1790 et 1794, il se peut qu’il ait fait partie de sa suite durant cette période. À Québec, Elizabeth Posthuma Simcoe [Gwillim*], l’épouse du nouveau lieutenant gouverneur du Haut-Canada, John Graves Simcoe*, nota en avril 1792 qu’elle avait vu de magnifiques dessins du château de Windsor exécutés par Fisher pour Edward Augustus, ainsi qu’une huile qu’elle n’avait par contre pas aimée. Plus tard au cours de ce mois, Fisher partit de Québec pour aller brosser des tableaux des chutes du Niagara ; au retour, il les montra aux S imcoe qu’il rencontra à l’île Carleton (New York).

En 1794, Fisher quitta le Bas-Canada pour les Antilles où il assista à la conquête de la Martinique, de Sainte-Lucie et de la Guadeloupe par sir Charles Grey. L’année suivante, soit le 6 mars 1795, il fut promu lieutenant-capitaine. De retour en Angleterre, il prit les dispositions nécessaires pour que John William Edy exécute d’après ses esquisses une série de gravures intitulée Six views of North America et les fasse paraître à Londres en 1796. Ces aquatintes, finement gravées, furent d’abord publiées en trois séries de deux le 10 mai 1795, le 1er septembre 1795 et le 1er février 1796 ; une brochure descriptive, dédiée à Edward Augustus, parut en 1796 pour accompagner ces œuvres superbes. Celles-ci doivent leur qualité tant à Fisher qu’à Edy, qui travailla à la fois comme peintre et graveur de 1780 environ à 1824 au moins. Selon l’historien de l’art Gerald E. Finlay, les éléments pittoresques que ces œuvres présentent de façon si évidente exercèrent immédiatement une influence déterminante sur le style du paysagiste canadien George Heriot*, artiste prolifique de l’époque. Une aquatinte d’un plus grand format, tout aussi belle, fut exécutée par Fisher et Edy ; intitulée View of the falls of Niagara, North America, elle fut probablement publiée entre 1795 et 1800 environ. Une des épreuves fut rehaussée et dédicacée par Fisher lui-même au général John Hale ; John*, le fils de ce dernier, avait été aide de camp et secrétaire militaire d’Edward Augustus à Québec où, selon toute vraisemblance, Fisher l’avait rencontré. En 1796 et 1797, Fisher et Edy, probablement heureux de l’accueil réservé à leurs paysages nord-américains, publièrent ensemble six aquatintes montrant des scènes de Gibraltar. En 1800, un certain capitaine Fisher, que l’on croit être George Bulteel, exposa un tableau représentant les chutes du Niagara à la Royal Academy of Arts. Huit ans plus tard, pour ce qui allait être sa dernière exposition à cet endroit, Fisher présenta des paysages de Durham et de Blackheath (Londres). On prétend qu’il exécuta, en compagnie du paysagiste Robert Barker (décédé en 1806), des vues du Portugal qui firent partie de l’exposition tenue par ce peintre à Leicester Square, à Londres.

Fisher fut promu capitaine en 1801, major en 1806 et lieutenant-colonel le 28 juin 1808 ; dès mars 1809, il servit au Portugal et en Espagne durant la guerre d’Espagne. Il prit le commandement de la Royal Artillery après le siège de Burgos qui eut lieu en automne 1812 ; mais une mésentente avec le marquis de Wellington provoqua son retour en Angleterre en juillet 1813. Son remplaçant, le lieutenant-colonel Alexander Dickson, n’avait que de l’admiration pour lui et laissa entendre que Wellington avait agi d’une manière précipitée et injuste. Fisher avait été impressionné par les paysages portugais ; en effet, il les signala au peintre Joseph Farington en 1810 et, pendant son séjour au Portugal, il peignit plusieurs aquarelles.

Fisher était un artiste amateur accompli, tant par ses huiles que par ses aquarelles. Il eut l’avantage de fréquenter des artistes professionnels dont Constable, Farington et peut-être John Downman et Francis Towne. Son inclination à donner des conférences sur l’art impressionna au moins un officier subalterne au Portugal, mais ne parvint pas à lui attirer l’estime de Constable qui avoua « être fatigué d’aller à l’école ». Pourtant, dix ans auparavant, Constable avait fait l’éloge des dessins que Fisher avait réalisés en Amérique du Nord ; ce sont d’ailleurs ces œuvres qui lui valurent une certaine importance dans le patrimoine canadien.

George Bulteel Fisher fut promu colonel honoraire le 4 juin 1814, colonel de régiment le 6 novembre 1820 et major général honoraire le 27 mai 1825. Il fut fait chevalier de l’ordre du Bain le 21 septembre 1831 et chevalier commandeur de l’ordre de Hanovre en 1833 et fut commandant de la garnison de Woolwich du 10 février 1827 jusqu’à sa mort qui survint en 1834. Il eut droit à des funérailles militaires en grande pompe et fut inhumé au cimetière d’Old Charlton (Londres).

W. Martha E. Cooke

On confond parfois George Bulteel Fisher avec son frère Benjamin, qui devint major général des Royal Engineers, dans lequel il servit de 1771 jusqu’à sa mort en 1814. Chez les Fisher, George était surnommé « le colonel » et Benjamin « le général ». Benjamin fut affecté au Bas-Canada de 1785 jusque vers 1796, avec la mission de mener une étude sur les fortifications et d’en tracer les plans. En mars 1792, pendant un séjour à Québec, il prêta à Mme Simcoe un carton contenant les dessins qu’il avait exécutés à la Dominique. La seule aquarelle canadienne qui nous reste de lui, semble-t-il, est une vue représentant Baie-Saint-Paul, dans la province de Québec, que l’on a d’abord attribuée à George ; elle est signée et datée « B. Fisher / 1787 » et se trouve aux APC.

Des tirages des gravures qui composent Six views of North America se trouvent dans la King George III Topographical Collection, Map Library, BL ; aux APC ; à la New York Public Library et au Royal Ontario Museum, à Toronto. La New York Public Library possède également une aquarelle d’un pont identifié comme étant le pont Déry sur la rivière Jacques Cartier et le Royal Ontario Museum possède une aquarelle des grandes chutes du fleuve Potomac ; toutes deux sont attribuées à George, mais on est à réviser ce jugement. La gravure Fall of Montmorenci, sixième de la série Six views, présente le même sujet qu’une aquarelle datée de 1792 se trouvant au Victoria and Albert Museum, à Londres. Les exemplaires de la gravure des chutes du Niagara, plus rares encore que les autres, font partie d’une collection privée et des APC, qui possèdent également des aquarelles de Fisher sur des sujets canadiens. Une aquarelle représentant les chutes du Niagara, qui est attribuée à Fisher mais serait plutôt une copie d’un de ses dessins originaux, s’est vendue £1 485 aux enchères à Londres en 1983. Quelques-unes de ses aquarelles représentant des sujets européens se trouvent au Victoria and Albert Museum, au British Museum de Londres, à la Laing Art Gallery de Newcastle upon Tyne, à la Leeds City Art Gallery et à la Whitworth Art Gallery de Manchester. Des vues de la Tamise, de Durham, de l’Irlande et du Portugal appartenaient à des marchands de tableaux en 1938 et 1965.

L’auteur tient à remercier, pour leur contribution, R. H. Hubbard, M. Allodi, J. T. Crosthwait, Lydia Foy, Douglas Schoenherr et un collectionneur privé anonyme.  [w. m. e. c.]

AO, MS 517, 1 : 46–48, 75.— Berkshire Record Office (Reading, Angl.), Reg. of marriages for the parish of White Waltham, 7 mai 1814.— Northamptonshire Record Office (Northampton, Angl.), Reg. of baptisms for the parish of Peterborough, 6 avril 1764.— PRO, WO 76 /360 : 21.— John Constable’s correspondence, R. B. Beckett, édit. (6 vol., Ipswich, Angl., 1962–1968), 2 : 115–116, 344 ; 6 : 1–4, 10, 23, 25, 107–108, 134, 157, 166, 221.— Gentleman’s Magazine, janv.–juin 1834 : 656.— William Swabey, Diary of campaigns in the Peninsula, for the years 1811, 12, and 13 [...], F. A. Whinyates, édit. (s.l., [1895]), 15–6.— United Service Journal and Naval and Military Magazine (1834), nº 1 : 575.— Mary Allodi, Canadian watercolours and drawings in the Royal Ontario Museum (2 vol., Toronto, 1974), no 743.— Almanach de Québec, 1792 : 116 ; 1794 : 80, 84–85 ; 1795 : 70 ; 1796 : 78.— British watercolours in the Victoria and Albert Museum [...], Lionel Lambourne et Jean Hamilton, compil. (Londres, 1980), 133.— W. M. E. Cooke, W. H. Coverdale collection of Canadiana : paintings, water-colours and drawings (Manoir Richelieu collection) (Ottawa, 1983), 220, 236–237.— S. W. Fisher, A dictionary of watercolour painters, 1750-1900 (Londres, 1972), 73, 79.— M. H. Grant, A dictionary of British landscape painters from the sixteenth to the early twentieth century (Leigh-on-Sea, Angl., 1952), 68.— Algernon Graves, The Royal Academy of Arts [...] (8 vol., Londres, 1905–906), 3 : 115, 118.— J. R. Harper, Early painters and engravers in Canada ([Toronto], 1970), 112.— Laing Art Gallery and Museum, Illustrated catalogue of the permanent collection of water colour drawings, C. B. Stevenson, compil. ([Newcastle upon Tyne, Angl., 1939]), 17.— List of officers of the Royal Regiment of Artillery from the year 1716 to the year 1899 [...], John Kane et W. H. Askwith, compil. (4e éd., Londres, 1900), 19, 169.— Parker Gallery, A catalogue of views of the world (Londres, 1973).— Sigmund Samuel collection, Canadiana and Americana, C. W. Jefferys, compil. (Toronto, [1948]), 121–22.— I. N. P. Stokes et D. C. Haskell, American historical prints [...] (New York, 1933 ; réimpr., Detroit, 1974), 36, 40, 135–36.— Ulrich Thieme et Felix Becker, Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart [...] (37 vol., Leipzig, République démocratique allemande, 1907–950), 10 : 353 ; 12 : 55.— Victoria and Albert Museum, Catalogue of watercolour paintings by British artists and foreigners working in Great Britain (1 vol. et suppl., Londres, 1927–1951), 206–207 ; suppl., 30.— R. B. Beckett, John Constable and the Fishers (Londres, 1952), 6, 13, 176, 241.— G. E. Finley, George Heriot : postmaster-painter of the Canadas (Toronto, 1983), 49–1, 63–4, 89, 93.— M. H. Grant, A chronological history of the old English landscape painters (in oil) from the XVlth century to the XIXth century [...] (nouv. éd., 8 vol., Leigh-on-Sea, 1957–961), 7 : 513.— Martin Hardie, Water-colour painting in Britain, Dudley Snelgrove et al., édit. (3 vol., Londres, 1966–1968), 3 : 264–265, planche 272.— I. O. Williams, Early English watercolours, and some cognate drawings by artists born not later than 1785 (Londres, 1952 ; réimpr., Bath, Angl., 1970), 243–244, planche 398.— « A newly discovered early English water-colour master », Walker’s Monthly (Londres), no 125 (mai 1938) : 1 ; nº 126 (juin 1938) : 1–.— Adrian Bury, « Soldier-artist », Connoisseur (Londres), 159 (mai-août 1965), no 169 : 47.— Miriam Kramer, « United Kingdom news and views », Canadian Collector (Toronto), 18 (1983), nº 5 : 63.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

W. Martha E. Cooke, « FISHER, sir GEORGE BULTEEL », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 6, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 26 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/fisher_george_bulteel_6F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/fisher_george_bulteel_6F.html
Auteur de l'article:   W. Martha E. Cooke
Titre de l'article:   FISHER, sir GEORGE BULTEEL
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 6
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1987
Année de la révision:   1987
Date de consultation:   26 juillet 2014