DCB/DBC Mobile beta
+

FULTON, JAMES, juge de paix, juge, officier de milice, arpenteur et homme politique, né en 1739 à Belfast, fils de John Fulton et d’Ann Boggs ; le 1er novembre 1770, il épousa en Nouvelle-Écosse Margaret Campbell, et ils eurent sept fils et huit filles ; décédé le 25 décembre 1826 à Bass River, Nouvelle-Écosse.

La tradition rapporte que James Fulton immigra en Nouvelle-Angleterre vers 1760, suivant l’exemple de milliers d’autres habitants de l’Ulster qui s’étaient établis dans les Treize Colonies depuis le début du xviiiie siècle. Après y avoir travaillé comme arpenteur pendant quelques années, il vint s’installer en Nouvelle-Écosse, se joignant à la migration des habitants de la Nouvelle-Angleterre attirés au nord par les proclamations que le gouverneur Charles Lawrence* avait faites en 1758 et 1759 afin de coloniser les terres néo-écossaises. On prétend que Fulton arriva dans la colonie en 1765 ; il est certain qu’il habitait dans le canton de Londonderry en août 1767, puisqu’il fut alors nommé juge de paix du district de Colchester. Il fut l’un des premiers à recevoir une concession dans ce canton qui, à cette époque, faisait partie du comté de Halifax, et il s’établit à Bass River. Fulton fut toute sa vie un personnage important de la région. En plus d’obtenir une commission de juge de paix, il fut nommé juge de la Cour inférieure des plaids communs du district de Colchester en 1791, puis il reçut une commission de capitaine dans le régiment de milice du district en 1793. Il fit aussi le premier arpentage complet du canton de Londonderry et la délimitation des petits villages de ce canton.

L’élection de Fulton à la chambre d’Assemblée, en 1799, démontre bien l’influence qu’il exerçait dans le canton de Londonderry. Il se joignit à Edward Mortimer*, de Pictou, et à William Cottnam Tonge, de Halifax, pour disputer les sièges de la circonscription électorale de Halifax détenus précédemment par de puissants marchands de cette ville, alliés au lieutenant-gouverneur sir John Wentworth* et aux membres du Conseil de la Nouvelle-Écosse. La principale question débattue au cours de ces élections avait trait à l’opposition qui existait entre les intérêts de la ville et ceux de la campagne : plus précisément, déclara Fulton, entre la politique défendue par les amis de Wentworth, le « parti de la cour », et les mesures qui profiteraient à l’ensemble de la province. Les représentants du parti rural menèrent une campagne bien organisée, profitant pleinement des erreurs de leurs adversaires, pendant que les comités locaux, créés avant la tenue des élections, rallièrent des appuis dans toute la circonscription. En fait, Fulton s’était trouvé à Halifax lors de la dissolution de l’Assemblée et il peut avoir discuté d’une stratégie électorale avec Tonge à ce moment-là. Il est certain qu’il travailla troitement avec Mortimer afin de consolider le soutien en faveur du parti rural.

Leur stratégie fut couronnée de succès. Fulton râfla tout dans le canton d’Onslow où les quatre candidats du parti de la cour ne purent réunir que 90 des 1 600 votes. Il ne le céda qu’à Mortimer à Pictou et se plaça troisième parmi les quatre élus. Sa conduite à l’Assemblée démontre toutefois que les partis politiques organisés et dotés d’une véritable discipline n’apparaîtraient que beaucoup plus tard. Malgré son association étroite avec le parti d’opposition de Tonge, Fulton appuya souvent ceux qui étaient ordinairement considérés comme les amis du lieutenant-gouverneur, même sur des questions qui touchaient directement la politique de Wentworth. Il assista régulièrement aux séances de l’Assemblée et fut membre de nombreux comités, plus particulièrement de ceux qui avaient trait à la construction des routes et des ponts.

Il semble que James Fulton ne se présenta pas aux élections générales de 1806. Fermier prospère et fonctionnaire respecté de la région, il passa le reste de sa vie à Bass River.

Judith Tulloch

PANS, RG 1, 167, 169.— UCC-M, James MacGregor papers, letters LXXIX-LXXXV.— N.-É., House of Assembly, Journal and proc., 1800–1806.— Colonial Patriot (Pictou, N.-É.), 6 nov. 1830.— The Fulton family of Atlantic Canada ; sponsored by the Fulton Family Associates (Truro, N.-É., 1979).— Thomas Miller, Historical and genealogical record of the first settlers of Colchester County [...] (Halifax, 1873 ; réimpr., Belleville, Ontario, 1972).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Judith Tulloch, « FULTON, JAMES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 6, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/fulton_james_6F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/fulton_james_6F.html
Auteur de l'article:   Judith Tulloch
Titre de l'article:   FULTON, JAMES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 6
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1987
Année de la révision:   1987
Date de consultation:   1 septembre 2014