DCB/DBC Mobile beta
+

GILL, IGNACE, commerçant, député, né à Saint-François-du-Lac, Bas-Canada, le 15 mars 1808, fils de Thomas Gill, cultivateur, et de Catherine Bazin, arrière-petit-fils de Samuel Gill que les Abénaquis de Saint-François avaient enlevé, alors qu’il était tout jeune, à Salisbury, Massachusetts, en 1697, décédé à Saint-Thomas-de-Pierreville (Pierreville, Québec), le 1er septembre 1865.

D’abord commis marchand chez Michel Lemaître, puis chez les Mackenzie de Baie-du-Febvre (Baieville, Québec), où il apprit l’anglais, Ignace Gill ouvrit son propre magasin vers 1830, dans un ancien presbytère de la mission abénaquise Saint-François-de-Sales (Odanak). La famille Gill avait toujours été considérée comme faisant partie de la tribu. Toutefois, en 1833, les Abénaquis, « fatigués de l’autorité qu’avaient les Gill sur la tribu », prièrent le gouvernement de rayer cette famille de la liste des membres de la tribu des Abénaquis dressée par le département des Indiens. Lorsque Gill cessa de tenir son magasin, en 1850, il vaqua à diverses occupations : commerce du bois, construction de chalands et agence de la seigneurie de Pierreville, propriété de François-Xavier Biron.

Ignace Gill participa activement à la vie publique dans son village. Il fut nommé juge de paix en 1835. Le 18 juin 1837, lors d’une assemblée de protestation contre les résolutions de lord John Russell, on le désigna comme membre d’un comité chargé de faire signer une requête au Congrès américain en vue d’obtenir le commerce libre avec les États-Unis ; ce rapprochement était souhaité par plusieurs, à la suite du refus de Londres d’accepter les propositions contenues dans les Quatre-vingt-douze Résolutions. La rébellion matée, il fut néanmoins recommandé à sir John Colborne comme la personne la plus apte à remplir la fonction de magistrat « stipendiaire » dans sa région. Plus tard, en 1850, il combattit les « éteignoirs » du comté d’Yamaska qui, comme ceux de Saint-Grégoire-le-Grand (Larochelle), dans le comté de Nicolet, incendiaient les écoles pour protester contre la loi de 1846 rétablissant la taxe scolaire [V. Jean-Baptiste Meilleur*]. Il fut longtemps président de la Société d’agriculture du comté d’Yamaska et maire de la paroisse de Saint-Thomas-de-Pierreville en 1862–1863.

Conservateur en politique, Gill se présenta dans le comté d’Yamaska et y fut élu en 1854. Sa réélection en 1857 fut particulièrement difficile. L’« Enfant terrible », Jean-Baptiste-Éric Dorion, était venu prêter main-forte au candidat libéral, le docteur Roch-Moïse-Samuel Mignault. Les mécontents prétendirent qu’on avait fait endosser le « capot » aux Abénaquises et qu’on les avait fait voter pour le « cousin » Gill. Ce dernier échoua aux élections de 1861. Il mourut le 1er septembre 1865, laissant le souvenir d’une âme profondément religieuse et éminemment charitable.

Ignace Gill avait épousé, à Baie-du-Febvre le 30 janvier 1832, Elizabeth, fille d’Allen McDougald et de Marie McPherson, puis, à Drummondville, en septembre 1850, Jane Henrietta, fille de William Robins et de Margaret Anderson. De sa première femme il avait eu Charles-Ignace, plus tard juge de la Cour supérieure et père de Charles-Ignace-Adélard*, peintre et poète. Sa succession fut achetée par le financier Louis-Adélard Sénécal*, qui fonda en 1866 la Compagnie des moulins à vapeur de Pierreville pour l’exploitation du bois. La maison de brique construite par Gill à Odanak en 1854 abrite encore aujourd’hui les souvenirs de la famille.

Thomas-M. Charland

Le Journal des Trois-Rivières, 12 sept. 1865.— T.-M. Charland, Histoire de Saint-François-du-Lac (Ottawa, 1942) ; Histoire des Abénakis d’Odanak (1675–1937) (Montréal, 1964), passim.— C. [-I.] Gill, Notes historiques sur l’origine de la famille Gill et histoire de ma propre famille (Montréal, 1887).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Thomas-M. Charland, « GILL, IGNACE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/gill_ignace_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/gill_ignace_9F.html
Auteur de l'article:   Thomas-M. Charland
Titre de l'article:   GILL, IGNACE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   23 juillet 2014