DCB/DBC Mobile beta
+

HANNA, JAMES, pionnier de la traite des fourrures sur la côte nord-ouest de l’Amérique du Nord, décédé en 1787.

On ne connaît rien de James Hanna antérieurement à son départ de Macao, Chine, le 15 avril 1785, sur le brick Harmon (60 tonneaux) avec un équipage de 20 hommes. On ne sait pas avec certitude, non plus, si le bateau naviguait sous les couleurs portugaises ou sous le drapeau britannique, en vertu d’un permis de l’East Indu Company. Hanna, qui avait le support financier de John Henry Cox, un marchand vivant en Chine, mit le cap sur la baie de Nootka (Colombie-Britannique), qui avait été décrite par le capitaine Cook comme une place où l’on pouvait vraisemblablement se procurer une cargaison payante de peaux de loutre marine.

À leur arrivée en août, Hanna et ses hommes furent attaqués par les Indiens nootkas ; dans le combat qui s’ensuivit, 20 Indiens, dont plusieurs chefs, furent tués. Hanna affirma que l’attaque survint quand il eut tiré sur les Indiens en représailles pour le vol d’un ciseau. Le chef nootka, Muquinna, raconta cependant à Esteban José Martínez, en 1789, que ce fut en réponse à un mauvais tour humiliant et cruel que lui avaient joué Hanna et ses hommes, qui placèrent une charge de poudre à canon sous sa chaise quand il s’assit sur le pont. Quelle qu’en fut la cause, des relations pacifiques s’établirent après la bataille et, dans la traite qui en résulta, Hanna acquit 560 peaux de loutre marine. En témoignage d’amitié, il échangea son nom avec Cleaskina, chef d’Ahousat, un village nootka alors situé sur l’île de Vargas, qui fut par la suite connu des voyageurs sous le nom de « capitaine Hanna ». Hanna retourna à Macao en décembre, vendant ses fourrures jusqu’à $60 pièce et réalisant un profit de $20 600.

Encouragé par le volume des bénéfices tirés d’un si court voyage, les commanditaires de Hanna l’équipèrent pour un second voyage. Il quitta Macao en mai 1786 sur le senau Sea Otter (120 tonneaux), avec un équipage de 30 hommes. À son arrivée à la baie de Nootka, en août, il y trouva la situation grandement détériorée. James Charles Stuart Strange*, de Bombay, avec deux navires, y avait déjà passé en juillet et avait acheté toutes les fourrures. Hanna resta à l’ancre à la baie de Nootka pendant une quinzaine et n’acheta que 50 peaux environ. Il fit ensuite voile au nord, découvrant et baptisant, en route, plusieurs bras de mer, îles et havres. Il semble avoir pensé que l’extrémité nord de l’île de Vancouver était une île distincte, la baptisant du nom de Cox, et l’on prétend qu’il vit les îles de la Reine-Charlotte (Colombie-Britannique), auxquelles, de même qu’à la terre qui est au nord de celles-ci, il donna le nom de Nova Hibernia. À la fin de septembre, Hanna s’était arrangé pour ramasser environ 100 peaux de première qualité ; le 1er octobre, il fit voile vers la Chine, atteignant Macao le 8 février 1787. La cargaison, bien que peu considérable, rapporta $8 000. On fit des plans pour un troisième voyage, mais Hanna mourut avant qu’on pût les parachever.

Les visites de Hanna sur la côte nord-ouest furent brèves et il conserva peu de renseignements à leur sujet, mais ses observations n’en furent pas moins utiles à d’autres. George Dixon, John Meares* et Vancouver consultèrent tous ses cartes. En 1790, Alexander Dalrymple, le géographe britannique, citait les explorations de Hanna alors qu’il faisait état des revendications britanniques sur la côte nord-ouest et sur son commerce de fourrures.

Richard A. Pierce

Provincial Archives of B.C. (Victoria), Sea-Otter (ship), Journal of a voyage from Macoa towards King Georges Sound in the Sea Otter, Captain Hanna, commander ; Brig Sea Otter from Macao towards America through the northern Pacific ocean (1785). [William Beresford], A voyage round the world ; but more particularly to the north-west coast of America [...], George Dixon, édit. (Londres, 1789 ; réimpr., Amsterdam et New York, 1968). [Alexander] Dalrymple, The Spanish pretensions fairly discussed [...] (Londres, 1790).— The Dixon-Meares controversy [...], F. W. Howay ; édit. (Toronto et New York, 1929 ; réimpr., Amsterdam et New York, 1969).— Geschichte der Reisen, die seit Cook an der Nordwest-und Nordost-Küste von Amerika und dem nördlichsten Amerika selbst von Meares, Dixon, Portlock, Coxe, Long u. a. m. unternommen worden sind [...], Georg Forster, trad. et édit. (3 vol., Berlin, 1791). Meares, Voyages. G. Vancouver, Voyage of discovery (J. Vancouver).— Voyages of « Columbia » (Howay).— Howay, List of trading vessels in maritime fur trade. Walbran, B. C. coast names. H. H. Bancroft [et al.], History of Alaska, 1730–1885 (San Francisco, 1886) ; [et H. L. Oak], History of the northwest coast (2 vol., San Francisco, 1886). Cook, Flood tide of empire.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Richard A. Pierce, « HANNA, JAMES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 4, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 25 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/hanna_james_4F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/hanna_james_4F.html
Auteur de l'article:   Richard A. Pierce
Titre de l'article:   HANNA, JAMES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 4
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1980
Année de la révision:   1980
Date de consultation:   25 octobre 2014