DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

FR:UNDEF:public_sidebar_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_updated_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_bio_of_the_day_caption

REGNARD DUPLESSIS, MARIE-ANDRÉE – Volume III (1741-1770)

décédée à l’Hôtel-Dieu de Québec le 23 janvier 1760

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les Fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

FR:UNDEF:public_special_conferences_1864_caption

FR:UNDEF:public_special_essays_caption

FR:UNDEF:public_special_acadians_caption

FR:UNDEF:public_special_explorers_caption

FR:UNDEF:public_special_war_of_1812_caption

FR:UNDEF:public_special_wartime_pms_caption

FR:UNDEF:public_special_ww1_caption

HERTEL DE MONCOURS (Montcourt), PIERRE, officier dans les troupes de la Marine, né à Trois-Rivières, le 19 mars 1687, dixième enfant de Joseph-François Hertel de La Fresnière et de Marguerite de Thavenet, décédé le 28 février 1739.

Pierre de Moncours et ses frères entrèrent dans les troupes de la marine. C’est en prenant part à des incursions bien plus qu’en recevant une formation militaire traditionnelle qu’ils se rompirent au métier des armes ; ils devinrent très habiles dans les relations avec les peuplades indiennes. En 1731, on confia à Zacharie-François Hertel* de La Fresnière, frère de Moncours, la tâche d’ériger à Pointe-à-la-Chevelure, sur le lac Champlain, un fort ceinturé d’une palissade qu’on nommera plus tard fort Saint-Frédéric ; Moncours y prit le commandement de la garnison. Il eut le malheur de perdre une partie de ses biens personnels dans l’incendie de Montréal en 1734. On le désigna par la suite au poste de commandant à la baie des Puants (Green Bay, Wisconsin). Un an avant l’arrivée de Moncours, Nicolas-Antoine Coulon de Villiers avait tenté, mais sans succès, d’exterminer la tribu des Renards dans cette région. Moncours entreprit de collaborer avec les trafiquants établis à ce poste, mais, en 1736, Charles de Beauharnois* de La Boische écrivit à Maurepas [Phélypeaux] pour se plaindre de celui qu’il avait désigné à la baie des Puants qui avait passé outre aux ordres et séquestré des coureurs de bois. Le gouverneur rappela Moncours l’année suivante.

Pierre de Moncours épousa Thérèse d’Ailleboust, à Montréal, le 17 novembre 1721. Elle était la fille de Paul d’Ailleboust* de Périgny et la nièce des célèbres frères Nicolas, Pierre et Jean-Baptiste d’Ailleboust. Deux enfants naquirent de cette union ; l’un d’eux, Pierre, devint officier dans les troupes de la marine et fut tué à Niagara en 1759. Hertel de Moncours mourut le 28 février 1739.

C. C. J. Bond

AN, Col., C11A, 54, f.134 ; 65, f. 152 ; Col., D2C, 222.— Provost, Inventaire de documents, RHAF, IV (1950–1951) : 595.— Gagnon, Noms propres au Canada français, BRH, XV (1909) : 94.— Le Jeune, Dictionnaire, II : 297.— Tanguay, Dictionnaire, I : 152 ; IV : 497.— P.-G. Roy, Hommes et choses du Fort Saint-Frédéric (Montréal, 1946), 158ss ; La famille Margane de Lavaltrie, BRH, XXIII (1917) : 42.

Bibliographie générale

FR:Citations

FR:UNDEF:public_citation_style_default FR:

Information to be used in other citation formats

Permalink: http://www.biographi.ca/fr/bio/hertel_de_moncours_pierre_2F.html
Author of Article:   C. C. J. Bond
Title of Article:   HERTEL DE MONCOURS, PIERRE
Publication Name:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 2
Publication Details:   FR:UNDEF:public_citation_publisher, 1969
Year of publication:   1969
Year of revision:   1991
Access Date:   23 janvier 2021