DCB/DBC Mobile beta
+

KING, EDWARD HAMMOND, soldat, imprimeur et éditeur, né le 12 juillet 1832 à Stoke Damerel, Devonshire, Angleterre, fils du major John William King, du 21e régiment de fusiliers, et d’Anne Robinson ; il épousa, le 14 septembre 1854, Harriett Nice Holmes, qui donna naissance à un fils et deux filles ; décédé le 7 mars 1861 dans une île appelée plus tard île Edward King, dans le détroit de Barkley au large de l’île de Vancouver, et inhumé à Alberni, Colombie-Britannique.

Edward Hammond King s’engagea dans l’armée anglaise en qualité d’enseigne dans le 94e régiment en mai 1851 et fut promu lieutenant le 3 mars 1854. Muté au 27e régiment en février 1855, il fut nommé officier payeur du 59e régiment le 10 août. Il servit en Inde et en Chine, puis fut renvoyé chez lui pour cause de maladie et fut mis à la retraite le 16 octobre 1857. Il entra ensuite au service de la Welsh Constabulary comme officier de paix mais démissionna après quelques mois, probablement parce qu’il n’avait pas été promu chef de police.

Impatient et insatisfait, King alla s’installer à l’île de Vancouver avec sa famille, en 1859, se proposant d’entrer au service du gouvernement en qualité d’agent de police ou de comptable. Ses projets ayant tourné court, il se lança dans l’imprimerie et l’édition. Sa première réalisation fut, en collaboration avec Leonard McClure, la Government Gazette for the Colonies of Vancouver Island and British Columbia, qui publiait les annonces et proclamations officielles pour les deux colonies et qui parut pour la première fois le 10 septembre 1859. Les deux associés vendirent le journal à George Elmes Nias le 13 mars 1860. Entre temps, King avait lancé deux autres journaux. Avec l’aide de Coote M. Chambers, il publiait à Victoria le New Westminster Times qui était expédié par bateau à vapeur à New Westminster. Le journal parut du 17 septembre 1859 au 3 mars 1860, date à laquelle McClure en devint propriétaire. Pour la Victoria Gazette, dont le premier numéro sortit le 5 décembre 1859, King s’appropria le nom du premier journal de la ville, qui avait cessé de paraître le 26 novembre. Cependant la deuxième Victoria Gazette n’eut qu’une existence éphémère : King la vendit à Nias le 16 avril et la publication cessa en juillet.

En 1860, King se trouva impliqué dans un procès en diffamation à Victoria. Edward Edwards Langford*, un des chefs de la faction radicale dans la colonie et candidat à l’Assemblée, publia un discours électoral dans lequel il attaquait le gouverneur James Douglas* et son gouvernement. Une parodie, publiée anonymement, circula dans toute la ville. Discrédité, Langford se retira de la course électorale le 5 janvier 1860. Convaincu que King était l’imprimeur du pamphlet, il lui intenta un procès en diffamation. La cause fut entendue par le juge en chef, David Cameron*, en avril. L’affaire se termina par un non-lieu à cause du refus de Langford de répondre aux questions devant le tribunal. Langford, qui avait été condamné à payer les frais du procès, accusa par la suite George Hunter Cary, l’avocat de King, d’avoir contrefait les chefs d’accusation. L’accusation fut rejetée faute de preuves. Au moment de quitter la cour, King, qui avait été un témoin important, rencontra Edward Graham Alston*, un avocat que le déroulement du procès avait beaucoup amusé. Une violente querelle éclata alors entre les deux hommes et King se livra à des voies de fait sur Alston. Mis immédiatement en état d’arrestation, King fut condamné le 6 novembre à un mois de prison pour outrage au tribunal. Le 17 novembre, à la suite d’une pétition signée par des citoyens éminents de Victoria, le gouverneur Douglas lui accorda le pardon.

En mars 1861, agissant à titre d’agent de police spécial pour le gouvernement, King mena l’enquête sur le naufrage du Florencia survenu le 31 décembre 1860. En rentrant à Victoria, il fut obligé de se mettre à l’abri dans la petite baie de Dodger dans le détroit de Barkley ; il décida alors de se livrer à la chasse et à la pêche. Il mourut des suites de blessures reçues au cours d’une de ces parties de chasse.

Sydney G. Pettit

PABC, Colonial correspondence, E. H. King correspondence ; Colonial correspondence, Police Dept., Victoria correspondence, 1860 ; Vancouver Island, Governor, despatches to London, 8 juin 1859–28 déc. 1861 (letterbook) ; 12 janv. 1862–12 mars 1864 (letterbook), James Douglas to Newcastle, 14 févr. 1863.— PRO, WO 25/158–159 ; 25/802, ff.255s. ; 76/167 ; 76/171–172.— Daily British Colonist (Victoria), 5 janv., 17, 19, 21, 26 avril, 3, 6–10, 13–15, 17, 20 nov. 1860, 22 janv., 27, 28 mars 1861.— G.-B., WO, Army list, 1817–1858.— Walbran, B.C. coast names, 285s.— S. G. Pettit, The trials and tribulations of Edward Edwards Langford, BCHQ, XVII (1953) : 5–40.— Madge Wolfenden, The early government gazettes, BCHQ, VII (1943) : 171–190.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Sydney G. Pettit, « KING, EDWARD HAMMOND », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 23 nov. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/king_edward_hammond_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/king_edward_hammond_9F.html
Auteur de l'article:   Sydney G. Pettit
Titre de l'article:   KING, EDWARD HAMMOND
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   23 novembre 2014