DCB/DBC Mobile beta
+

KNOWLTON, PAUL HOLLAND, pionnier de l’industrie, soldat et homme politique, né à Newfane, Vermont, le 17 septembre 1787, fils de Silas Knowlton et de Sally Holbrook, petit-fils de l’honorable Luke Knowlton, juge de la Cour suprême du Vermont en 1786 et partisan des Loyalistes, décédé le 28 août 1863 à Knowlton, Bas-Canada.

En 1796, Silas Knowlton accepta du gouvernement britannique une concession de terres vierges au Canada que l’on avait déjà proposée à son père, alors trop âgé pour s’en charger. Paul Holland n’avait que 11 ans lorsqu’il arriva dans ce qui allait devenir le canton de Stukely, dans le Bas-Canada, mais il n’oublia jamais les rigueurs de la vie de pionnier. Sa mère mourut en 1800, laissant trois fils et une fille ; Paul Holland retourna à Newfane où il fut élevé par ses grands-parents. Il revint à Stukely en 1807 et, le 22 septembre 1808, épousa Laura Moss, maîtresse d’école à Bridport, Vermont. Comme ils n’eurent pas d’enfant, ils adoptèrent un fils et une fille de son frère Luke, qui avait une grande famille.

En 1815, après s’être livré à la culture, Paul Holland Knowlton alla s’établir sur les bords du lac Brome, dans le canton de Brome, où il défricha une terre, construisit une maison sur le lac et exploita un magasin et une distillerie. En 1827, il fut nommé agent afin de vendre les terres des propriétaires non résidants du comté de Brome ; quelques années plus tard, il possédait lui-même une bonne part de ces terres. Les premiers propriétaires avaient hypothéqué la majeure partie de leurs fonds de terre dans le canton, aussi les colons hésitaient-ils à les acheter ; à titre d’administrateur et de propriétaire, Knowlton leva les hypothèques et vendit les terres. Le 26 octobre 1830, il fut élu député du nouveau comté de Shefford à la chambre d’Assemblée du Bas-Canada et conserva son siège jusqu’au 9 octobre 1834.

Cette année-là, il devint l’un des premiers correspondants des Cantons de l’Est auprès de la Société littéraire et historique de Québec ; l’intérêt qu’il suscita dans son entourage pour l’histoire subsiste encore dans la Brome County Historical Society. De 1834 à 1836, Knowlton fut également président de la Société d’agriculture du comté de Shefford, instituée au cours d’une réunion qu’il dirigea à Waterloo le 15 juin 1834 ; cette société d’agriculture, l’une des premières du Bas-Canada, doit en partie son existence à un projet de loi « comportant de nombreuses dispositions visant à promouvoir l’agriculture », proposé à la chambre par Knowlton.

En 1834, Knowlton quitta sa ferme du lac Brome pour s’installer en bordure d’une importante rivière qui alimentait le lac. Il y acquit des droits de prise d’eau et construisit d’abord une scierie produisant des matériaux de construction, puis une vaste demeure avec des dépendances, une forge, une fabrique de potasse puis un magasin et un moulin à blé, qui devinrent le noyau du village de Knowlton qui portait, avant l’établissement du bureau de poste en 1851, le nom de Coldbrook. Ces installations augmentèrent la va- leur des terres en friche de la région, dont beaucoup lui appartenaient ou lui étaient confiées.

Lors de la rébellion de 1837 dans le Bas-Canada, Knowlton contribua à l’armement et à l’équipement de 400 hommes du comté de Shefford et fut promu lieutenant-colonel du bataillon de Shefford le 1er décembre 1837. Un détachement qu’il commandait s’empara d’un des chefs des Patriotes, le docteur Wolfred Nelson, dans la région de Shefford le 12 décembre 1837. Ses volontaires de Shefford étaient également « en garnison à Granby [...] pour protéger les familles et les biens contre les partisans américains et les réfugiés canadiens ». Le colonel Knowlton offrit à la milice de Missisquoi une partie des armes et des munitions dont elle eut besoin pour la bataille de Moore’s Corner (Saint-Armand-Station) le 6 décembre 1837. Il fut remercié personnellement par sir John Colborne, lequel le fit siéger en 1838 au Conseil spécial qui gouverna le Bas-Canada sous le coup de la loi martiale.

Le récit qu’un journal d’Angleterre fit de ces événements eut des suites curieuses. Mademoiselle Sarah Knowlton de Darley Dale, comté de Derby, en Angleterre, écrivit à Knowlton en se prétendant sa parente. Knowlton lui rendit visite et ils entretinrent par la suite une correspondance. En avril 1845, il apprit qu’elle était morte en lui léguant toute sa fortune.

Le 9 juin 1841, Knowlton devint membre du Conseil législatif de la province du Canada. Pendant les années 40, il ne cessa de faire des revendications au profit des Cantons de l’Est. En 1846, il présenta un projet de loi visant à faciliter le partage des terres des cantons et, en 1847, il participa à une commission qui fit des recommandations visant à dissuader les nouveaux immigrants de s’établir aux États-Unis sous les pressions de spéculateurs américains. La même année, lui et Philip Henry Moore* de Missisquoi prétendirent dans les journaux locaux que la politique de libre-échange qui venait d’être adoptée allait rendre les produits canadiens trop peu concurrentiels sur le marché de la métropole et firent campagne pour l’adoption de mesures protectionnistes. En 1846, Knowlton s’était élevé contre le manque d’équilibre du nombre de représentants au Conseil législatif : le Haut-Canada avait 18 députés alors que le Bas-Canada n’en comptait que 15. Knowlton, pas plus que Moore, ne pensait qu’un seul député suffisait pour représenter les Cantons de l’Est ; malheureusement, comme le dit Knowlton, à ce sujet ils eussent mieux fait de « parler à un mur » que de s’adresser au gouverneur, Charles Murray Cathcart*.

Knowlton signa le Manifeste annexionniste de 1849, entrant ainsi dans les rangs de ceux qui croyaient que, l’économie du pays ayant atteint le creux de la vague, l’institution d’une confédération de tous les états d’Amérique du Nord serait particulièrement profitable au Bas-Canada. Entre le loyalisme envers la couronne d’Angleterre et le développement de son pays, Knowlton n’hésita pas, il choisit le dernier. Il y perdit du coup son brevet militaire, à la demande expresse du député de Shefford, Lewis Thomas Drummond*, qui, aux dires d’un journal local, voulait que le poste soit confié à un de ses amis.

L’intérêt porté par Knowlton à sa région resta constant. En 1849, son influence de membre du Conseil législatif lui fit obtenir une subvention pour une route traversant le canton de Brome et qui fit de Knowlton un lieu plus fréquenté. De même qu’il avait déjà contribué à la construction de l’église et du presbytère anglicans, il fit don, en 1854, d’une terre et de fonds destinés à la construction d’une école secondaire à Knowlton. C’est à lui également que le comté de Brome dut sa création à partir des comtés de Stanstead, Shefford et Missisquoi en 1855. Il en fut élu le premier préfet et devint, le 12 juillet 1856, le premier président de la Société d’agriculture du comté de Brome. Il entreprit des démarches visant à regrouper les comtés en districts judiciaires ; en 1857, le comté de Brome fut intégré au district judiciaire de Bedford.

L’Advertiser and Eastern Townships Sentinel fut fondé à Knowlton en 1856 par Lucius Seth Huntington*, rédacteur en chef, et Knowlton, qui lui apporta son influence et son appui financier. Certaines des opinions politiques de Knowlton se reflètent dans les premiers numéros, en particulier celle que les intérêts des districts ruraux n’étaient pas justement représentés au parlement. En 1860, Knowlton et Moore soulevèrent une vive discussion dans le journal ; ils exigèrent la tenue d’une réunion, préalablement à l’élection prochaine d’un nouveau membre du Conseil législatif, pour décider qu’à l’avenir les Cantons de l’Est seraient représentés au parlement par des résidants de la région. Knowlton rompit son association avec le rédacteur lorsqu’il s’aperçut que ce dernier était devenu trop radical.

Paul Holland Knowlton mourut chez lui le 28 août 1863, à Knowlton. On trouve encore dans le village de nombreux souvenirs de ses libéralités, entre autres le Paul Holland Knowlton Memorial Museum qui se trouve dans la première école secondaire à la création de laquelle il avait contribué. Toute sa carrière fut vouée en premier lieu au développement de la province, et son nom reste indissolublement lié à l’histoire de sa région.

Marion L. Phelps

BCHS Arch., VII, Paul Holland Knowlton papers.— Franklin County Registry Office (St Albans, Vt), Marriage records, 22 sept. 1808.— B.-C., House of Assembly, Journals, 1830.— Advertiser and Eastern Townships Sentinel (Knowlton et Waterloo, Québec), 8, 29 févr. 1856, 10 mai 1860, 3 sept. 1863.— Montreal Herald, 26 mai 1847.— Philipsburg Gleaner (Philipsburg, Québec), 23 févr. 1847.— Stanstead Journal (Rock Island, Québec), 9 avril 1846.— G. Turcotte, Cons. législatif de Québec, 9, 132s.— C. M. Day, History of the Eastern Townships, province of Quebec, dominion of Canada, civil and descriptive, etc. (Montréal, 1869), 256.— J. P. Noyes, Sketches of some early Shefford pioneers ([Montréal], 1905),.15.— Stanstead County Historical Society centennial journal (2 vol., s.l., 1965–1967), II : 85.— C. H. W. Stocking, The history and genealogy of the Knowltons of England and America (New York, 1897), 118.— E. M. Taylor, History of Brome County, Quebec, from the date of grants of land therein to the present tune ; with records of sonie early families (2 vol., Montréal, 1908–1937), I : 164s., 169, 281.— Cyrus Thomas, Contributions to the history of the Eastern Townships : a work containing an account of the early settlement of St. Armand, Dunham, Sutton, Brome, Potton, and Bolton ; with a history of the principal events that have transpired in each of those townships up to the present rime (Montréal, 1866), 235–237, 267–271.— The Moore’s Corner battle in 1837, Missisquoi County Hist. Soc., Report (Saint-Jean, Québec), 1908–1909, 70s.— Parliamentary representation of Missisquoi from the beginning of parliaments in Canada, Missisquoi County Hist. Soc., Report, 1907, 29s.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Marion L. Phelps, « KNOWLTON, PAUL HOLLAND », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 1 nov. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/knowlton_paul_holland_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/knowlton_paul_holland_9F.html
Auteur de l'article:   Marion L. Phelps
Titre de l'article:   KNOWLTON, PAUL HOLLAND
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   1 novembre 2014