DCB/DBC Mobile beta
+

LABATT, JOHN KINDER, fermier et brasseur, né en 1803 à Mountmellick (comté de Laoighis, République d’Irlande), aîné des sept enfants de Jane et de Valentine Knightley Chetwode Labat (Labatt), dont les ancêtres huguenots venaient de la région de Bordeaux, en France, décédé le 26 octobre 1866, à London, Haut-Canada.

On sait peu de chose de la jeunesse de John Kinder Labatt. En août 1833, il épousa, à Twickenham, comté de Middlesex, Angleterre, Eliza Kell, une parente du grand banquier de Norwich, Daniel Gurney ; ils eurent cinq fils et neuf filles. John et sa femme émigrèrent au Haut-Canada et, en janvier 1834, ils achetèrent de la Canada Company une terre de 200 acres, située dans le canton de Westminster, juste au sud de la ville de London. En 1843, Labatt acheta du colonel Thomas Talbot*, pour la somme de £50, les 200 acres qui jouxtaient les siennes. Il s’enrichit comme fermier et envoya ses fils à la Caradoc Academy, le meilleur pensionnat de la région ; en 1844, il joua un rôle important dans la construction de l’église Christ (Église d’Angleterre), à Glanworth.

De 1846 à 1847, peut-être à cause de difficultés temporaires concernant les placements qu’il avait faits en Angleterre et que son beau-père administrait pour lui, Labatt séjourna en Grande-Bretagne et envisagea d’y rester, mais le coût élevé de la vie là-bas l’incita à revenir au Canada. Il vendit sa ferme et investit £2 000 dans la brasserie de son ami Samuel Eccles, située, comme elle l’est encore de nos jours, sur le bras sud de la Thames, au pied de la rue Talbot. Il s’agissait de la plus ancienne brasserie de London fondée en 1827 par John Balkwill, puis achetée par William Balkwill et Thomas W. Shepherd, avant d’être vendue à Eccles, en 1847. Labatt and Eccles (c’est le nom que portait la société) ne tarda pas à produire trois marques de bière, xxx, xx et x ; Labatt s’enrichit suffisamment pour acheter les parts d’Eccles, lorsque celui-ci se retira des affaires en 1854. Labatt changea alors la raison sociale pour London Brewery et se fit connaître comme brasseur, malteur et marchand d’orge, de malt et de houblon. Il était aidé de ses deux aînés, Ephraim et Robert ; ces derniers achetèrent plus tard leur propre brasserie, à Prescott, Ontario, d’un plus jeune frère, John, qui vint se joindre à leur père en 1864.

Labatt joua aussi un rôle actif dans les affaires de London. Il représenta le quartier St David au conseil municipal, en 1850 et 1851, et fit partie du conseil du Board of Trade, en 1863. Intéressé à des entreprises de transport, il joua un rôle important dans la Proof Line Road Joint Stock Company, qui étendit les voies de communication au nord de London, à partir de 1849, et participa à la constitution juridique, en 1853, de la London and Port Stanley Railway. Il participa aussi à la création de la London Permanent Building and Savings Society et de la Western Permanent Building Society, qui furent absorbées par la Huron and Erie Savings and Loan Society, en 1865 et 1866. Il faisait partie de la paroisse de la cathédrale St Paul (Église d’Angleterre) et fut un de ceux qui aidèrent le plus les défavorisés de London durant la grande dépression qui sévit à la fin des années 1850.

Lorsque John Kinder Labatt mourut en 1866, ses biens furent évalués à $16 000. La société fut rachetée par son fils John, selon les termes du testament, et celui-ci conserva la présidence de la compagnie, qui fut assurée plus tard par ses fils, John S. et Hugh F., jusqu’en 1956. En 1945, la société devint une entreprise publique, où le trust familial demeura majoritaire jusqu’en 1964 ; la brasserie était devenue à cette époque une des plus importantes du Canada.

Frederick H. Armstrong

Mme Hugh F. Labatt et la compagnie John Labatt Limited de London, Ontario, conservent les archives de la famille Labatt.

London Public Library and Art Museum (London), Edwin Seaborn coll., Medical history, p.369 ; Medical doctors, pp.178, 446, 584.— Middlesex County Surrogate Court (London), will and inventory of J.K. Labatt, 25 avril 1864, homologués le 13 nov. 1866.— Gore Gazette (Ancaster, Ont.), 24 nov. 1827.— Inquirer (London), 15 nov. 1844.— London Free Press, 29 oct. 1866.— London Times (London), 1er oct. 1847.— John Labatt, London, Ont., The newspaper reference book of Canada [...] (Toronto, 1903), 411.— History of the county of Middlesex (Brock), 196, 233, 285, 362, 372, 473, 575.— London and its men of affairs (London, s.d.), 68, 70, 133.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Frederick H. Armstrong, « LABATT, JOHN KINDER », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 19 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/labatt_john_kinder_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/labatt_john_kinder_9F.html
Auteur de l'article:   Frederick H. Armstrong
Titre de l'article:   LABATT, JOHN KINDER
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   19 avril 2014