DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

FR:UNDEF:public_sidebar_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_updated_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_bio_of_the_day_caption

REGNARD DUPLESSIS, MARIE-ANDRÉE – Volume III (1741-1770)

décédée à l’Hôtel-Dieu de Québec le 23 janvier 1760

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les Fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

FR:UNDEF:public_special_conferences_1864_caption

FR:UNDEF:public_special_essays_caption

FR:UNDEF:public_special_acadians_caption

FR:UNDEF:public_special_explorers_caption

FR:UNDEF:public_special_war_of_1812_caption

FR:UNDEF:public_special_wartime_pms_caption

FR:UNDEF:public_special_ww1_caption

LAVIGNE, AZARIE, ébéniste et marchand de meubles, né en mars 1841, fils d’Hippolyte Lavigne et de Lucie Brodeur, décédé célibataire le 10 février 1890 à Montréal.

Si le lieu de naissance d’Azarie Lavigne demeure incertain, on sait cependant qu’il fit son apprentissage à Montréal sous la direction de John Hilton* et de son fils William. Hilton y fut, jusqu’à sa mort en 1866, le chef de file reconnu du commerce de meubles, et Lavigne se servit de son nom comme recommandation. Celui-ci ouvrit son entreprise en 1865, à l’âge de 24 ans. Dès le début, il travailla comme ébéniste et comme marchand de meubles. À ce titre, il vendit aussi bien ses propres meubles que ceux d’autres fabricants, tout en offrant des services de réparation.

Lavigne s’acquit bientôt une réputation grâce à ses propres meubles, et notamment grâce à ses pièces faites sur commande ; lors de l’Exposition provinciale agricole et industrielle tenue à Montréal en 1873, il gagna le premier prix pour un mobilier de style Louis XVI fabriqué spécialement pour un de ses clients. Il fit aussi le fauteuil du maire pour l’hôtel de ville de Montréal, qui ouvrit ses portes en 1878.

Au milieu des années 1880, Lavigne, engagé dans la fabrication de meubles d’art, avait donné à sa firme le nom de Dominion Art Furniture Factory. Théoriquement, prétendre fabriquer des meubles d’art laissait supposer une distinction évidente entre une manufacture de meubles ordinaires et celle qui retenait les services d’un directeur artistique ou d’un artiste dessinateur. En pratique, on employa l’expression abusivement. Certains ébénistes, qui projetaient de faire des affaires, s’emparèrent de cette formule à la mode pour mousser les ventes, mais continuèrent à se livrer simplement à la production en série. Il n’y avait pas de toute façon de définition précise du meuble d’art ; il y a lieu de croire que celui-ci répondait aux normes du goût acceptées par les tenants de l’Aesthetic Movement. Depuis les années 1870, le mouvement, créé en Angleterre, comptait des disciples à Montréal. À la Dominion Art Furniture Factory, Lavigne fabriqua une grande variété de meubles à la mode, dont certains furent probablement teints de noir d’ébène et sillonnés de lignes asymétriques d’inspiration japonaise, dictées par les préceptes esthétiques de l’époque. Rien ne semble indiquer qu’il contribua d’une façon originale ou importante à ce courant, mais il fit effectivement preuve d’initiative en se tenant au fait des progrès de l’époque.

L’entreprise de Lavigne était petite à côté de celle de concurrents de Montréal, tels Owen McGarvey*, qui faisait un chiffre d’affaires dix fois supérieur. Néanmoins, entre 1881 et 1887, Lavigne réussit à améliorer sa cote de crédit et il connut enfin le succès en dépit de difficultés. Le 15 septembre 1881, un incendie détruisit sa manufacture, et trois de ses sculpteurs subirent de graves blessures. L’assurance ne couvrait qu’une petite partie des pertes qui furent évaluées à environ $20 000.

À la mort de Lavigne, en 1890, Rasmus Tombyll, qui avait déjà exploité une manufacture de meubles rue Notre-Dame, prit la succession de l’entreprise.

Elizabeth Collard

AC, Montréal, État civil, Catholiques, Notre-Dame de Montréal, 13 févr. 1890.— Gazette, 17 sept. 1873, 16 sept. 1881.— Montreal Daily Witness, 4 déc. 1867, 18 déc. 1890.— Montreal Herald, 17, 19 sept. 1873.— La Patrie, 11 févr. 1890.— La Presse, 12 févr. 1890.— Toronto Daily Mail, 16 sept. 1881.— The mercantile agency reference book [...] (Toronto et Montréal), 1881 ; 1887.— Mitchell & Co’s Canada classified directory, 1865–1866.— Montreal directory, 1865–1890.— Léon Trépanier, « Nos hôtels de ville », Cahiers des Dix, 25 (1960) : 231.

Bibliographie générale

FR:Citations

FR:UNDEF:public_citation_style_default FR:

Information to be used in other citation formats

Permalink: http://www.biographi.ca/fr/bio/lavigne_azarie_11F.html
Author of Article:   Elizabeth Collard
Title of Article:   LAVIGNE, AZARIE
Publication Name:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 11
Publication Details:   FR:UNDEF:public_citation_publisher, 1982
Year of publication:   1982
Year of revision:   1982
Access Date:   23 janvier 2021