DCB/DBC Mobile beta
+

LE BOUTILLIER (Le Bouthillier), DAVID, commerçant et homme politique, né le 14 octobre 1811 à St John, île de Jersey, fils de Josué Le Boutillier et d’Anne Amy ; décédé célibataire vraisemblablement en 1854 à Paspébiac, Bas-Canada.

David Le Boutillier vient résider à Paspébiac en 1827. À son arrivée, il commence à travailler comme apprenti commis à la Charles Robin and Company. William Fruing, maître commis de l’établissement, lui apprend la tenue des livres et les pratiques en usage dans le commerce de la morue séchée.

En mars 1838, Le Boutillier quitte son poste de commis à la Charles Robin and Company et se lance dans le commerce de la morue séchée. Il s’associe avec ses frères Amy et Edward pour fonder à Paspébiac la Le Boutillier Brothers. Nommé directeur de la nouvelle entreprise, David Le Boutillier entreprend aussitôt la construction d’ateliers, de magasins et d’entrepôts sur le banc de Paspébiac, à proximité du vaste établissement de son ex-employeur, et il fait l’acquisition de quelques navires pour le transport de la morue.

Au cours des années 1840, la Le Boutillier Brothers connaît sous la direction de Le Boutillier une expansion rapide. La compagnie achète ou met sur pied des établissements de pêche dans la baie des Chaleurs, à l’île Bonaventure, à l’île Miscou, au Nouveau-Brunswick, puis dans le détroit de Belle-Isle, à l’île au Bois, dans le Bas-Canada, et à Forteau, au Labrador. Elle engage des pêcheurs et des hommes de grave à salaire pour travailler dans ses établissements. Ces personnes sont recrutées généralement à Paspébiac et plus à l’ouest dans la baie des Chaleurs, à Maria, à Carleton et à Bonaventure. La morue pêchée est ramenée à Paspébiac à la fin de la saison pour être soumise à un dernier séchage et, de là, exportée vers les marchés méditerranéens et antillais.

En décembre 1851, Le Boutillier est élu député de la circonscription de Bonaventure à l’Assemblée législative de la province du Canada, à l’issue d’une élection gagnée de justesse aux dépens de deux autres candidats, dont Clarence Hamilton qui avait bénéficié de l’appui de la Charles Robin and Company. Comme député, Le Boutillier joue un rôle plutôt effacé, mais il fait partie de deux comités spéciaux de l’Assemblée, le comité chargé d’examiner l’opportunité d’encourager la construction de navires dans la province et le comité chargé d’enquêter sur l’état des pêches dans le golfe du Saint-Laurent et sur la côte du Labrador, où il trouve l’occasion de faire valoir ses compétences. Au sein du second comité, il s’emploie à souligner la disparité entre l’aide gouvernementale accordée aux pêcheurs et aux entrepreneurs canadiens-français et jersiais des côtes de l’est du Bas-Canada et celle dont leurs concurrents étrangers bénéficient. Il décide de ne pas se porter candidat au terme de son mandat de député en 1854.

David Le Boutillier s’éteint vraisemblablement à Paspébiac en 1854, à l’âge de 42 ans. Après sa mort, son beau-frère Daniel Carcaud prend en main la Le Boutillier Brothers et, sous la direction de ce dernier, la compagnie poursuit son expansion, ouvrant deux nouveaux établissements de pêche à Magpie et à Rivière-au-Tonnerre, sur la rive nord du golfe du Saint-Laurent, à la fin des années 1850. Considérée comme la plus importante entreprise de pêche établie en Gaspésie après la Charles Robin and Company, elle exporte vers 1870 quelque 20 000 quintaux de morue séchée par an, soit environ le tiers des exportations de sa principale concurrente.

André Lepage

APC, MG 28, III18 ; MG 30, D1, 18 : 129 ; RG 31, A1, 1861, Bonaventure.— BE, Bonaventure (New-Carlisle), Reg. B, 6, nos 505, 592 ; B-B, 1, nos 4, 6 ; Gaspé (Percé), Reg. B, 2, no 982.— Soc. jersiaise (Saint-Hélier, Jersey), St. John., reg. des baptêmes, 14 oct. 1811.— Canada, prov. du, Assemblée législative, App. des journaux, 1843, app. 6 ; 1853, app. JJJJ.— Desjardins, Guide parl.— Jules Bélanger et al., Histoire de la Gaspésie (Montréal, 1981), 211, 285, 378.— H. A. Innis, The cod fisheries ; the history of an international economy (éd. rév., Toronto, 1978).— André Lepage, le Banc de Paspébiac, site commercial et industriel (Québec, 1980), 76–88.— Thomas Pye, Canadian scenery : district of Gaspé (Montréal, 1866) ; Images de la Gaspésie au dix-neuvième siècle, Jean Laliberté et André Lepage, trad. (Québec, 1980), 37, 60.— Madeleine Bisson, « l’Île Bonaventure à l’époque de la Cie LeBouthillier », Gaspésie (Gaspé, Québec), 19 (1981), no 3 : 16–23.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

André Lepage, « LE BOUTILLIER, DAVID », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 8, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 19 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/le_boutillier_david_8F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/le_boutillier_david_8F.html
Auteur de l'article:   André Lepage
Titre de l'article:   LE BOUTILLIER, DAVID
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 8
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1985
Année de la révision:   1985
Date de consultation:   19 avril 2014