DCB/DBC Mobile beta
+

LE JEUNE, OLIVIER, nègre de Guillaume Couillard, baptisé à Québec le 14 mai 1633 et inhumé au même endroit le 10 mai 1654.

Originaire de Madagascar ou de la Guinée, il fut emmené tout jeune à Québec par l’un des frères KiRKE qui le céda pour 50 écus à Le Baillif, commis français qui s’était mis au service des Anglais. En juillet 1632, ce dernier en fit don à Guillaume Couillard. À son baptême, ce nègre avait reçu le prénom d’Olivier en l’honneur d’Olivier Letardif, commis général ; à son inhumation, nous le trouvons porteur du nom de famille du jésuite Paul Le Jeune, qui lui avait fait le catéchisme. En 1638, il est mis « vingt quatre heures a La chaisne » pour avoir calomnié Nicolas Marsolet ; il signe son aveu d’une croix. Nous ignorons si Couillard le traita en esclave ou lui accorda l’affranchissement, car dans le registre des sépultures, le nègre Olivier est qualifié de domestique. Aucun texte n’établit qu’il ait été esclave. Il a pu aussi bien être dans le cas des Indiennes Charité et Espérance, que Champlain n’eut pas la permission d’emmener en France et que Couillard adopta.

L’esclavage ne deviendra légal en Nouvelle-France que le 13 avril 1709 par une ordonnance de l’intendant Raudot* ; il a quand même existé au xviie siècle : le mot esclave est employé dans les registres de Lachine, le 28 octobre 1694, pour qualifier le panis (esclave) de René Chartier. Le commerce des esclaves a sûrement commencé avant 1694 : le traiteur Pierre Ducharme achète un petit panis avant 1691, et la veuve de Laurent Tessier vend un sauvage vers 1689. L’habitude des Français d’accepter des esclaves sauvages commence encore plus tôt : en 1674, Louis Jolliet emmène du Mississipi un petit esclave qu’on lui a donné là-bas ; en 1671, les Iroquois donnent au gouverneur de RÉmy de Courcelle deux esclaves potéoutamises pour calmer son courroux. Il y a donc eu de fait esclavage au xviie siècle et l’ordonnance de 1709 ne vient que sanctionner un usage établi. Il faut se rappeler, de plus, ce principe international alors en vigueur : un nègre est esclave où qu’il se trouve, à moins d’avoir été affranchi.

Si Olivier Le Jeune est le premier nègre à se montrer dans la vallée du Saint-Laurent, il avait été devancé en Nouvelle-France par ce nègre anonyme qui mourut du scorbut à Port-Royal au cours de l’hiver 1606–1607, et par ce Mathieu de Coste (de Costa), nègre du sieur DU Gua de Monts, qui aurait servi en Acadie vers 1608.

Marcel Trudel

ASQ, Documents Faribault, 17.— JR (Thwaites), V 62, 64, 196–198.— Lescarbot, Histoire (Tross), II 455.— Marcel Trudel, Lesclavage au Canada français : histoire et conditions de lesclavage (Québec, 1960), 3–17.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Marcel Trudel, « LE JEUNE, OLIVIER », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 19 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/le_jeune_olivier_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/le_jeune_olivier_1F.html
Auteur de l'article:   Marcel Trudel
Titre de l'article:   LE JEUNE, OLIVIER
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1966
Date de consultation:   19 septembre 2014