DCB/DBC Mobile beta
+
Titre original :  Most Rev. Colin Francis McKinnon

Provenance : Lien

MacKINNON, COLIN FRANCIS, prêtre et éducateur, né le 20 juillet 1810 à Williams Point, région rurale peu peuplée, près d’Antigonish, N.-É., fils de John MacKinnon et d’Una (Eunice) MacLeod, décédé à Antigonish le 26 septembre 1879.

Les parents de Colin MacKinnon vinrent d’Écosse en 1791 et se fixèrent d’abord à Parrsboro, N.-É. Plus tard, ils s’établirent à Williams Point afin de vivre dans une colonie de highlanders catholiques. L’absence d’écoles dans le voisinage les obligea à confier Colin à l’abbé William B. MacLeod, curé de Grand Narrows, en 1824 et, plus tard, à Malcolm MacLellan d’East Bay, île du Cap-Breton. À la fin de ses études classiques, le jeune homme entra au collège Urbain de Rome. Il y demeura du 22 janvier 1829 jusqu’au 26 juin 1837 et y obtint des doctorats en philosophie et en théologie. Il fut ordonné prêtre au collège de la Propagande, à Rome, par l’archevêque Luigi Fransoni, le 4 juin 1837.

Ce même été, l’abbé Colin Francis MacKinnon revint en Nouvelle-Écosse où il fut nommé premier curé résident de St Andrews, dans le comté de Sydney (aujourd’hui Antigonish). Il y exerça son ministère paroissial du 3 novembre 1837 au 11 mai 1853. Au cours de l’été de 1838, il fonda la St Andrews Grammar School, première école du genre dans la région ; cette école acquit par la suite une réputation enviable à cause des succès que remportèrent ses diplômés. Les efforts que MacKinnon déploya dans ce domaine le convainquirent probablement de la nécessité d’établir une institution d’enseignement supérieur dans la partie est de la Nouvelle-Écosse.

Le 11 novembre 1851, MacKinnon fut nommé évêque d’Arichat, qui était à ce moment-là le centre ecclésiastique de l’est de la Nouvelle-Écosse. Il fut sacré par Mgr William Walsh* le 27 février 1852 et il résida à Arichat du 11 mai 1853 au 21 juillet 1858. Conscient des besoins religieux des highlanders catholiques de son diocèse et de leurs aspirations sur le plan de l’éducation, MacKinnon fonda un petit séminaire, le St Francis Xavier College, le 20 juillet 1853, le jour de son quarante-troisième anniversaire de naissance. À son ouverture, le collège comptait quatre professeurs et 40 élèves ; on y donnait des cours de mathématiques, de latin, de grec, de théologie, de philosophie, d’anglais, de français et de doctrine chrétienne. En 1855, le séminaire fut transféré à Antigonish où il prit de l’expansion et devint St Francis Xavier University.

Désireux de procurer aux jeunes filles de meilleures chances de s’instruire, MacKinnon fit venir à Arichat, en 1856, les religieuses de la Congrégation de Notre-Dame ; leur supérieure, sœur Sainte-Elisabeth [Marie-Louise Dorval*] avait déjà été supérieure générale de la communauté.

Mgr MacKinnon résida à Antigonish du 21 juillet 1858 jusqu’à sa mort, survenue en 1879. Pendant cette période, il fut assisté dans sa double fonction d’évêque et d’éducateur par l’abbé John Cameron, docteur en théologie, qu’il avait nommé recteur de son collège en le transférant à Antigonish. En 1860, MacKinnon était en mesure d’écrire que St Francis Xavier « était en train d’apporter à la religion et à la société tous les bienfaits qu’on en avait escomptés lors de sa fondation ». La reconnaissance officielle vint en 1866 quand l’établissement obtint sans difficultés les pleins pouvoirs d’une université, par décret de la législature provinciale. D’après les documents dont nous disposons, il apparaît clairement que MacKinnon n’a jamais été sérieusement impliqué dans les controverses politiques de l’époque. Il réussit à accroître sensiblement le nombre des paroisses et des prêtres dans son diocèse et c’est dans une large mesure grâce à lui que fut érigée, entre 1866 et 1874, St Ninian, l’église épiscopale actuelle du diocèse.

Pendant les dernières années de sa vie, MacKinnon fut de nouveau secondé dans son ministère épiscopal par Cameron, homme compétent et agressif, qui était devenu son coadjuteur en 1870. Le mauvais état de sa santé contraignit Mgr MacKinnon à donner sa démission en juillet 1877 et il fut nommé archevêque titulaire d’Amida le 7 septembre. Il mourut le 26 septembre 1879 et fut inhumé sous les voûtes de la cathédrale St Ninian. Son travail pour l’avancement de l’enseignement supérieur en Nouvelle-Écosse constitue son œuvre la plus marquante.

R. A. Maclean

Ronald MacGillivray, Remember your prelates : a sermon, preached at the solemn requiem of Colin Francis MacKinnon, archbishop of Amydo, in St. Ninian’s Cathedral, Antigonish, September 30, 1879 (Halifax, 1879 ; copie aux PANS).— Casket (Antigonish, N.-É.), 27 juin 1895, 17 juin, 30 sept., 25 nov. 1943, 7 juill., 14 juill. 1960.— The Catholic Encyclopedia, II : 563.— St. Francis Xavier’s University, 1853–1920 (Antigonish, N.-É., 1920).— A. A. Johnston, Antigonish diocese priests and bishops, 17901825 (manuscrit dactylographié en possession de l’auteur, Antigonish, N.-É.).— Sister St Miriam of the Temple [Eileen Scott], The Congregation of Notre Dame in early Nova Scotia, CCHA Report, 1953, 6780.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

R. A. Maclean, « MacKINNON, COLIN FRANCIS », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 déc. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/mackinnon_colin_francis_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/mackinnon_colin_francis_10F.html
Auteur de l'article:   R. A. Maclean
Titre de l'article:   MacKINNON, COLIN FRANCIS
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   2013
Date de consultation:   20 décembre 2014