DCB/DBC Mobile beta
+

FR:Special Projects

FR:UNDEF:public_sidebar_whats_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_new_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_updated_caption

FR:UNDEF:public_sidebar_bio_of_the_day_caption

BERTHON, GEORGE THEODORE – Volume XII (1891-1900)

décédé le 18 janvier 1892 à Toronto

La Confédération

Le gouvernement responsable

Sir John Alexander Macdonald

De la colonie de la Rivière-Rouge au Manitoba (1812–1870)

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les Fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

FR:UNDEF:public_special_conferences_1864_caption

FR:UNDEF:public_special_essays_caption

FR:UNDEF:public_special_acadians_caption

FR:UNDEF:public_special_explorers_caption

FR:UNDEF:public_special_war_of_1812_caption

FR:UNDEF:public_special_wartime_pms_caption

FR:UNDEF:public_special_ww1_caption

MAISONNAT, MARIE-MADELEINE (Winniett), née en 1695 à Port-Royal (Annapolis Royal, N.-É.), fille de Pierre Maisonnat*, dit Baptiste, et de Madeleine Bourg (sœur d’Alexandre Bourg), décédée après 1770.

Le père de Marie-Madeleine Maisonnat, Pierre, corsaire de renom, figure au recensement de 1693 comme étant marié à Madeleine Bourg, âgée de 16 ans. Le couple avait une propriété confortable, de nombreux bestiaux et un arsenal de 15 fusils. Cependant, lors du recensement de 1698, Pierre Maisonnat vivait avec une ancienne épouse, Judith Soubiron ; on dit d’ailleurs qu’il en eut plusieurs. À cette époque, Madeleine Bourg était déjà remariée à un veuf, Pierre Le Blanc, et faisait partie de sa maisonnée avec sa fillette de trois ans, Marie-Madeleine.

En 1710 – elle avait alors 15 ans – Marie-Madeleine connut la prise et l’occupation par les Anglais de Port-Royal qu’on rebaptisa Annapolis Royal. L’année suivante, en présence de John Harrison*, aumônier protestant de la garnison, elle épousa le lieutenant William Winniett qui faisait partie des troupes coloniales de Francis Nicholson* et qui s’était porté volontaire pour rester en garnison à Annapolis. Winniett ne tarda pas à abandonner l’état militaire pour entreprendre une fructueuse carrière de marchand et d’armateur ; il fut plus tard membre du Conseil de la Nouvelle-Écosse. Le couple eut 13 enfants. Lorsque Winniett mourut, en 1741, Marie-Madeleine et sa famille furent laissés dans le dénuement, « ce qui, dira Paul Mascarene, administrateur de la province, a été un sujet de préoccupation ici ». Mascarene pressa les débiteurs de Winniett d’acquitter leur dû le plus tôt possible.

Trois des filles de Marie-Madeleine épousèrent des personnages éminents de la colonie anglaise de la Nouvelle-Écosse ; Anne (née en 1712) épousa Alexander Cosby, Elizabeth (née en 1714), le lieutenant John Handfield, et Marie-Madeleine (née en 1718), le capitaine Edward How. Il existe des indices qui permettent de croire que Marie-Madeleine Maisonnat et ses filles jouissaient d’une certaine influence parmi les membres de la garnison et les hauts fonctionnaires d’Annapolis Royal. Le capitaine John Knox* parle en 1757 « d’une vieille dame française [...] qui appartenait à la religion de Rome » – sans aucun doute Marie-Madeleine – « dont les filles et petites-filles et d’autres parentes ont [...] épousé des officiers et autres messieurs de cette garnison [...] ; les dames prirent bientôt de l’ascendant, l’esprit du soldat et les caractéristiques du bon officier changèrent graduellement et firent place à la rusticité ». Selon Knox, on persuada des soldats de travailler pour les gens de la ville et ils négligèrent leurs devoirs. Si quelque soldat était incarcéré pour sa négligence, « la vieille dame, écrit Knox, ordonnait qu’il soit relâché de sa propre autorité, laquelle était jugée suffisante [...] On m’assure que cette bonne dame a véritablement présidé des conseils de guerre dans le fort lorsqu’on a concerté des mesures pour faire souffrir l’ennemi commun, sa parenté, ses compatriotes ».

Hector J. Hébert

AN, Col., C11A, 12, f.225 ; 13, f.322 ; Section Outre-Mer, G1, 407, 466 (recensements de l’Acadie, 1693, 1698, 1700).— APC, MG 9, B8, 24 (registres de Saint-Jean-Baptiste du Port Royal) (l’original du volume pour 1702–1728 est conservé aux PANS, et pour 1727–1755, aux Diocesan Archives, Yarmouth, N.-É.) ; MG 23, C 16.— « Mass. Archives », V : 452.— Knox, Historical journal (Doughty).— Shipton, Sibleys Harvard graduates, VI : 423, 511–527.— Calnek, History of Annapolis (Savary), 95s., 119–121, 152–156, 631s.— Savary, Supplement to history of Annapolis, 92s., 97.— C. J. d’Entremont et H.-J. Hébert, Parkman’s diary and the Acadian exiles in Massachusetts, French Canadian and Acadian Geneal. Rev. (Québec), I (1968) : 241–294.

Bibliographie générale

FR:Citations

FR:UNDEF:public_citation_style_default FR:

Information to be used in other citation formats

Permalink: http://www.biographi.ca/fr/bio/maisonnat_marie_madeleine_3F.html
Author of Article:   Hector J. Hébert
Title of Article:   MAISONNAT, MARIE-MADELEINE
Publication Name:   FR:UNDEF:public_citation_publication, vol. 3
Publication Details:   FR:UNDEF:public_citation_publisher, 1974
Year of publication:   1974
Year of revision:   1974
Access Date:   18 janvier 2021