DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

LANDRY, AMAND – Volume X (1871-1880)

né le 8 décembre 1805 à Memramcook, comté de Westmorland, N.-B.

Sir Wilfrid Laurier

Sir George-Étienne Cartier

Sports et sportifs

Les fenians

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

MAROT, BERNARD, chirurgien et capitaine au long cours, né apparemment en France, au Pays basque, circa 1610–1650.

Marot vînt à Port-Royal comme chirurgien diplômé en 1610 ou 1611. C’est lui qui, en 1630, fut dépêché de Bordeaux par Jean Tuffet, directeur de la Compagnie de la Nouvelle-France, avec deux navires porteurs de courrier et de provisions pour Charles de Saint-Étienne de La Tour et ses hommes au cap de Sable. Durant son séjour à cet endroit, il se livra à la traite des pelleteries pour aider à payer les frais du voyage. Le rapport favorable qu’il fit à la compagnie contribua à valoir à La Tour le titre de lieutenant général en Acadie. Mais Tuffet lui reprocha d’avoir renvoyé son second navire en France sans cargaison. Peu de temps après, Marot était pris à pêcher et à faire la traite des fourrures sans autorisation en Acadie ; il fut renvoyé en France comme prisonnier sur l’ordre de La Tour, qui retira ses accusations par la suite. Une fois élargi, Marot se joignit à Isaac de Razilly en Acadie où il fut nommé capitaine. En 1635, il conduisit une troupe de soldats envoyée par Razilly pour s’emparer de Jean Thomas, fomentateur de la première rébellion en Acadie.

Après la mort de Razilly, Marot continua de servir sous les ordres de son successeur, Charles de Menou d’Aulnay. En 1640, d’Aulnay l’envoya renforcer la garnison du fort Pentagouet (sur la Penobscot). Il prit part en 1645 à l’attaque et à la prise du fort La Tour, à Saint-Jean, et il fut l’un des signataires de la déclaration au sujet de cette action militaire [V. Jacquelin et Menou]. Cette même année, on l’envoya dans la région de Rechibouctou avec mission de s’emparer d’une barque et de son équipage qui y pratiquait le commerce des fourrures pour le compte de la Compagnie de Miscou. À partir de ce moment jusqu’en 1650, il semble s’être occupé surtout de capturer des navires et de pratiquer le commerce et la pêche en Acadie sans l’autorisation de d’Aulnay. On ne sait rien de précis au sujet de sa carrière subséquente, encore qu’il soit peutêtre le capitaine Marot, commandant d’un vaisseau de commerce, qui se rendit à Québec en 1657.

George MacBeath

ACM, B.187, 5 655, 5 656.— Champlain, Œuvres (Biggar).— Faction (1614).— Couillard Després, Saint-Étienne de La Tour.— Huguet, Poutrincourt.— De Nant, Pages glorieuses.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

George MacBeath, « MAROT, BERNARD », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 8 déc. 2016, http://www.biographi.ca/fr/bio/marot_bernard_1F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/marot_bernard_1F.html
Auteur de l'article:   George MacBeath
Titre de l'article:   MAROT, BERNARD
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 1
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1966
Année de la révision:   1986
Date de consultation:   8 décembre 2016