DCB/DBC Mobile beta
+

McINTOSH, JAMES, prospecteur, homme d’affaires, magistrat de police et homme politique, né le 19 août 1842 à Bytown (Ottawa), fils d’Alexander McIntosh, entrepreneur ; en janvier 1881, il épousa à Ottawa Hermanse Magee ; un fils et une fille lui survécurent ; décédé le 23 juin 1901 à Kamloops, Colombie-Britannique, et inhumé au Pleasant Street Cemetery.

James McIntosh quitta sa ville natale en 1862 pour aller en Colombie-Britannique, dans la région aurifère du district de Cariboo. En avril, à Victoria, il se joignit à un groupe qui se rendait au foyer de la ruée vers l’or, le ruisseau Williams ; il y resta jusqu’en décembre 1863. Par la suite, il participa à d’autres expéditions de prospection dans l’île de Vancouver. En janvier 1866, il faisait partie d’une équipe de travail de la Hudson’s Bay Company qui partit de Victoria pour se rendre à l’intérieur de la Colombie-Britannique. Au lac Shuswap, il aida à construire le premier vapeur à roue arrière qui naviguerait sur le réseau hydrographique de la rivière Thompson. Ce bateau, propriété de la Hudson’s Bay Company, allait transporter des hommes et des vivres au lieu dit Big Bend, sur le Columbia, pendant la courte période où il y aurait là une ruée vers l’or [V. William Henry Ladner].

Après ce travail, McIntosh abandonna les mines. En 1868, en usant d’un droit de préemption, il acquit une terre à la rivière Tranquille, sur le lac Kamloops, à quelques milles à l’ouest du fort de la Hudson’s Bay Company. En outre, il devint copropriétaire du premier moulin à farine (et première scierie) de la région. Trois ans plus tard, voyant que s’amorçaient les travaux d’arpentage en vue de la construction d’un chemin de fer transcontinental, il fit l’acquisition d’un terrain de 100 acres sur la rive sud de la Thompson, juste à l’est du fort. Kamloops allait s’implanter sur cet emplacement. Dans les années 1870, McIntosh construisit des routes dans les dis­ tricts de New Westminster et Yale. Il passa l’hiver de 1873 à bâtir un nouveau magasin pour la Hudson’s Bay Company ainsi qu’une maison pour le directeur de ce magasin. En 1876, il tenait un petit hôtel à Kamloops. En 1878, il fonda, avec d’autres, la Shuswap Milling Company, dont il devint directeur. Bientôt, ce moulin fut l’un des piliers de l’économie locale ; sa destruction par un incendie en mars 1901 porta un dur coup à la collectivité aussi bien qu’à McIntosh.

En 1884, les ouvriers du chemin de fer canadien du Pacifique atteignirent Kamloops. La compagnie avait le droit de passer sur la terre de McIntosh, ce qui l’ennuyait : « La voie ferrée a éventré Kamloops, se plaignait-il ; en fait, elle sera la ruine de la localité telle qu’elle est [...] oui, elle ravage presque toutes les propriétés sur son parcours. » Cela ne l’empêchait pas de continuer à vendre des parcelles le long des rails. En même temps, il clôturait les lieux de passage, et la Shuswap Milling Company vendait des vivres aux campements des ouvriers du chemin de fer.

Une fois la voie ferrée posée, McIntosh travailla davantage dans le bâtiment. En outre, il commença à construire une usine de distribution d’eau ; terminée pendant l’été de 1887, elle alimentait l’emplacement de la localité par gravité. L’eau en surplus était gardée dans un réservoir placé en un lieu qui prit le nom de McIntosh Heights. En 1890, McIntosh forma la Kamloops Electric Light Company avec Jean-Ernest Saucier.

Kamloops fut érigé en municipalité en juillet 1893. McIntosh, qui s’était d’abord opposé à ce changement, devint le premier magistrat de police et le resta deux ans. Il vendit l’usine de distribution d’eau à la municipalité en 1894 et la centrale hydro-électrique en 1896. De plus en plus actif dans son milieu, il fut président du Bureau de commerce de Kamloops et du conseil d’administration du Kamloops Hospital (futur Royal Inland Hospital), qui avait ouvert ses portes en 1885. Cofondateur et président de la Mainland Pioneer and Benevolent Society, chef de la St Andrew’s Society et de la Caledonian Society, il était aussi membre du conseil d’administration d’un cercle de jeunes gens, le Kamloops Club. De 1898 à 1900, il fut échevin.

James McIntosh mourut à l’âge de 58 ans ; il avait eu plusieurs fois des crises d’apoplexie. En 1893, le feu avait détruit une bonne partie de l’ouest de Kamloops, mais, encore aujourd’hui, on peut en voir des vestiges dans quelques-unes des maisons anciennes du secteur résidentiel qui se trouve sur l’emplacement dont McIntosh était propriétaire. En 1932, le Rotary Club a érigé un monument à la mémoire du « Roi » de Kamloops.

Ken Favrholdt

BCARS, E/C/M181.9.— City of Vancouver Arch., Add. mss 104 (papiers James McIntosh).— Daily Colonist (Victoria), 28 juin 1901 : 6.— Inland Sentinel (Yale, C.-B.), 13 janv. 1881 ; (Kamloops, C.-B.), 19 janv. 1894.— Kamloops News, 26 juin 1981.— Kamloops Sentinel, 13 juin, 16 sept. 1932 ; 3 févr. 1939 : I ; 16 avril 1966 : 3.— Kamloops Standard, 28 juin 1901.— Mary Balf, Kamloops : a history of the district up to 1914 (Kamloops, 1969).— « City of Kamloops history, 1893–1964 », J. J. Clark, compil. (exemplaire conservé aux Kamloops Museum and Arch.) [histoire non publiée rédigée à partir des archives de Kamloops].« Prominent men of Kamloops », British Columbia Mining Record (Victoria), 2 (1896), no 9.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Ken Favrholdt, « McINTOSH, JAMES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 31 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/mcintosh_james_13F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/mcintosh_james_13F.html
Auteur de l'article:   Ken Favrholdt
Titre de l'article:   McINTOSH, JAMES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 13
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1994
Année de la révision:   1994
Date de consultation:   31 juillet 2014