DCB/DBC Mobile beta
+

McLEAN, ARCHIBALD JAMES, éleveur, homme politique et homme d’affaires, né le 25 septembre 1860 dans le canton d’Aldborough, Haut-Canada, l’un des six enfants de James McLean et de Clementine McMurchy, fermiers ; le 5 décembre 1904, il épousa à Hamilton, Ontario, Margaret E. Duncan, et ils eurent un fils ; décédé le 13 octobre 1933 à Fort Macleod, Alberta.

Archibald James McLean fit ses études à Aldborough, où il apprit le métier d’agriculteur. Il était presbytérien et fut l’un des premiers membres de la loge maçonnique McColl à West Lorne. Il s’installa au Manitoba en 1881 et mit sur pied une ferme d’élevage et d’agriculture dans le district de Virden, au sud de Pipestone Creek. Pendant cinq ans, il gagna principalement sa vie en achetant des chevaux en Ontario et en les revendant à des fermiers de la région de Pipestone. C’est à cette époque qu’il se lia d’amitié avec l’éleveur de bétail Patrick Burns et le financier Augustus Meredith Nanton*, qui tous deux se feraient un nom plus à l’ouest, en Alberta.

En 1886, McLean partit vivre dans le district d’Alberta, où il acquit de l’expérience comme cow-boy, gardien et contremaître de ranch. Il devint ensuite le régisseur, et plus tard le propriétaire, du CY Ranch, au nord-ouest de Taber. À cette époque, il fonda la société Bater and McLean à Londres afin de négocier l’exportation et la vente de bétail en Grande-Bretagne. À l’âge de 44 ans, il épousa Margaret E. Duncan, qui mourut à Lethbridge deux ans plus tard en donnant naissance à leur seul enfant. En 1911, il lancerait le Taber Times, ce qui consoliderait ses liens avec la ville de Taber.

À la suite de la création de la province de l’Alberta, McLean se laissa persuader en 1909 de se lancer en politique provinciale, en tant que candidat libéral indépendant pour la circonscription du Lethbridge District. Arthur Lewis Watkins Sifton* devint premier ministre en mai 1910, puis McLean accéda au cabinet à titre de secrétaire de la province le 1er juin et fut élu sans opposition à l’élection partielle. Il remporta à nouveau le siège de Taber avec une large majorité en 1913 et en 1917, année où Charles Stewart* succéda à Sifton. Mais en 1921, l’écrasante victoire des Fermiers unis de l’Alberta mit un terme à la carrière politique de McLean. Pendant ses années au cabinet, il avait occupé les postes de secrétaire de la province (jusqu’au 15 octobre 1917), de ministre des Affaires municipales (du 20 décembre 1911 au 3 mai 1912) et de ministre des Travaux publics (du 16 octobre 1917 au 12 août 1921). Au travail, McLean était bien connu sous le surnom d’« Archie l’honnête » et considéré comme un administrateur extrêmement compétent. On lui attribua le mérite d’avoir parrainé la loi de 1915 qui permit aux fermiers d’établir officiellement des districts d’irrigation. McLean participa à la création et au financement du district d’irrigation de Taber au printemps de cette année-là. Pendant qu’il était ministre des Travaux publics, il fut reconnu pour son influence novatrice sur la construction du réseau routier de l’Alberta.

Après 1921, McLean reprit le métier d’éleveur de bétail. Pendant les dix années suivantes, il exploita un ranch de 18 000 acres sur des terres louées dans la réserve des Peigans, près de Fort Macleod. Il continuerait à administrer ces terres après leur rachat par une importante société par actions en 1932. À la fin des années 1920, il fut chargé par la Dominion Bank de superviser la dispersion et la vente de plusieurs propriétés faisant partie de la succession de l’éleveur George Lane*, mort en 1925. Parmi celles-ci, les célèbres ranchs Bar U et Flying E, ainsi que les Namaka Farms, furent vendus à Patrick Burns. McLean dirigea les Namaka Farms pendant un certain temps. En octobre 1933, il tomba malade en rentrant à Calgary de Fort Macleod. Il mourut à l’hôpital quelques jours plus tard. Ses funérailles furent parmi les plus grandes jamais vues dans le sud de l’Alberta : le cortège s’étendait sur un mille et demi. D’éminentes personnalités du milieu de l’élevage, de hauts fonctionnaires du chemin de fer canadien du Pacifique, trois sénateurs fédéraux et plusieurs hommes politiques du gouvernement provincial étaient présents. Il fut inhumé selon le rituel maçonnique au cimetière de Fort Macleod. En 1963, il fut admis au Temple canadien de la renommée agricole.

McLean apporta sa contribution à la jeune province de l’Alberta de nombreuses façons. Il fut non seulement un éleveur prospère, mais également un homme d’affaires aux multiples talents qui, comme beaucoup d’autres à son époque, était prêt à investir dans des secteurs qui ne se limitaient pas à son domaine de spécialité. Il joua un rôle actif dans les nouvelles industries charbonnière et pétrolière ; juste avant son décès, il participait encore à des projets de prospection pétrolière le long de la frontière internationale dans le sud de l’Alberta. Malgré son sens aigu des affaires, sa réputation en politique et la haute estime qu’il avait acquise dans le milieu de l’élevage, on se souvient cependant surtout de lui pour une œuvre bien particulière.

Archibald James McLean faisait partie du groupe d’éleveurs connus sous le nom de « Big Four », qui s’engagea à verser 100 000 $ pour l’organisation du premier Stampede de Calgary en 1912 et de l’événement qui lui succéderait sept ans plus tard, le Great Victory Stampede. En effet, il promit, tout comme Burns, Lane et Alfred Ernest Cross, un don de 25 000 $ au projet grandiose du metteur en scène Guy Weadick* afin d’en assurer la viabilité financière et de remplacer le côté artificiel du Wild West Show par l’authenticité d’une célébration des régions pionnières de l’Ouest canadien accompagnée d’un rodéo de niveau international. Plus tard, McLean continua à se consacrer au Stampede en tant qu’administrateur et membre du conseil. Décrit dans le Canadian Cattlemen de Calgary en 1941 comme « l’homme qui ne fut jamais millionnaire, mais qui se fit un million d’amis », McLean, l’éleveur et homme politique, eut une influence déterminante sur le développement de l’Alberta à ses débuts. Grâce aux « Big Four », son nom passa à la postérité.

Max Foran

Alta Legislature Library (Edmonton), « Alta cabinets » ; « Biog. reg. of the Alta Legislature, fourth legislature, February 7, 1918–April 19, 1921 ».— AO, RG 80-5-0-331, no 19660.— Albertan (Calgary), 3 janv. 1962.— Calgary Albertan, 14 oct. 1933.— Calgary Herald, 23 oct. 1933, 3 sept. 1955.— Lethbridge Herald (Lethbridge, Alberta), 13 oct. 1933.— Medicine Hat News (Medicine Hat, Alberta), 19 oct. 1933.— Nanton News (Nanton, Alberta), 19 oct. 1933.— Alberta newspapers, 1880–1982 : an historical directory, G. M. Strathern, compil. (Edmonton, 1988).— S. M. Evans, The Bar U & Canadian ranching history (Calgary, 2004).— Golden jubilee : commemorating fifty years of picture history of Taber, Alberta, 1905–1955 ([Taber, Alberta, 1956]).— J. H. Gray, A brand of its own : the 100 year history of the Calgary Exhibition and Stampede (Saskatoon, 1985).— C. I. Ritchie, « “Archie” McLean – pioneer administrator – one of the “Big Four” », Canadian Cattlemen (Calgary), 3 (1940–1941) : 504, 528–529, 532–533.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Max Foran, « McLEAN, ARCHIBALD JAMES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 16, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/mclean_archibald_james_16F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/mclean_archibald_james_16F.html
Auteur de l'article:   Max Foran
Titre de l'article:   McLEAN, ARCHIBALD JAMES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 16
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   2014
Année de la révision:   2014
Date de consultation:   21 octobre 2014