DCB/DBC Mobile beta
+

MITCHELL, GEORGE, arpenteur, né à une date inconnue, décédé le 20 mars 1755.

George Mitchell arriva en Nouvelle-Écosse en septembre 1732 comme substitut de David Dunbar, arpenteur des forêts de Sa Majesté en Amérique. Dunbar avait été désigné pour appliquer les White Pine Acts de 1711, 1712 et 1729, qui interdisaient sur les terres du gouvernement la coupe du pin blanc réservé à la fabrication des mâts de navires. Conformément aux directives de Dunbar et du lieutenant-gouverneur de la province, Lawrence Armstrong*, Mitchell arpenta des terres de Passamaquoddy au cap Sable y relevant les forêts de pins et traça une carte du bassin de la rivière Annapolis. Il aida également à surveiller la construction d'une route d'Annapolis Royal jusqu'aux Mines, où lui-même et plusieurs autres détenaient un brevet pour des mines découvertes depuis peu.

En 1737 Mitchell quitta la Nouvelle-Écosse et travailla par la suite comme arpenteur avec les commissaires de cette province désignés pour arbitrer un litige entre le Massachusetts et le New Hampshire concernant leur frontière commune. Au nombre des commissaires, se trouvait Erasmus James Philipps que Mitchell avait connu en Nouvelle-Écosse. Mitchell se fixa à Portsmouth, New Hampshire, épousa Sarah Taylor et éleva une nombreuse famille. Il occupa le poste de maître de la loge maçonnique de l'endroit et continua son travail d'arpenteur. Possédant de bons liens avec l'aristocratie au pouvoir au New Hampshire – le gouverneur Benning Wentworth était un vieil associé politique de Dunbar – Mitchell fut fait juge à la Cour suprême et reçut plusieurs concessions de terres. Vivre sur le même pied que les Wentworth se révéla cependant trop difficile pour Mitchell. À sa mort, survenue inopinément en 1755, l'on découvrit qu'il était insolvable.

Jere Daniell

New Hampshire Hist. Soc., St John's Church (Portsmouth, N.H.), Records, 1738–1773.— New Hampshire State Archives (Concord, N.H.), Court records, nos 8 883, 22 144, 27 893, 27 896 ; Probate records ; XVI : 444–446 ; XIX : 413–417 ; XX : 474s. ; XXI : 262.— New Hampshire State Library (Concord, N.H.), Portsmouth tax records, XIV, XVI (microfilms).— St John’s Lodge n° 1 (Portsmouth, N.H.), Minute books, 1739–1755 ; W. S. Adams, George Mitchell, Esquire, first known master of a Masonic Lodge in the province of New Hampshire.— N.SArchives, II ; III.— Provincial and state papers, published by the authority of the legislature of New Hampshire, I. W. Hammond et al., édit. (40 vol., Manchester, Concord, N. H., 1867–1943), XVII, XIX, XXIV, XXV, XXVIII, XXIX, XXXV.— Bell, Foreign Protestants.— Clark, Acadia.— Une carte dressée en 1733, à partir d’un relevé topographique du bassin de la rivière Annapolis exécuté probablement par Mitchell, se trouve en appendice dans Knox, Historical journal (Doughty), I.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Jere Daniell, « MITCHELL, GEORGE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 21 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/mitchell_george_3F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/mitchell_george_3F.html
Auteur de l'article:   Jere Daniell
Titre de l'article:   MITCHELL, GEORGE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1974
Année de la révision:   1974
Date de consultation:   21 octobre 2014