DCB/DBC Mobile beta
+

PHILIPPS (Phillips, Phillipps), JOHN, chirurgien, homme politique, apothicaire, marchand, officier et fonctionnaire, né vers 1736, fils naturel de John Philipps, de Coedgain, pays de Galles ; le 17 novembre 1761, il épousa à Halifax Judith Wood (décédée en mai 1775), fille du révérend Thomas Wood*, et ils eurent au moins deux filles et quatre fils ; décédé le 3 janvier 1801 à Kensington (maintenant partie de Londres), à l’âge de 65 ans.

Les débuts de John Philipps restent entourés de mystère ; toutefois, il a pu arriver à Halifax vers 1760, comme adjoint à l’hôpital naval. On ne doit pas le confondre avec son contemporain John Phillipps, qui fut chirurgien et officier dans les rangers, à Lunenburg, entre 1753 et 1766. Le 26 avril 1773, le gouvernement nomma Philipps membre du personnel médical et chirurgical de l’orphelinat de Halifax, que présidait Richard Wenman*. L’année suivante, le gouverneur Francis Legge* dénonça l’établissement comme étant « un édifice délabré, inhospitalier, qui tombait tout juste en ruine ». La direction elle-même était tout aussi décadente ; aux prises avec le favoritisme et affligée par la pauvreté, elle recevait avec empressement jusqu’à des choses comme « 2 douzaines de chapeaux rongés par les rats » provenant des magasins du gouvernement et destinés à ses malheureux pensionnaires.

Les projets de réforme de Legge pour l’orphelinat ne prévoyaient pas le maintien du salaire de Philipps, et on cessa de le lui verser en octobre 1774. Dans une requête, en 1776, il demanda un remboursement, en notant les « dépenses et les problèmes considérables » auxquels il avait dû faire face dans l’intérêt de l’établissement, en plus d’« avoir eu à vacciner [contre la petite vérole] vingt orphelins et beaucoup plus de pauvres gens » pendant l’épidémie de 1775–1776. Son salaire fut rétabli, mais sans que Philipps fût placé sur la liste civile ; en juin 1778, son salaire fut de nouveau suspendu. Une nouvelle requête de Philipps, en 1784, lui valut £130 pour ses services et ses médicaments. Avec un certain recul, il semble avoir été tout simplement victime de la réduction des dépenses gouvernementales, d’autant que, dans sa pratique, et compte tenu des connaissances médicales de l’époque, il paraît avoir été à la fois compétent et à la hauteur de la situation. En 1783, en effet, Philipps reçut des louanges pour ses services comme chirurgien des Royal Nova Scotia Volunteers ; à ce titre, il fit preuve « de beaucoup d’attention et de régularité dans l’organisation de l’hôpital » situé à l’île George, dans le port de Halifax.

En 1773, John Philipps avait été élu à la chambre d’Assemblée, comme un des députés de la circonscription de Halifax ; il conserva son siège jusqu’en 1785, bien que sa carrière politique paraisse avoir été banale. En fait, la réputation de Philipps à Halifax tient en définitive à un aspect peu connu de sa carrière. Vers 1780, il donna un prolongement à sa pratique médicale en se lançant dans une affaire de pharmacien-chimiste, près du chantier maritime. Au sein d’une communauté résolument en pleine expansion, une telle entreprise se révéla lucrative, et presque sans concurrence. Suivant l’opinion commune, Philipps acquit une assez grosse fortune grâce à son commerce et à sa pratique médicale, et devint un citoyen hautement respecté de Halifax, comme en fait foi sa nomination à titre de magistrat en 1794. Il retourna en Angleterre vers 1800 et mourut peu après ; son testament ne nous renseigne malheureusement pas sur sa situation financière.

Lois Kathleen Kernaghan

PANS, RG 1, 163–170 ; RG 5, A, 1a–b.— PRO, IND 16663 (Chancery bill book, no 58, Corbyn v. Pollock, 18 mars 1843).— St Paul’s Anglican Church (Halifax), Reg. of baptisms, marriages, and burials (mfm aux PANS).— Gentleman’s Magazine, 1801 : 90.— Harry Piers, « The fortieth regiment, raised at Annapolis Royal in 1717 ; and five regiments subsequently raised in Nova Scotia », N.S. Hist. Soc., Coll., 21 (1927) : 115–183.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Lois Kathleen Kernaghan, « PHILIPPS, JOHN », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 5, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/philipps_john_5F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/philipps_john_5F.html
Auteur de l'article:   Lois Kathleen Kernaghan
Titre de l'article:   PHILIPPS, JOHN
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 5
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1983
Année de la révision:   1983
Date de consultation:   20 octobre 2014