DCB/DBC Mobile beta
+

PRENDERGAST, JAMES LUKE, marchand, homme politique, fonctionnaire et juge de paix, né le 7 avril 1800 à Harbour Grace, Terre-Neuve, fils de James Prendergast ; le 1er février 1825, il épousa Margaret Bransfield, et ils eurent plusieurs enfants ; décédé au même endroit le 13 mai 1895.

Malgré ses origines modestes, James Luke Prendergast exploitait en 1840 un commerce dans sa localité et participait aux activités d’organismes religieux et philanthropiques. Cette année-là commença sa carrière politique, lorsqu’il disputa une élection partielle organisée à la suite du décès de l’un des députés de sa circonscription, Conception Bay.

À cette époque, la vie politique à Terre-Neuve était dominée par d’âpres tensions religieuses et ethniques engendrées par les tentatives du parti libéral, qui représentait surtout les catholiques irlandais et les partisans de réformes, pour arracher le pouvoir à l’indélogeable parti conservateur, principalement formé de protestants. Prendergast, de religion catholique, se porta candidat libéral indépendant contre le candidat libéral officiel, Edmund Hanrahan*. Étant donné que les conservateurs soutenaient Prendergast, et que le clergé catholique et la direction du parti libéral faisaient de même pour Hanrahan, la campagne prit un tour violent. Pour mettre fin aux rapports d’incendies criminels, de coups de feu et d’intimidation systématique des électeurs, le gouverneur Henry Prescott* envoya un détachement de soldats dans le district et annula l’élection. Cette débâcle contribua dans une large mesure à l’abolition, l’année suivante, du gouvernement représentatif [V. sir John Harvey*].

Dès 1842, cependant, Prendergast était réconcilié avec les libéraux orthodoxes. Aux élections générales de décembre, il acquit pour le parti l’un des sièges de Conception Bay et fut réélu six ans plus tard. Se dissociant peu à peu du vote de ses collègues de la chambre d’Assemblée, il se présenta encore une fois en 1852 à titre de libéral indépendant, mais fut défait.

Des brouilles périodiques avec les libéraux et des campagnes électorales tumultueuses continuèrent de marquer la carrière politique de Prendergast. Il siégea encore une fois, de 1855 à 1859, en qualité de député libéral de Harbour Grace. Durant ce mandat, il fut surintendant des pêches par intérim et, avec Michael John Kelly*, présenta des rapports à la chambre d’Assemblée. Prendergast fut réélu en novembre 1859, après que son adversaire, Robert Walsh, eut retiré sa candidature le jour des élections. Cependant, une commission d’enquête de l’Assemblée découvrit qu’on avait harcelé et menacé Walsh pour qu’il se retire. En réponse à ces conclusions, l’Assemblée déclara le siège vacant et annonça la tenue d’une élection partielle en novembre 1860. Prendergast l’emporta alors sans opposition, mais ses ennemis l’accusèrent encore une fois d’utiliser des « tactiques de voyou » pour intimider les électeurs et les candidats du parti opposé. Les élections générales de mai 1861 furent ternies dans plusieurs circonscriptions par de violents affrontements entre partisans libéraux et conservateurs. Dans Harbour Grace, les tensions furent telles que les magistrats stipendiaires refusèrent d’ouvrir les bureaux de scrutin. Au moment de l’élection partielle de novembre destinée à combler ce siège, le gouverneur, sir Alexander Bannerman*, avait dû déployer un effectif militaire imposant dans la circonscription pour assurer un vote paisible. Prendergast fut cette fois battu à plate couture et connut le même sort quatre ans plus tard. Sa carrière politique prit fin lorsqu’il se présenta comme candidat opposé à la Confédération aux élections générales de 1869 et qu’il subit un autre échec [V. sir Frederic Bowker Terrington Carter].

Nommé shérif de Harbour Grace peu après sa dernière défaite, James Luke Prendergast remplirait plus tard la fonction de juge de paix pour cette collectivité, poste qu’il occuperait encore devenu octogénaire.

Geoffrey E. Budden

Cathedral of the Immaculate Conception (Harbour Grace, T.-N.), Reg. of baptisms, marriages, and burials, 1825 (mfm aux PANL).— MHA, Prendergast naine file.— DBC, 11 (biog. de M. J. Kelly).— Encyclopedia of Nfld. (Smallwood et al.), 1 : 683–690.— When was that ? A chronological dictionary of important events in Newfoundland down to and including the year 1922 [...], H. M. Mosdell, compil. (St John’s, 1923 ; réimpr., 1974).— Gunn, Political hist. of Nfld., 70–71, 163.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Geoffrey E. Budden, « PRENDERGAST, JAMES LUKE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 24 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/prendergast_james_luke_12F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/prendergast_james_luke_12F.html
Auteur de l'article:   Geoffrey E. Budden
Titre de l'article:   PRENDERGAST, JAMES LUKE
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1990
Année de la révision:   1990
Date de consultation:   24 avril 2014