DCB/DBC Mobile beta
+

QUINAN, JOHN JOSEPH, curé, né à Halifax, Nouvelle-Écosse, en 1834, fils de Joseph W. Quinan, décédé le 7 avril 1870 à Church Point, comté de Digby, Nouvelle-Écosse.

John Joseph Quinan eut au moins deux frères qui, comme lui, embrassèrent le sacerdoce. Élève prometteur au Saint Mary’s College de Halifax, il fit envoyé à Rome par l’évêque, Mgr William Walsh*, afin de poursuivre ses études au collège de la Propagande. De retour en Nouvelle-Écosse en 1855, il passa près de 18 mois à Tracadie, où il continua à se préparer à la prêtrise, sous la direction de son oncle, l’abbé John Quinan. Il y apprit à parler le français, ce qui contribua à sa nomination dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse en 1857. Quinan, qui avait été ordonné prêtre le 21 juin de cette année-là par Mgr Thomas Louis Connolly*, évêque de Saint-Jean, Nouveau-Brunswick, fut envoyé peu après dans le comté de Yarmouth.

Il exerça son ministère dans les paroisses à majorité acadienne de Saint-Michel à Tusket, de Sainte-Anne à Eel Brook (Sainte-Anne-du-Ruisseau) et dans la ville de Yarmouth. À Eel Brook, il surveilla la construction d’une nouvelle église et d’une école. En 1867, il fut envoyé à Church Point, dans le comté de Digby. Il mourut à cet endroit en avril 1870, à la suite d’une longue et pénible maladie de la gorge, et fut inhumé à Halifax.

Jouissant d’une grande popularité parmi ses paroissiens, Quinan fut l’un des rares prêtres de descendance irlandaise à exercer son ministère avec succès dans une paroisse à majorité acadienne. La hiérarchie catholique de la Nouvelle-Écosse, qui était surtout orientée vers les communautés irlandaises urbaines, avait négligé les fidèles du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, lorsqu’elle ne pouvait trouver de prêtres de langue française dans l’archidiocèse ou au Québec. Selon une notice nécrologique parue dans le Moniteur acadien, Quinan fut « l’exemple des pieuses vertus qui distinguent tout bon chrétien et montra tout le zèle possible pour la religion et l’éducation ». Un éloge lui fut plus tard rendu, le 15 mai 1885, au cours d’une assemblée publique des habitants de Tusket Forks, dans le comté de Yarmouth, où fut voté à l’unanimité le changement du nom de la communauté en celui de Quinan, en l’honneur de celui « qui leur était devenu très cher et jouissait de la haute estime de toutes les classes de la population du comté ».

David B. Flemming

PANS, MG 5, Holy Cross Cemetery (Halifax), 10 avril 1870.— Casket (Antigonish, N.- É.), 2 juill. 1857.— Evening Express (Halifax), 8 avril 1870.— Le Moniteur acadien (Shédiac, N.- B.), 22 avril 1870.— Yarmouth Herald (Yarmouth, N.- É.), 20 mai 1885.— T. J. Brown, Place-nomes of the province of Nova Scotia ([Halifax], 1922).— Place-names of N.S.— William Foley, The centenary of St. Mary’s Cathedral, Halifax, N.S., 1820–1920 : a souvenir memorial (Halifax, 1920).— A. A. Johnston, A history of the Catholic Church in eastern Nova Scotia (2 vol., Antigonish, N.- É., 1960–1971),11.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

David B. Flemming, « QUINAN, JOHN JOSEPH », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 avril 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/quinan_john_joseph_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/quinan_john_joseph_9F.html
Auteur de l'article:   David B. Flemming
Titre de l'article:   QUINAN, JOHN JOSEPH
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   20 avril 2014