DCB/DBC Mobile beta
+

REID, JAMES MURRAY, employé de la Hudson’s Bay Company et commerçant, né dans les îles Orcades le 15 octobre 1802, décédé le 24 avril 1868 à Victoria, Colombie-Britannique.

James Murray Reid entra dans le service maritime de la Hudson’s Bay Company vers 1822 et fut nommé second du Prince Albert et plus tard du Prince Rupert, deux navires qui reliaient Londres et la baie d’Hudson. En 1849, l’Île-de-Vancouver devint une colonie de la couronne britannique ouverte à la colonisation et au commerce, et, peu après, la Hudson’s Bay Company confia à Reid le commandement du Vancouver, nouveau brigantin de 184 tonneaux conçu pour le service sur la côte ouest. Le navire, troisième du nom construit par la Hudson’s Bay Company, quitta Londres le 30 juin 1852, et Reid atteignit Victoria au milieu de décembre, accompagné de sa femme, Mary Petrie, et de leurs trois filles.

En 1853, après une saison de navigation commerciale très active, dont un voyage aux îles Sandwich (Hawaii), le Vancouver quitta Victoria à destination du fort Simpson avec le matériel destiné aux postes du nord. À moins de 50 milles du fort, il s’échoua sur la traîtresse langue de sable appelée Rose Spit, au large de l’extrémité nord-est des îles de la Reine-Charlotte. On l’incendia pour empêcher que la cargaison, qui comportait des spiritueux, ne tombât entre les mains des Indiens. La perte du navire eut des conséquences graves pour la compagnie et pour la colonie car tout le commerce s’en trouva interrompu sur la côte.

Ayant perdu sa source de revenu, Reid prit la décision de se lancer en affaires comme importateur indépendant. Il acquit à Victoria des terrains donnant sur la mer pour y construire des entrepôts et des quais, et établit des relations avec des maisons de gros de Londres. En 1858, son gendre, William John Macdonald*, entra dans sa firme. Cette année-là, ils bénéficièrent beaucoup de la rapide expansion du commerce résultant de la ruée vers l’or du fleuve Fraser. Leurs propriétés à Victoria comprenaient d’élégants immeubles en brique de style xixe siècle au Bastion Square. Reid fut nommé gardien des ports d’Esquimalt et de Victoria en 1859, et élu conseiller municipal à Victoria en 1862. La même année, il vendit son entreprise pour se consacrer au bien public et il continua d’être une figure éminente dans les affaires municipales jusqu’à sa mort.

Flora Hamilton Burns

PABC, John Sebastian Helmcken, Reminiscences (5 vol., copie dactylographiée, 1892).— Daily British Colonist and Victoria Chronicle, 20 avril, 1er déc. 1859, 20 mai, 18 août 1862, 25 juin 1863, 25 avril 1868.— Walbran, B.C. coast names.— W. J. Macdonald, A pioneer, 1851 ([Victoria, 1851]).

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Flora Hamilton Burns, « REID, JAMES MURRAY », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 20 sept. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/reid_james_murray_9F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/reid_james_murray_9F.html
Auteur de l'article:   Flora Hamilton Burns
Titre de l'article:   REID, JAMES MURRAY
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 9
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1977
Année de la révision:   1977
Date de consultation:   20 septembre 2014