DCB/DBC Mobile beta
+

RYAN, JAMES A., machiniste et dirigeant syndical, né vers 1840 dans le conté de Clare (république d’Irlande) ; décédé le 17 décembre 1896 à Hamilton, Ontario.

James Ryan était le secrétaire correspondant et l’âme dirigeante de la Nine Hour League, à Hamilton, quand, le 20 février 1872, les 120 ouvriers de la fabrique de machines à coudre Wilson, Lockman and Company se mirent en grève et réclamèrent la journée de neuf heures. Ryan avait sans doute été nommé au poste qu’il occupait au cours de la réunion publique qui avait eu lieu le 1er février. À celle-ci avaient assisté les délégués de diverses usines de Hamilton, venus pour désigner leurs dirigeants et donner une constitution à la ligue, la première fondée au Canada. Le 24 février, Ryan parla lors d’une autre grande assemblée, devant « seize ou dix-huit cents hommes », pour appuyer la grève. Il dit notamment que les ouvriers étaient prêts à régler le conflit en le soumettant à l’arbitrage, mais qu’ils auraient recours à d’autres moyens s’ils y étaient forcés.

La grève se termina le 27 février, sous le signe de la « compréhension mutuelle », ce que l’éditeur du Globe de Toronto, George Brown, qualifia de victoire pour les employeurs. Grâce à l’action de Ryan à Hamilton et à la correspondance qu’il entretint avec la Toronto Trades Assembly, cette dernière association créa son propre mouvement en faveur de la journée de neuf heures ; en mars 1872, il en résulta une grève générale des typographes de Toronto.

Le 3 mai, Ryan tint un « conseil de délibération » à Toronto pour obtenir des appuis en vue de la manifestation prévue pour le 15 mai. Le conseil groupait douze délégués de Hamilton, trois de Toronto, un de Montréal, un de Brantford et un de Dundas. Au cours de la réunion, on lut des lettres de soutien de plusieurs autres localités de l’Ontario et un délégué de Toronto déclara que c’était là le premier congrès ouvrier à avoir lieu au Canada. Le conseil forma alors la Canadian Labor Protective and Mutual Improvement Association, dont l’objectif était de former, dans tout le dominion, « des organisations locales semblables, afin d’unir dans leur intérêt commun tous les groupes de travailleurs ». Ryan fut nommé secrétaire de cette nouvelle association. Après cette date, on ne sait rien de lui jusqu’à sa mort.

Bernard Ostry

[Au moment de la publication de cette biographie, dans le volume X, la date de mort de Ryan n’était pas connue. Depuis, la parution du dictionary of Hamilton biography, T. M. Bailey et al., édit. (4 vol. parus, Hamilton, Ontario, 1981–  ) a permis de la préciser.] Canadian Labour Congress Library (Ottawa), Toronto Trades Assembly minutes, 18 avril 1872 – 27 mars 1873.— Globe (Toronto), 1er janv. – 1er juill. 1872.— The Hamilton and District Trades and Labor Council, T.L.C.-A.F. of L. ; 60th anniversary, diamond jubilee, 1888–1948 (s.l., s.d.).— Eugene Forsey, The Toronto Trades Assembly, 18711878, Canadian Labour (Ottawa), X (juillet – août 1965) : 21s. ; X (septembre 1965) : 32s.— Bernard Ostry, Conservatives, Liberals, and Labour in the 1870’s, CHR, XLI (1960) : 93127.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Bernard Ostry, « RYAN, JAMES », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 26 oct. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/ryan_james_a_10F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/ryan_james_a_10F.html
Auteur de l'article:   Bernard Ostry
Titre de l'article:   RYAN, JAMES
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 10
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1972
Année de la révision:   1972
Date de consultation:   26 octobre 2014