DCB/DBC Mobile beta
+

Nouvelles du DBC/DCB

Nouvelles biographies

Biographies mises à jour

Biographie du jour

MONTFERRAND, dit Favre, JOSEPH – Volume IX (1861-1870)

« […] vous pouvez chercher votre personnage favori. Le mien est, sans aucune hésitation, Joseph Montferrand. » (Ramsay Cook)

Les femmes dans le DBC/DCB

Les conférences de Charlottetown et de Québec en 1864

Les textes introductifs du DBC/DCB

Les Acadiens

Module éducatif

La guerre de 1812

Les premiers ministres du Canada en temps de guerre

La Première Guerre mondiale

SAYWARD (Sayer), MARY (baptisée Marie-Geneviève), dite Marie-des-Anges, religieuse de la congrégation de Notre-Dame, née à York le 11 avril 1681, fille de William Sayward et de Mary Rishworth, décédée et inhumée à Québec le 28 mars 1717.

À l’avènement de Guillaume III les hostilités reprirent entre la France et l’Angleterre et du même coup entre leurs colonies d’Amérique. Le 25 janvier 1692, vers « dix heures du matin, les Indiens [Abénaquis] » alliés des Français « attaquèrent York, tuèrent environ 48 personnes (parmi lesquelles se trouvait M. Dummier) et en amenèrent 73 comme prisonniers ». Parmi les captifs amenés à Montréal et pour lesquels ils espéraient recevoir une rançon, se trouvèrent Mme Sayward et ses deux filles, Mary, âgée de onze ans, et Esther (baptisée Marie-Joseph), âgée de sept ans. Elles furent reçues par sœur Bourgeoys* à la maison de la congrégation de Notre-Dame, et, quelques mois plus tard, le 8 décembre 1693, Mme Sayward se convertit du puritanisme au catholicisme et elle fut baptisée, accompagnée de ses deux filles, en l’église de Notre-Dame de Montréal.

Nous ne trouvons pas dans les archives la date exacte de l’entrée de Mary dans la congrégation de Notre-Dame mais, compte tenu de l’âge habituel où les jeunes filles y entraient, nous présumons que ce fut vers 1698–1700. Elle y prit le nom de sœur Marie-des-Anges. Après sa profession religieuse, elle fut envoyée à la mission indienne de Sault-au-Récollet où plusieurs captifs de la Nouvelle-Angleterre étaient réunis : sœur Marie-des-Anges, étant anglophone, pouvait sans doute aider plus facilement ses compatriotes. Plus tard, elle se rendit à Québec où elle mourut le 28 mars 1717. Sa sœur Esther épousa Pierre de Lestage*, marchand de Montréal, et, devenue veuve en 1743, elle entra à titre de pensionnaire perpétuelle à la congrégation de Notre-Dame où elle mourut le 17 juin 1770, âgée de 86 ans.

Hélène Bernier

Histoire de la Congrégation de Notre-Dame de Montréal, III : 275–278.— Coleman, New England captives, I, II, passim.— Sister St. Ignatius Doyle, Marguerite Bourgeoys and her Congregation (Gardenvale, 1940), passim.— Kenneth Roberts, Trending into Main (Boston, 1938), 20–22.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Hélène Bernier, « SAYWARD, MARY, Marie-des-Anges », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 29 juill. 2016, http://www.biographi.ca/fr/bio/sayward_mary_2F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/sayward_mary_2F.html
Auteur de l'article:   Hélène Bernier
Titre de l'article:   SAYWARD, MARY, Marie-des-Anges
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 2
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1969
Année de la révision:   2015
Date de consultation:   29 juillet 2016