DCB/DBC Mobile beta
+

VAN BUSKIRK, JACOB, marchand, officier de milice, juge de paix, homme politique, juge et fonctionnaire, né en 1760 dans le comté de Bergen, New Jersey, fils du docteur Abraham Van Buskirk et de Sophia Van Dam ; le 22 février 1790, il épousa à Shelburne, Nouvelle-Écosse, Sarah Breen, et ils eurent un fils et deux filles ; décédé le 27 novembre 1834 à Yarmouth, Nouvelle-Écosse.

Jacob Van Buskirk suivit l’option loyaliste de son père durant la guerre d’Indépendance américaine et, en 1777, il fut nommé lieutenant dans le 4 e bataillon des New Jersey Volunteers. Le 27 novembre de la même année, il fut capture par les rebelles avec trois autres officiers durant un raid à l’île Staten, dans l’état de New York, et accusé de haute trahison. Pour le général George Washington, cette façon d’agir pouvait « se révéler un dangereux expédient ». Il expliquait ainsi son point de vue : « il se [pourrait] que la même règle qui veut que nous jugions [ces gens]. serve à nos ennemis pour juger tout sujet Britannique de naissance pris en armes au service [de la nation américaine] ». Le procès n’eut jamais lieu. Après sa libération, Van Buskirk rejoignit son régiment, fut promu capitaine dans le 4e bataillon le 24 février 1780 et muté au 3e bataillon le 13 mai. Pendant qu’il était en service dans la Provincial Light Infantry, il fut blessé à la bataille d’Eutaw Springs, le 8 septembre 1781.

On licencia les New Jersey Volunteers à l’automne de 1783 à Parrtown (Saint-Jean, Nouveau-Brunswick) et Van Buskirk se rendit dans la région de Shelburne, où son père et d’autres membres de sa famille s’installèrent aussi. Il fut mis à la demi-solde et on lui concéda 200 acres de terre du côté ouest du havre de Shelburne, à l’anse Gunning, et une autre superficie de 300 acres à la rivière Tusket, dans ce qui est aujourd’hui le comté de Yarmouth. Van Buskirk vécut d’abord dans sa propriété de l’anse Gunning, où, il défricha la terre afin d’y bâtir une ferme qu’il appela Parr’s Grove. Vers l’époque de son mariage, cependant, il alla vivre à Shelburne et, en 1792, il y était établi comme marchand. À titre de résident de cette ville, il fut nommé membre du jury d’accusation de la Cour des sessions trimestrielles en 1791 et 1793 et, en 1800, il fut l’un des responsables de la lutte antiincendie de l’endroit. En juin 1802, le lieutenant-gouverneur sir John Wentworth* le nomma juge de paix et, huit ans plus tard, on lui donna la charge de juge à la Cour inférieure des plaids communs, poste qu’il conserva jusqu’à sa mort. Après que l’agent des douanes eut quitté Shelburne en 1816, Van Buskirk devint receveur adjoint et, par la suite, receveur des droits provinciaux d’impôt et d’accise pour le district de Shelburne.

Au cours de ces années, Van Buskirk reçut une commission de major de la compagnie de volontaires du Shelburne County Militia Regiment (1794) et le grade de lieutenant-colonel commandant du 22nd (Shelburne) Battalion Militia (1808). En 1805, après la mort de James Cox, député de la circonscription de Shelburne à la chambre d’Assemblée, Van Buskirk fut élu au cours d’une élection partielle, puis réélu aux élections générales l’année suivante. Il siégea à l’Assemblée jusqu’en 1818. Cette année-là, l’huissier adjoint de la Cour de vice-amirauté l’arrêta ainsi que les autres propriétaires du corsaire Nelson pour « désobéissance et outrage ». Ils n’avaient, en effet, tenu aucun compte d’une ordonnance concernant le paiement au greffe de la Haute Cour d’appel du produit de la vente d’un navire capturé. Suivant le règlement de la chambre des Communes, un comité de l’Assemblée demanda au lieutenant-gouverneur, lord Dalhousie [Ramsay*], d’obtenir de la Cour de la chancellerie une ordonnance en faveur de la libération de Van Buskirk, « en vertu de son immunité » comme membre de l’Assemblée.

À la suite de sa libération, Jacob Van Buskirk continua de siéger à la Cour inférieure des plaids communs et d’exercer ses fonctions de receveur des impôts et de l’accise jusqu’à son installation à Yarmouth, après la mort de sa femme en 1832. Il vécut chez son gendre John Bingay, qui lui avait succédé à l’Assemblée, et mourut dans cette ville le 27 novembre 1834. Van Buskirk laissait à Shelburne des biens évalués à £292, qu’il légua à Bingay et à ses petits-enfants, Thomas, Jacob et Mary Bingay. La robuste maison qui fut la demeure de Jacob Van Buskirk durant de nombreuses années existe encore ; elle fait partie des maisons historiques de Shelburne et est signalée comme telle.

Marion Robertson

APC, RG 16, A2, 547, part. 2, 27 juin 1816 (mfm aux Dalhousie Univ. Arch., Halifax).— Arch. privées, Marion Robertson (Shelburne, N.-É.), Kurney papers, bond binding G. H. Deinstadt and James Bower to Van Buskirk, 9 mai 1829 ; Van Buskirk, appointment of Jacob Weiser as captain, 22nd Battalion, Shelburne Militia, 6 juill. 1808 (transcriptions).— PANS, MG 1, 953, doc. 1085 ; MG 4, 140 (photocopie), 141, Christ Church (Shelburne), reg. of baptisms, marriages, and burials (copie dactylographiée) ; Places, Shelburne County, Court of General Sessions records, 8 juill. 1791, 14 janv. 1793, 7 mai 1800, 9 juill. 1802 (mfm) ; RG 1, 171 : 132 ; 444, no 57 ; RG 46, 3, no 471.— Shelburne County Registry of Deeds (Shelburne), Deeds, 2 : fo 517 (mfm aux PANS).— Yarmouth County Court of Probate (Yarmouth, N.-É.), Wills, 2 : 128 (mfm aux PANS).— N.-É., House of Assembly, Journal and proc., 12, 26 févr. 1818.— George Washington, The writings of George Washington, from the original sources, 1745–1799, J. C. Fitzpatrick, édit. (39 vol., Washington, 1931–1944), 10 : 149.— Yarmouth Herald and Western Advertiser (Yarmouth), 28 nov. 1834.— Directory of N.S. MLAs.— E. A. Jones, The loyalists of New Jersey : their memorials, petitions, claims, etc., from English records (Newark, N.J., 1927 ; réimpr., Boston, 1972), 226.— Loyalists in N.S. (Gilroy), 103.— R. M. Keesey, « Loyalty and reprisal : the loyalists of Bergen County, New Jersey, and their estates » (thèse de ph.d., Columbia Univ., New York, 1957), 122, 166–167.— Robin May et G. A. Embleton, The British army in North America, 1775–1783 (Reading, Angl., 1974), 23.— Murdoch, Hist. of N.S., 3 : 245, 254.— Marion Robertson, King’s bounty : a history of early Shelburne, Nova Scotia [...] (Halifax, 1983), 115, 145.

Bibliographie générale

Comment écrire la référence bibliographique de cette biographie

Marion Robertson, « VAN BUSKIRK, JACOB », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 6, Université Laval/University of Toronto, 2003– , consulté le 22 juill. 2014, http://www.biographi.ca/fr/bio/van_buskirk_jacob_6F.html.

Information à utiliser pour d'autres types de référence bibliographique

Permalien: http://www.biographi.ca/fr/bio/van_buskirk_jacob_6F.html
Auteur de l'article:   Marion Robertson
Titre de l'article:   VAN BUSKIRK, JACOB
Titre de la publication:   Dictionnaire biographique du Canada, vol. 6
Éditeur:   Université Laval/University of Toronto
Année de la publication:   1987
Année de la révision:   1987
Date de consultation:   22 juillet 2014